L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le front pakistanais
Publié dans El Watan le 26 - 04 - 2009

La mainmise des talibans pakistanais sur la région du Malakand, dans le nord-ouest du Pakistan, inspire les plus vives inquiétudes aux dirigeants américains et européens. Les talibans pakistanais ont même conforté leur position en concluant avec Islamabad un accord interprété dans les capitales occidentales comme une capitulation. Le gouvernement pakistanais a en effet accepté l'instauration dans le Malakand de tribunaux islamiques. Face à une telle évolution, les Etats-Unis craignent une plus grande avancée des talibans pakistanais encouragés dans une telle voie par la faiblesse de ripostes de l'armée régulière.
Cette montée en puissance des talibans pakistanais survient au moment où l'Administration Obama s'attache à concentrer tous ses efforts sur l'Afghanistan où les talibans locaux tiennent en échec les forces de la coalition présentes dans le pays. Le président américain a notamment plaidé pour un renforcement des effectifs militaires étrangers afin de pouvoir engager une pacification de l'Afghanistan, chose que ne pourrait accomplir le gouvernement de Kaboul ni une armée afghane au stade de la constitution. L'ouverture d'un front taliban pakistanais rend plus difficile la perspective définie par le président Obama. Le Pakistan présente en effet cette particularité de détenir l'arme atomique et une trop grande influence, voire une prise du pouvoir par les talibans, serait lourde de conséquences pour la région et le monde, selon les appréhensions des dirigeants occidentaux.
Les Etats-Unis pressent ainsi les autorités pakistanaises d'agir contre l'avancée des talibans. Ces derniers sont présentés comme fortement armés et prêts à en découdre avec l'armée régulière. C'est d'ailleurs au terme d'âpres combats que le gouvernement pakistanais a été contraint de signer un accord avec les talibans. La question qui se pose alors est celle de savoir si Islamabad pourra contenir la poussée des talibans pakistanais avec ses propres moyens sans entraîner d'autres régions du Pakistan à entrer en conflit avec le pouvoir central. Il est permis de se demander, d'autre part, si les forces de la coalition seront tentées d'intervenir contre les talibans pakistanais.
Cette éventualité est pour le moment peu envisageable au regard des difficultés de la coalition à faire la décision en Afghanistan. Cette situation pourrait surtout bénéficier aux talibans afghans qui voient les regards se détourner d'eux. C'est assurément un casse-tête pour le président Obama qui, en entreprenant de se désengager de l'Irak, entendait se concentrer de manière décisive sur l'Afghanistan. L'irruption des talibans sur la scène pakistanaise le conduira-t-elle à réviser tous ses calculs


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.