ENCORE UN PAS À FRANCHIR...    La Ligue arabe, l'ONU et l'UE réclament leur retrait    Une période d'incertitude s'ouvre au Tchad    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    "L'EN doit continuer à apporter de la joie aux Algériens"    C'EST DEJÀ LA FIN !    ECUEILS REGLEMENTAIRES ET COLÈRE DES SUPPORTERS    Six personnes arrêtées lors des manifestations    De fausses licences de moudjahidine pour importer des voitures    Lancement de "Lawhati" pour la vente d'œuvres d'art en ligne    CONSTANTINEREND HOMMAGE AU SOUVERAIN DU MALOUF    Le salon du livre amazigh est né    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    La sanglante guerre d'usure des Houthis    Une enquête choquante    Les inconnues d'un scrutin    346 Containers abandonnés    768 Logements sociaux électrifiés    Victoire du CRB devant le CABBA    Brèves    Les Africains connaissent leurs adversaires    182 nouveaux cas, 129 guérisons et 7 décès en 24h    Des milliers de travailleurs investissent la rue    Les raisons de la 2e vague de la hausse des prix    15 quintaux de kif marocain saisis    Le ministère du Commerce sensibilise    Déprime ramadhanesque    Les islamistes rêvent de victoire    L'Algérie ne tombera pas    Dernière ligne droite avant la campagne    «Les centres d'archives sont une vitrine»    Projection de Hassan Terro    Expo «Quelques choses d'Alger»    Coupe de la Confédération (Gr. B / 5e J): victoire de la JS Kabylie devant Coton Sport (2-1)    Gouvernement: examen d'un projet de création d'une autorité de régulation du marché du tabac    Décès d'Idris Deby : la communauté internationale appelle à préserver la paix    Perturbation dans l'approvisionnement en huile de table    Grandiose marche nocturne à Akbou    Le marché dans tous ses états    Bechar: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient    «Le sondage doit devenir un réflexe»    la liste des membres sélectionnés approuvée    Hausse au premier trimestre 2021    Lutte contre la criminalité : Démantèlement de groupes criminels    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    La fièvre des stèles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un challenge inégal
Publié dans El Watan le 31 - 05 - 2009

La crise économique internationale, entre autres effets induits, va peser lourdement sur les politiques d'investissements. La plupart des pays, y compris les plus riches, emploient en effet leurs ressources au service de leur propre développement, si ce n'est de leur survie. Cette attitude, dont le pragmatisme est manifeste, a été assimilée à du patriotisme économique ; il est permis de se demander si ce n'est pas un aveu d'échec d'un système capitaliste qui entend se régénérer en se délestant de ses responsabilités à l'égard des pays les moins avancés.
On voit, notamment, les pays européens et les Etats-Unis mobiliser des milliards d'euros et de dollars pour empêcher la faillite de leurs systèmes bancaires respectifs et garantir l'accès aux crédits aux entreprises phares de leurs économies. Cela devrait inciter à une réflexion sur cette formule, le compter-sur-soi, que les Algériens connaissent bien pour l'avoir expérimentée. A ce niveau, le volontarisme ne suffit plus, car le progrès, la stabilité économique se payent en monnaie forte. Les pays industrialisés ne sont pas prêts à offrir gracieusement le transfert de technologie aux pays en voie de développement, car il y va de leur monopole sur la maîtrise du know-how, le savoir-faire.
C'est vrai dans le domaine des industries automobiles, mais aussi pour les activités de pointe liées aux nouvelles technologies que les pays les plus riches protègent prioritairement. Les Etats-Unis, mais aussi de nombreux pays européens, ont mis en place des plans d'urgence pour préserver leurs fleurons. A l'exception de l'Inde, de la Chine ou du Brésil, la conquête du savoir-faire est un challenge difficile pour les pays en voie de développement qui mobilisent leurs budgets pour l'amélioration du niveau de vie de leurs citoyens en termes de santé, d'éducation et d'infrastructures les plus diverses.
C'est à cette échelle que se mesure la différence et que la notion de patriotisme économique s'applique en effet sur des pays qui ne peuvent compter que sur leurs propres capacités. Il existe pourtant des institutions qui tentent de réguler les rapports entre pays riches et pauvres en introduisant de la solidarité, voire de l'assistance.
Cela n'empêche pas que le système économique mondial, au-delà de l'apparition de crises et de de leur ampleur ou leur durée, continue d'être fondé sur une règle d'échange inégal. En ces temps de conjoncture économique difficile, les pays riches appliquent le vieil adage selon lequel charité bien ordonnée commence par soi-même.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.