Real Madrid: Navas tout proche du PSG ?    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Les joueurs mettent fin à la grève    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Macron cherche une réponse au chaos de samedi à Paris
France
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 12 - 2018

Une réunion de crise s'est tenue hier au sommet de l'Etat en France pour chercher des réponses à la crise provoquée par les émeutes inédites qui ont secoué Paris lors des manifestations des «Gilets jaunes», ces Français modestes dénonçant la politique économique et sociale d'Emmanuel Macron.
Le Président, tout juste rentré de Buenos Aires, a réuni à la mi-journée le Premier ministre Edouard Philippe, celui de l'Intérieur Christophe Castaner (accompagné de son secrétaire d'Etat Laurent Nunez) et François de Rugy, ministre de l'Ecologie, pour tirer les conséquences de l'incroyable journée de samedi où des quartiers huppés de Paris ont été le théâtre de scènes insurrectionnelles.
Auparavant, il s'était rendu au pied de l'arc de Triomphe, célèbre monument parisien où repose le Soldat inconnu, qui a été dégradé samedi lors de la troisième journée de mobilisation des «Gilets jaunes», fronde de Français et Françaises modestes auxquels se sont joints de nombreux casseurs, qui semblent échapper à tout contrôle.
Un total de 136 000 personnes ont participé samedi dans toute la France à la troisième journée de mobilisation des «Gilets jaunes» au cours de laquelle 263 personnes ont été blessées contre 166 000 le samedi précédent (chiffre revu à la hausse hier, le précédent étant de 106 000).
Au total, à Paris, 412 personnes ont été interpellées et 378 placées en garde à vue, selon un bilan hier de la préfecture de police qui chiffre à 133 le nombre de personnes blessées dans la capitale.
Dans la nuit de samedi à dimanche, un automobiliste est mort à Arles (sud-est) après avoir percuté un poids lourd à l'arrêt en raison d'un embouteillage provoqué par un barrage de «Gilets jaunes». Cet accident porte à trois le nombre de décès liés au mouvement depuis son démarrage voilà trois semaines. Samedi soir, alors que des voitures brûlaient en plein Paris et que des magasins étaient pillés, Emmanuel Macron avait accusé les manifestants violents de ne vouloir que le «chaos». Son ministre de l'Intérieur Christophe Castaner n'a pas écarté la possibilité d'instaurer l'état d'urgence pour éviter une nouvelle flambée de violences samedi prochain. Le président du Sénat Gérard Larcher a exhorté hier le gouvernement à apporter «une réponse politique» à la crise, jugeant que le gouvernement n'avait «pas droit» à «un troisième samedi noir» à Paris. Le gouvernement doit trouver une réponse sécuritaire aux méfaits des casseurs mais ne peut manifestement plus faire l'impasse face à la «colère légitime», selon les mots du président, des «Gilets jaunes», ce mouvement social protéiforme qui s'élevait au départ contre la hausse des carburants puis s'est élargi au pouvoir d'achat et qui accuse le gouvernement de les traiter par le mépris et l'intransigeance. Après la folle journée de samedi, marquée aussi par des manifestations et des heurts en province, certaines voix du pouvoir laissent entendre qu'il y aura du changement, au moins dans la forme, de l'action gouvernementale.
«Là où on a péché, c'est que l'on a été trop éloignés des réalités des Français», a estimé dans le Parisien le nouveau patron du parti macroniste LREM (La République en Marche), Stanislas Guérini, élu samedi.
Samedi soir, M. Castaner a reconnu que le gouvernement s'était «planté sur un certain nombre de séquences de communication et de pédagogie, notamment sur l'enjeu de se sortir du tout pétrole», puisque le boutefeu de cette colère populaire a été un projet de taxe sur les carburants censée financer la transition écologique.
Mais l'opposition et une partie des «Gilets jaunes», mouvement sans structure ni dirigeant clairement désigné qui a pour signe de reconnaissance le gilet de sécurité fluorescent des automobilistes, réclament d'abord un geste fort au gouvernement, à commencer par un moratoire ou un gel de la hausse des taxes sur les carburants.
A droite, le président des Républicains, Laurent Wauquiez, a réitéré son appel à un référendum sur la politique écologique et fiscale d'Emmanuel Macron. Marine Le Pen (extrême droite) a demandé à être reçue par M. Macron avec les autres chefs de partis politiques d'opposition. Elle a aussi demandé la dissolution de l'Assemblée nationale et de nouvelles élections.
A gauche, le patron des socialistes, Olivier Faure, a réclamé des Etats généraux sur le pouvoir d'achat.
Jean-Luc Mélenchon, chef de file de la France insoumise (gauche radicale), a appelé à rétablir l'impôt sur la fortune et applaudi «l'insurrection citoyenne» qui «fait trembler la macronie et le monde du fric».
Face à ces revendications, pour la plupart sur la table depuis plusieurs jours, le gouvernement a annoncé des mesures d'aide (chèque énergie, prime à la conversion) mais écarte tout changement de cap. Hier, son porte-parole Benjamin Griveaux a réitéré cette position, «parce que le cap est le bon».
Face à la difficulté de canaliser vers des structures de négociation un mouvement né hors de tout cadre, M. Griveaux a rappelé la disposition du gouvernement au dialogue, assurant que l'exécutif est «prêt» à discuter avec les représentants de «Gilets jaunes libres» auteurs d'une tribune appelant à une sortie de crise publiée dans le Journal du Dimanche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.