Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Les flammes de la passion    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Portrait de Nadia Batata : La spécialiste de la prothèse capillaire
Publié dans El Watan le 19 - 12 - 2009

C'est à la suite de l'absence totale de ce genre de structure en Algérie que la fondatrice algéro-française du centre Hélène Chevalier, Nadia Batata, caresse le rêve d'ouvrir, dans un premier temps, un centre au niveau de la capitale avant de cibler les autres wilayas.
Nadia Batata tient à préciser avant tout que Hélène Chevalier est le leader incontesté du cheveu. La création, la fabrication et la commercialisation de perruques haut de gamme permettent non seulement aux femmes, mais également aux hommes de préserver leur identité corporelle en retrouvant exactement leur chevelure initiale. «Ces prothèses, explique Nadia, sont également destinées à celles et ceux qui veulent tout simplement changer de look, pour des raisons purement esthétiques. Forte de son expérience, Hélène Chevalier possède un savoir-faire qui a fait ses preuves. C'est pour toutes ses raisons que je voudrais ouvrir certains centres de correction capillaires en Algérie».
Outre Paris, cette spécialiste du cuir chevelu a déjà plusieurs franchises, notamment à Lille, à Bruxelles et en Guadeloupe. Il s'agira de proposer en Algérie une prévention de la correction capillaire. «Ce sont des traitements pour stopper la chute des cheveux et remédier à la repousse en posant sur le cuir chevelu des prothèses capillaires, faites sur mesure pour des personnes qui sont atteintes de pelades ou encore ceux ayant subi un traitement de chimiothérapie», explique-t-elle. Mis à part cet intérêt certain pour les femmes qui perdent leurs cheveux, cette ex-coiffeuse voudrait également soutenir et aider à sa façon les enfants algériens atteints d'une maladie lourde en leur proposant des prothèses gratuites. Avant de se lancer dans la franchise, Nadia Batata a auparavant travaillé pour un groupe australien en Australie où elle a appris le métier en qualité de prothésiste capillaire.
«Un métier, dit-elle, qui est assez développé dans les pays anglo-saxons». Après son retour en France, elle a développé le centre Hélène Chevalier en rajoutant une touche française. Elle s'est adaptée, par la suite, à une forte clientèle. Expérience oblige, elle a créé la dermacide : une crème qui permet de fixer de façon permanente toute perruque sur la surface du crâne. Toute perruque est personnalisée. En effet, après une minutieuse consultation où la spécialiste adapte la perruque à la physionnomie de l'interessé, toutes les données sont transmises au laboratoire. La durée de vie de ces prothèses sont de deux mois à deux ans. La personne peut faire son shampooing sans se soucier du vent.
C'est quelque chose de sûr. Si les tarifs en France sont l'ordre de 1200 euros, Nadia
Batata reconnaît que les prix seront revus à la baisse en Algérie, en choisissant une autre qualité de cheveux. Cette idée de proposer de telles prestations en Algérie, est perçue, selon elle, comme un retour aux sources, ajouté à cela la crise économique qui sévit notamment en Europe. «Je pense qu'il y a une sérieuse et forte demande en Algérie. Je compte développer ce projet à travers des franchises.»
A la question de savoir quel est son regard sur la coiffure algérienne, elle répondra d'une voix passionnée que les femmes sont très belles, émancipées et ouvertes. «On n'a rien à leur apprendre. Elles ont un glamour particulier. J'ai remarqué que les produits disponibles sont de très bonne qualité.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.