Ali Laskri pointé du doigt: Le siège du FFS à Alger attaqué    Appel à une rencontre avec des personnalités nationales: L'opposition dit non à Bensalah    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    Lutte à couteaux tirés pour l'accession    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Manifestations devant le QG de l'armée    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    La date sera fixée dimanche    Sonatrach augmente la production de carburants    Un film algérien sélectionné au Festival de Cannes 2019    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Chlef : Le départ de Belaiz ne suffit pas    Bab El Oued(Alger).. Cinq marchés de proximité seront ouverts    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sport scolaire.. Cinq accords de coopération avec des fédérations sportives    Libye.. Les combats continuent    Boumerdès.. De nouveaux projets pour relancer l'artisanat    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Les Soudanais exigent un pouvoir civil    Gaïd Salah à partir de la 4e région militaire : «Les tentatives de déstabilisation ont échoué et vont échouer»    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    «La précédente Constituante n'a empêché ni les abus ni l'instabilité constitutionnelle»    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    Collision entre un camion et un véhicule à fait 5 morts    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    Papicha de Mounir Meddour en lice    Souidani Boudjemaâ, toujours un modèle pour les jeunes    Cœur de lumière    L'AUTRE FACE SI MERVEILLEUSE DU ‘'HIRAK'' : Mostaganem s'offre une superbe ‘'toilette''    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'urgence de réponses concrètes
Balise
Publié dans El Watan le 02 - 12 - 2018

Le mouvement des «gilets jaunes» – qui manifestaient hier à Paris, depuis la naissance de leur mouvement le 17 novembre – a franchi un nouveau cap avec l'entrée en scène de groupes extrémistes déterminés à déstabiliser le gouvernement par des actions violentes.
Des «casseurs» restés sourds aux appels au calme de la part de l'Exécutif et dont se démarquent les «gilets jaunes». Ces derniers réaffirment leur volonté de manifester pacifiquement pour porter leurs revendications et se faire entendre par qui de droit et désapprouvent les violences et les dégradations des «casseurs». Ainsi, au mouvement social pacifique des «gilets jaunes» vient se greffer un mouvement violent.
Ce dernier risque de déborder le mouvement des «gilets jaunes» au moins au plan médiatique. Mais aussi l'Exécutif
Force est de constater que la persévérance des «gilets jaunes» a payé, au moins sur une revendication symbolique : manifester sur les Champs-Elysées. Ce qu'ils ont obtenu hier, deux semaines après l'émergence de ce mouvement de protestation populaire d'abord contre les taxes sur les carburants, puis contre la dégradation du pouvoir d'achat.
Un mouvement qui semble s'ancrer dans la durée, qui se radicalise et englobe des revendications plus larges : un changement de politique dans les formes et le contenu, jusqu'à la demande de démission du président Macron.
Dans la bouche des «gilets jaunes», on entend des critiques contre le «président des riches» et ses formules : «Il n'y a qu'à traverser la rue pour trouver du boulot» ; «Le modèle social coûte un pognon de dingue».
Depuis quelques années, les classes populaires et la petite classe moyenne ressentent une stagnation de leur pouvoir d'achat et voient les services publics auxquels ils ont accès se raréfier. Si Emmanuel Macron n'a pas créé ces fractures, il en hérite en les exacerbant par son action politique et son comportement.
Emmanuel Macron, constatant par la force des choses que ce mouvement des «déclassés» dont la popularité au sein de l'opinion publique ne se dément pas au fil des sondages, tout en affirmant ne pas changer de cap, lâche du lest.
En demandant au Premier ministre, aux ministres concernés et aux députés de la majorité LREM de se rapprocher des «gilets jaunes» qui clament depuis le premier jour qu'ils ne veulent plus subir en silence, qu'ils veulent être entendus, qu'ils veulent des solutions concrètes pour aujourd'hui.
Par son expression, par sa composante, inédites, le mouvement des «gilets jaunes» – qui se dit apolitique – a pris tout le monde de court : l'Exécutif et la classe politique dans son ensemble, les syndicats dont la voix est totalement inaudible, mais aussi les médias et les experts des mouvements sociaux. Un mouvement né sur les réseaux sociaux, qui se veut sans affiliation ni tutelle politique ou syndicale et qui est en train de se structurer pour peser encore plus.
Le chef de l'Etat français s'est exprimé, mardi dernier, pour présenter un projet de loi de programmation de la transition énergétique et des mesures de protection des plus démunis. Sans convaincre les protestataires qui estiment qu'ils n'ont pas été entendus.
S'il ne veut pas prendre le risque de voir le mouvement dégénérer et pour que la fracture sociale ne soit pas irrémédiable, Emmanuel Macron doit se départir de son intransigeance, montrer qu'il a entendu le message de «ras-le-bol» des défavorisés en annonçant des mesures fortes. Le temps presse parce que dans la rue la situation se dégrade et la tension monte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.