L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le paradoxe turc
Publié dans El Watan le 07 - 04 - 2009

La Turquie n'a que des chances limitées d'adhérer à l'UE.Ce pays est jugé éligible à faire partie de l'OTAN, mais pas de l'Europe. Le président français est l'un des adversaires virulents de cette adhésion. Nicolas Sarkozy n'a, de ce fait même, que peu apprécié le soutien apporté par le président américain à la Turquie. La chancelière allemande, Angela Merkel, semble lui emboîter le pas, en oubliant qu'il y a une très forte communauté turque en Allemagne. Parmi les griefs retenus contre la Turquie, certaines capitales européennes, dont Paris, ont objecté le dossier des Arméniens de Turquie en avançant des accusations de génocide. Il se trouve que dans le même temps, Erevan et Ankara sont en train d'amorcer des approches significatives. Le président turc, Abdallah Ghul, s'est rendu en Arménie il y a quelques mois. De son côté, le président arménien, Serge Sarkissian, a pu rencontrer récemment en Suisse, le Premier ministre turc, Erdogan. Hier enfin, le ministre arménien des Affaires étrangères, Edourad Nalbandien, était attendu en Turquie.
Tous ces gestes forts indiquent à l'évidence que la question arménienne ne serait qu'instrumentalisée si elle continuait à servir de prétexte au rejet de la candidature de la Turquie à l'UE. Londres adopte une position plus mesurée qui laisse la porte ouverte. Il faudrait expliquer aux Européens pourquoi la Turquie peut être membre de l'OTAN, de l'espace sportif et culturel européen, mais en aucun cas de l'UE, pour des raisons qui ne sont pas explicites. Est-ce parce que la population turque avoisine les 100 millions d'habitants et qu'elle est musulmane ? Ou bien encore parce que la Turquie est présentée par les adversaires à son adhésion à l'UE comme un pays asiatique ? La question se poserait alors, à cet égard, de savoir en quoi Israël est plus proche de l'Europe que la Turquie. Il y a assurément trop de non-dits autour de cette adhésion à l'UE d'un pays dont bien des esprits pragmatiques reconnaissent aujourd'hui, y compris en France, qu'il constituera un vecteur de croissance au delà de sa position stratégique dans une zone sensible de l'Europe. En lançant l'idée de l'Union pour la Méditerranée, le président français, fort de sa conviction que la Turquie n'avait pas sa place en Europe, pensait proposer à ce pays un espace de substitution. Ce qui revenait à donner à la Turquie ce dont elle n'avait absolument pas besoin. En s'irritant du soutien du président Barack Obama à l'entrée de la Turquie dans l'UE, Nicolas affiche encore une fois une intransigence en forme de véto. Cette façon de faire ne consiste-t-elle pas à insulter l'avenir ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.