RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'urgence de réponses concrètes
Balise
Publié dans El Watan le 02 - 12 - 2018

Le mouvement des «gilets jaunes» – qui manifestaient hier à Paris, depuis la naissance de leur mouvement le 17 novembre – a franchi un nouveau cap avec l'entrée en scène de groupes extrémistes déterminés à déstabiliser le gouvernement par des actions violentes.
Des «casseurs» restés sourds aux appels au calme de la part de l'Exécutif et dont se démarquent les «gilets jaunes». Ces derniers réaffirment leur volonté de manifester pacifiquement pour porter leurs revendications et se faire entendre par qui de droit et désapprouvent les violences et les dégradations des «casseurs». Ainsi, au mouvement social pacifique des «gilets jaunes» vient se greffer un mouvement violent.
Ce dernier risque de déborder le mouvement des «gilets jaunes» au moins au plan médiatique. Mais aussi l'Exécutif
Force est de constater que la persévérance des «gilets jaunes» a payé, au moins sur une revendication symbolique : manifester sur les Champs-Elysées. Ce qu'ils ont obtenu hier, deux semaines après l'émergence de ce mouvement de protestation populaire d'abord contre les taxes sur les carburants, puis contre la dégradation du pouvoir d'achat.
Un mouvement qui semble s'ancrer dans la durée, qui se radicalise et englobe des revendications plus larges : un changement de politique dans les formes et le contenu, jusqu'à la demande de démission du président Macron.
Dans la bouche des «gilets jaunes», on entend des critiques contre le «président des riches» et ses formules : «Il n'y a qu'à traverser la rue pour trouver du boulot» ; «Le modèle social coûte un pognon de dingue».
Depuis quelques années, les classes populaires et la petite classe moyenne ressentent une stagnation de leur pouvoir d'achat et voient les services publics auxquels ils ont accès se raréfier. Si Emmanuel Macron n'a pas créé ces fractures, il en hérite en les exacerbant par son action politique et son comportement.
Emmanuel Macron, constatant par la force des choses que ce mouvement des «déclassés» dont la popularité au sein de l'opinion publique ne se dément pas au fil des sondages, tout en affirmant ne pas changer de cap, lâche du lest.
En demandant au Premier ministre, aux ministres concernés et aux députés de la majorité LREM de se rapprocher des «gilets jaunes» qui clament depuis le premier jour qu'ils ne veulent plus subir en silence, qu'ils veulent être entendus, qu'ils veulent des solutions concrètes pour aujourd'hui.
Par son expression, par sa composante, inédites, le mouvement des «gilets jaunes» – qui se dit apolitique – a pris tout le monde de court : l'Exécutif et la classe politique dans son ensemble, les syndicats dont la voix est totalement inaudible, mais aussi les médias et les experts des mouvements sociaux. Un mouvement né sur les réseaux sociaux, qui se veut sans affiliation ni tutelle politique ou syndicale et qui est en train de se structurer pour peser encore plus.
Le chef de l'Etat français s'est exprimé, mardi dernier, pour présenter un projet de loi de programmation de la transition énergétique et des mesures de protection des plus démunis. Sans convaincre les protestataires qui estiment qu'ils n'ont pas été entendus.
S'il ne veut pas prendre le risque de voir le mouvement dégénérer et pour que la fracture sociale ne soit pas irrémédiable, Emmanuel Macron doit se départir de son intransigeance, montrer qu'il a entendu le message de «ras-le-bol» des défavorisés en annonçant des mesures fortes. Le temps presse parce que dans la rue la situation se dégrade et la tension monte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.