L'enjeu des locales et la survie des partis    Fraude électorale: la justice frappe fort    Une ambition en sursis    La connexion électrique    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Qui succédera à Chenine ?    Lavagne met en garde ses joueurs    Suppression officielle début juillet    Le ministère des Moudjahidine rejette toute tentative d'atteinte aux symboles nationaux    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Baccalauréat: les candidats mitigés sur l'épreuve de mathématiques    Suspension des programmes de la chaîne "El Hayat TV" pour une semaine à partir de mercredi    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    4 personnes carbonisées suite à un accident    Les mesures de confinement reconduites dans 14 wilaya    Le Soudan qualifié    Pétrole algérien, les barils de la peur, lecture prospectiviste de l'ouvrage du Dr M. S. Beghoul    Les acteurs politiques en attente des tractations    Relance cherche finances    Actuculte    L'enseignement à distance en débat    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Ligue des champions : Option pour Al Ahly et Kaiser Chiefs    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?!    Tiaret: Hommage au producteur radiophonique Hadjarab    Liste des 851 produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le port des miracles
Publié dans El Watan le 25 - 05 - 2008


Le directeur général des Douanes, M. Bouderbala, a révélé hier dans un entretien à l'agence de presse officielle Aps que près d'un millier de containers se trouvent en souffrance au port d'Alger, abandonnés par des importateurs. Certains containers encombrent ainsi les quais du port depuis 4 ans. Le code des douanes fixe le délai de séjour des marchandises dans l'enceinte portuaire à 4 mois et 21 jours pour leur dédouanement. L'administration des douanes vient de prendre la décision de transférer ce cimetière de containers du port d'Alger vers un autre site à Sidi Moussa d'une superficie de 23 hectares que viennent d'acquérir les Douanes algériennes. Il est vrai que le nouveau DG des douanes a hérité de cette situation et ne peut être à cet égard tenu pour responsable du spectacle désolant qu'offre le port d'Alger, transformé en aire d'entreposage alors que la vocation d'un port qui fait sa vitalité est d'être une aire de transit de marchandises. Le problème de l'engorgement du port d'Alger et à une échelle moindre de tous les autres ports commerciaux du pays ne date pas d'aujourd'hui. Tous les responsables qui se sont succédé à la tête du secteur des transports avaient promis de s'attaquer à ce problème en mettant en place un plan d'urgence de sauvetage du port d'Alger. Résultat : l'image des containers rouillés entreposés anarchiquement dans l'enceinte portuaire et les sites d'entreposage extérieurs au port transformés en dédales sans fin où il est difficile de se mouvoir est toujours là, agressant le regard des promeneurs sur la baie d'Alger. Avec la décision prise par la douane de transférer les containers vers la banlieue d'Alger, la question reste posée de savoir si on ne fait pas que transférer un problème d'un endroit à un autre avec toutes les conséquences financières que cela induit au plan de la gestion de ces containers en souffrance, alors que la réglementation est claire sur la solution à envisager dans pareille situation. Autrement dit, la saisie pure et simple de ces marchandises comme première mesure conservatoire avant de décider de leur destination finale. D'ailleurs, il faut se demander pourquoi une telle mesure légale n'a pas été prise par les responsables des Douanes algériennes pour les containers qui ont dépassé le délai réglementaire d'entreposage ? La décision dépasse-t-elle l'administration des douanes ? Y a-t-il des bras longs derrière les importateurs qui squattent sans être apparemment inquiétés les enceintes portuaires dont le port d'Alger ? Bon nombre de containers en souffrance font l'objet d'un contentieux entre les importateurs et les services des douanes. Mais ces derniers qui font l'objet de sollicitudes et de fortes pressions de milieux parfois influents préfèrent la solution du statu quo – autrement dit geler provisoirement l'opération de dédouanement en attendant de voir plus clair –, à l'application rigoureuse de la réglementation. Cette attitude faite d'immobilisme et de fuite des responsabilités n'est pas sans causer un grave préjudice à l'économie nationale comme l'a souligné le DG des Douanes. Car faut-il le rappeler ces marchandises en souffrance au port d'Alger et ailleurs dont une bonne partie est détériorée et donc hors d'usage et impropre à la consommation ont un coût financier. Les lignes de crédits en devises du Trésor public dont bénéficient certains importateurs partent ainsi en fumée. Il est urgent aujourd'hui de mettre de l'ordre dans ce secteur attractif et juteux, celui des importations, pour séparer le bon grain de l'ivraie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.