Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition    Des cadres du FFS arrêtés à Alger    Montage automobile : 3 milliards de dollars pour les collections CKD en 2018    Makri admet le fiasco du candidat unique de l'opposition    Derrière l'affront, l'espoir démocratique…    Vingt années à vous grandir les portraits    En bref…    Report de la rencontre Netanyahou-Poutine prévue aujourd'hui    Londres veut parler avec Berlin    De Bencherif à Nekkaz    L'Algérie dans le pot 2    L'USMAn et le NAHD bien embarqués    Derbies à enjeux opposés, au Centre et à l'Ouest    Petits pains farcis à la viande hachée    Les accidents continuent d'endeuiller les familles    Double grève à l'Institut des sciences et technologies    Haï Nedjma : 150 quintaux de son de blé saisis    Célébration du centenaire du défunt moudjahid et artiste Farid Ali    Cubisme    Une quarantaine d'exposants présents    Bordj Bou Arréridj : Colloque international sur Benhaddouga    Tigounatine : Recueillement au village d'Ourida Meddad    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Neutralité écornée    Le GSP face à Essalem d'Oman en quart de finale    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    Ligue des champions    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Deux suspects arrêtés    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colloque international
L'Etat nationaliste en question
Publié dans El Watan le 07 - 02 - 2005

La France « ennemie d'hier est devenue, quelques années plus tard, un partenaire et un ami ». Tel est l'exemple choisi par Bouteflika pour illustrer la marche actuelle du monde.
C'est-à-dire que les pays, précisera-t-il, passent inévitablement de l'étape de la lutte pour l'indépendance à celle de l'intégration et de la coopération avec toutefois l'exigence d'un cadre international de sécurité et de paix. Ce message du président de la République a été lu par Mohamed-Chérif Abbès, ministre des Moudjahidine, à l'occasion de la tenue à El Aurassi (Alger) du colloque international sur « La problématique de la libération et les défis internationaux actuels ». Des spécialistes nationaux et internationaux interviendront durant trois jours (du 6 au 8 février 2005) sur différents aspects liés au thème central de ce colloque. Par exemple, demain, Michael Fahy, professeur américain, interviendra sur le thème « Alger, symbole dans le contexte du nouveau système économique mondial », Simon Blumenthal, spécialiste français des questions du Moyen-Orient, donnera une communication sur les « Formes et méthodes de luttes pour l'indépendance et la souveraineté dans les nouvelles conditions mondiales » et Amar Bouhouche, professeur algérien, parlera de « L'Etat nationaliste face à la globalisation et les mutations dans les relations internationales ». Résumant la situation actuelle à travers le monde, Bouteflika rappellera, dans son message, que des Etats continuent à exploiter d'autres et à piller leurs richesses, ce qui ne peut que les maintenir dans un état de sous-développement perpétuel, alors que des pays, comme la Palestine ou l'Irak, subissent les affres de toutes les formes d'agression. D'où un appel aux grandes puissances d'intervenir pour concrétiser, dans ces pays, les principes du respect des droits de l'homme. Une question que tentera de développer aujourd'hui le Français Jean-Jacques de Félice - ce dernier ayant fait partie du collectif des avocats de la Révolution algérienne - dans une communication sur « Les droits de l'homme à la lumière des lois internationales et des valeurs universelles » ainsi que le Palestinien Sabri Abdelah Moslim de l'université de Jérusalem sur le sujet de « La libération et les entités colonialistes ». Hier, Mohamed-Larbi Ould Khelifa, président du Conseil supérieur de la langue arabe, est intervenu sur la question « Mouvement de libération nationale au début du XXIe siècle : des acquis plein de danger », l'Egyptien Azeddine Zaâlani sur « L'action de libération et le fait du terrorisme » et son compatriote sur « Les défis de la mondialisation et la libération dans ses aspects culturels ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.