ENCORE UN PAS À FRANCHIR...    La Ligue arabe, l'ONU et l'UE réclament leur retrait    Une période d'incertitude s'ouvre au Tchad    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    "L'EN doit continuer à apporter de la joie aux Algériens"    C'EST DEJÀ LA FIN !    ECUEILS REGLEMENTAIRES ET COLÈRE DES SUPPORTERS    Six personnes arrêtées lors des manifestations    De fausses licences de moudjahidine pour importer des voitures    Lancement de "Lawhati" pour la vente d'œuvres d'art en ligne    CONSTANTINEREND HOMMAGE AU SOUVERAIN DU MALOUF    Le salon du livre amazigh est né    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    La sanglante guerre d'usure des Houthis    Une enquête choquante    Les inconnues d'un scrutin    346 Containers abandonnés    768 Logements sociaux électrifiés    Victoire du CRB devant le CABBA    Brèves    Les Africains connaissent leurs adversaires    182 nouveaux cas, 129 guérisons et 7 décès en 24h    Des milliers de travailleurs investissent la rue    Les raisons de la 2e vague de la hausse des prix    15 quintaux de kif marocain saisis    Le ministère du Commerce sensibilise    Déprime ramadhanesque    Les islamistes rêvent de victoire    L'Algérie ne tombera pas    Dernière ligne droite avant la campagne    «Les centres d'archives sont une vitrine»    Projection de Hassan Terro    Expo «Quelques choses d'Alger»    Coupe de la Confédération (Gr. B / 5e J): victoire de la JS Kabylie devant Coton Sport (2-1)    Gouvernement: examen d'un projet de création d'une autorité de régulation du marché du tabac    Décès d'Idris Deby : la communauté internationale appelle à préserver la paix    Perturbation dans l'approvisionnement en huile de table    Grandiose marche nocturne à Akbou    Le marché dans tous ses états    Bechar: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient    «Le sondage doit devenir un réflexe»    la liste des membres sélectionnés approuvée    Hausse au premier trimestre 2021    Lutte contre la criminalité : Démantèlement de groupes criminels    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    La fièvre des stèles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le front pakistanais
Publié dans El Watan le 26 - 04 - 2009

La mainmise des talibans pakistanais sur la région du Malakand, dans le nord-ouest du Pakistan, inspire les plus vives inquiétudes aux dirigeants américains et européens. Les talibans pakistanais ont même conforté leur position en concluant avec Islamabad un accord interprété dans les capitales occidentales comme une capitulation. Le gouvernement pakistanais a en effet accepté l'instauration dans le Malakand de tribunaux islamiques. Face à une telle évolution, les Etats-Unis craignent une plus grande avancée des talibans pakistanais encouragés dans une telle voie par la faiblesse de ripostes de l'armée régulière.
Cette montée en puissance des talibans pakistanais survient au moment où l'Administration Obama s'attache à concentrer tous ses efforts sur l'Afghanistan où les talibans locaux tiennent en échec les forces de la coalition présentes dans le pays. Le président américain a notamment plaidé pour un renforcement des effectifs militaires étrangers afin de pouvoir engager une pacification de l'Afghanistan, chose que ne pourrait accomplir le gouvernement de Kaboul ni une armée afghane au stade de la constitution. L'ouverture d'un front taliban pakistanais rend plus difficile la perspective définie par le président Obama. Le Pakistan présente en effet cette particularité de détenir l'arme atomique et une trop grande influence, voire une prise du pouvoir par les talibans, serait lourde de conséquences pour la région et le monde, selon les appréhensions des dirigeants occidentaux.
Les Etats-Unis pressent ainsi les autorités pakistanaises d'agir contre l'avancée des talibans.
Ces derniers sont présentés comme fortement armés et prêts à en découdre avec l'armée régulière. C'est d'ailleurs au terme d'âpres combats que le gouvernement pakistanais a été contraint de signer un accord avec les talibans. La question qui se pose alors est celle de savoir si Islamabad pourra contenir la poussée des talibans pakistanais avec ses propres moyens sans entraîner d'autres régions du Pakistan à entrer en conflit avec le pouvoir central. Il est permis de se demander, d'autre part, si les forces de la coalition seront tentées d'intervenir contre les talibans pakistanais.
Cette éventualité est pour le moment peu envisageable au regard des difficultés de la coalition à faire la décision en Afghanistan. Cette situation pourrait surtout bénéficier aux talibans afghans qui voient les regards se détourner d'eux. C'est assurément un casse-tête pour le président Obama qui, en entreprenant de se désengager de l'Irak, entendait se concentrer de manière décisive sur l'Afghanistan. L'irruption des talibans sur la scène pakistanaise le conduira-t-elle à réviser tous ses calculs


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.