Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    Pétrole: début des travaux de la 14e réunion ministérielle des pays de l'Opep+    Accords UE/Maroc: le Polisario optimiste quant au verdict du tribunal de justice européenne    L'Algérie prend acte avec satisfaction de l'annonce de Macron de rendre hommage au chahid Ali Boumendjel    Bou-Arréridj Verdict le 10 mars    La défense dénonce un mauvais traitement du détenu    Un projet d'attentat déjoué à Alger    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    «Un courant obscurantiste tente de faire dévier la révolution»    L'ambassade de France s'explique    Le parti AfD placé sous surveillance policière    Derbies au Centre, duels à l'Est et à l'Ouest    Mouassa s'éclipse, Abbès s'annonce    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    5 décès et 163 nouveaux cas    Mahrez, étincelant    2 armes à feu récupérées par les services de sécurité    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Beldjoud préside l'installation du wali    Participation de 216 maisons d'édition    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Quel impact sur l'industrie de raffinage?    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    Messi fixe une deadline pour son avenir    RASD: la guerre contre l'occupant sera étendue jusqu'à la libération des territoires occupés    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaine    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    La mafia du foncier dénoncée    Bourita sur des charbons ardents    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Du caviar pour les siens    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moines de Tibhirine : Ce que Buchwalter a vraiment dit…
Publié dans El Watan le 13 - 11 - 2009


Paris : De notre bureau
Chargé de l'enquête, ce dernier avait transmis, en août dernier, trois demandes aux ministères de la Défense, de l'Intérieur et des Affaires étrangères afin d'obtenir toutes les pièces et tous les documents dont ces trois institutions avaient été destinataires au moment des faits. C'est déjà fait pour le département des AE. En attendant le reste. Mise en veilleuse pendant de longues années, l'affaire a été relancée le 25 juin 2009 suite à la déposition faite devant le même juge par le général François Buchwalter, attaché de défense à l'ambassade de France à Alger entre 1995 et 1998. Astreint à un devoir de réserve, cet ancien officier de la DGSE (Direction générale de la surveillance extérieure), le contre-espionnage français, a finalement accepté de soulager sa conscience. El Watan Week-end a pu consulter cette déposition. Voici ce qu'il en ressort *
– Opérations de recherches pour retrouver les moines
«Oui. Dans ce sens, j'ai souvent demandé et obtenu des entrevues dans le but de faire passer le message que, de notre point de vue, rien ne devrait être entrepris sur le plan militaire qui puisse mettre en danger la vie des moins. J'ai fait passer ce message avec insistance. Mes entrevues ont eu lieu avec le Général Saci et dans un cas avec le Général Fodhil Cherif. Je voyais ce dernier à titre privé, mais j'ai eu aussi une entrevue à titre officiel avec lui.»
– Rondot et Smaïn Lamari
«Pendant la période de recherche des moines, pas grand-chose (Buchwalter explique qu'il n'a pas obtenu d'information sur les trappistes, ndlr). C'est la période où Rondot est effectivement arrivé. Il passait ses journées chez Smaïn Lamari, numéro deux des services algériens, qu'on avait connu par le passé.»
– L'annonce de la mort des moines
«Par le communiqué du GIA, je crois le 21 mai. En fait, il y a eu deux versions de ce communiqué 44. J'ai eu la première version je crois par un journaliste. J'ai donné cet exemplaire à un islamologue, M. Ferrandji. Il m'a dit que mes islamistes n'étaient pas doués, car il y avait une erreur dans le verset cité du Coran. Puis, une deuxième version de ce communiqué, corrigé, sans l'erreur de référence du verset du Coran, est arrivée par le canal habituel. C'est-à-dire qu'il a été envoyé à la station Medi-1 à Tanger, qui recevait habituellement les communiqués et les répercutait sur la presse.»
– La mort des moines
«Je pense que l'on arrive à la raison de ma demande d'audition. C'est difficile pour moi, car c'est une chose dont on m'a demandé de ne pas parler. J'en ai parlé avec père Veilleux, à Msg Teissier et à l'ambassadeur. Pour que vous compreniez, j'ai eu des liens d'amitié avec divers officiers algériens qui avaient fait leur formation à Saint-Cyr et c'est ainsi que j'ai connu une personne dont je préfère ne pas vous dire le nom, car il est possible que son frère soit encore en Algérie. Cette personne avait donc fait une carrière d'officier puis il était devenu chef d'entreprise en Algérie. Il exploitait une maison de cars et je le voyais souvent. C'est un ami. Quelques jours après les obsèques des moines, il m'a fait part d'une confidence de son frère. Son frère commandait l'une des deux escadrilles d'hélicoptères affectées à la 1er Région militaire dont le siège est à Blida. Son frère pilotait l'un des deux hélicoptères lors d'une mission dans l'Atlas blidéen, entre Blida et Médéa. C'était une zone vidée et les hélicoptères ont donc tiré sur un bivouac. Comme cette zone était vidée, ça ne pouvait être qu'un groupe armé. Ils ont donc tiré sur le bivouac. Ils se sont ensuite posés, ce qui était assez courageux car il y aurait pu avoir des survivants. Ils ont pris des risques. Une fois posé, ils ont découvert qu'ils avaient tiré notamment sur les moines. Les corps des moines étaient criblés de balles. Ils ont prévenu par radio le CTRI de Blida
– * Les intertitres sont de la rédaction


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.