Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nedjma, une bonne étoile !
El Gosto Théâtre adapte Kateb Yacine
Publié dans El Watan le 07 - 06 - 2009

Un ange est passé mercredi dernier au palais de la culture Moufdi Zakaria, à Alger. C'était celui de l'auteur majuscule, Kateb Yacine. Et pour cause ! Son esprit, son aura, sa mémoire, son legs, son butin de paix, son rêve, et sa légende...universelle ont été soulignés grâce à l'initiative de la compagnie El Gosto Théâtre. Sa bonne et filante étoile a brillé de ses mille feux...de la rampe.
Il s'agit d'une production nouvelle, fraîche et émoulue du El Gosto Théâtre intitulée L'Etoile et la Comète s'inspirant de l'œuvre constellée de Kateb Yacine, Nedjma, adaptée par Arezki Mellal (Maintenant, ils peuvent venir) ayant signé le texte à partir de L'Etoile noire dont il est l'auteur (paru aux éditions Barzakh en 2008), traduite en arabe dialectal par Noureddine Saoudi, assurant aussi la direction musicale, et mise en scène par le dramaturge Ziani Chérif Ayad (Les Bains, Galou laârab galou, Les Martyrs reviennent ce Soir, Hafila tassir...). Ainsi, le poète, pas du tout disparu au contaire immortel retrouve son cercle (halqa comme celle de la pièce El Khobza). Des retrouvailles anachroniques ! Nedjma, de son vrai nom Zoulikha cet amour impossible de Kateb Yacine pour sa cousine ressuscite dans la quadrature d'un « cercle » contemporain et actuel et ce, de par un questionnaire, pas du tout philosophique, portant sur le rôle de l'écriture, l'héritage citoyen, l'histoire et autres valeurs cardinales et universelles de Kateb Yacine. Et de front, un questionnement quant à la tragédie qu'aura vécue l'Algérie et dont il assistera aux prémices de l'obscurantisme et de la folie meurtrière et mortifère. Ainsi, la ronde mouvante et « émouvante », tantôt assise en tailleur tantôt debout, des jeunes comparses, des enfants terribles de la balle de Bab El Oued ( Bab El Oued chouhada dans le texte) interpellent Nedjma. Une dialectique polyphonique, cacophonique, et encore une fois anachronique contant et racontant l'engagement, le nationalisme, l'exil (même intérieur) de Kateb Yacine, décriant le colonialisme, la torture et montrant et démontrant ses référents de par un name dropping ( énumération patronymique) : les Chevaliers numides, Massinissa, Jughurta, Kahina, l'Emir Abdelkader, Lalla Fathma N'soumer, Boubaghla, Hassiba Ben Bouali... Et puis, ces soliloques de Nedjma alias Zoulikha, une étoile noire mais on suit son panache blanc qui est immaculé dans ce « big bang ». Car Nedjma, campée avec justesse par la comédienne Tounès, est la muse, l'égérie, l'âme sœur, l'alter ego et la bonne étoile veillant sur Kateb Yacine. Histoire d'un couple improbable. Les autres comédiens, Fattoum Habib, Malika Guemat, Tarik Bouârara, Nourreddine Saoudi—conteur-chanteur— et Mohamed Bouallag se donnent la réplique finement et font résonner les planches d'un talent avéré. Et le texte de Arezki Mellal est bien ficellé et d'une élévation cursive. A propos de la pièce L'étoile et la Comète, Ziani Chérif Ayad commentera : « L'Etoile et la Comète retrace la vie et l'œuvre de Kateb Yacine. L'idée d'adapter ‘'Nedjma'' date de 2003 avec Mohamed Kacimi. L'univers de Kateb Yacine est méconnu. Son amour impossible pour Zoulikha (Nedjma)...Le contenu de Nedjma est profond. On essaie de donner des clés pour entrer et découvrir l'univers de Kateb Yacine et ce, de par un questionnaire anachronique de Zoulikha avec des jeunes sur le rôle de l'écriture et l'héritage citoyen et universel de Kateb Yacine. L'Etoile, c'est Nedjma bien sûr et la comète c'est Kateb Yacine. Cette pièce est un challenge quant à une dramaturgie contemporaine et déclinée en deux langues (arabe et français).Un travail fastidieux. Et puis, la rhétorique et les subtilités de Kateb Yacine, un réel plaisir.... » C'est sûr, Nedjma demeure et reste une...star qui scintille. Et puis cette pièce est...nova...trice !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.