La réunion de concertation s'est tenue dans une salle quasi vide au Palais des nations.. Un fiasco qui signe la fin de Bensalah ?    Kouninef, Rebrab, Ouyahia et Loukal ont été entendus.. La justice accélère la cadence    Grâce à l'augmentation de la valeur des importations.. Les recettes douanières en hausse de 2%    Barça : Arthur et Lenglet encensent Messi    Course au titre.. L'USMA toujours maitre de son destin mais…    Championnat d'Allemagne.. Belfodil 6e meilleur buteur    Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés    La Ligue arabe soutient la Palestine    Juventus - Tardelli : "Certains joueurs souffrent avec Cristiano Ronaldo"    Attaque lancée par Haftar.. Le chef du gouvernement déçu par Paris    Affaire de faux billets à Oran.. Deux étrangers arrêtés    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS ET DES TRANSPORTS A MOSTAGANEM : Inauguration de la trémie et du 1er tronçon de l'autoroute Est-Ouest    TROIS CHEFS D'ACCUSATION PESENT CONTRE LUI : Rebrab embarqué par la gendarmerie    Plusieurs hauts responsables à la barre des accusés    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    SIDI BEL ABBES : La Sonelgaz organise une campagne de collecte de sang    ANSEJ ET CNAC : Haddam décide de lever le gel sur certains projets    Pour garantir la sécurité nationale, dépasser rapidement l'entropie actuelle    Le bilan de l'agression sur Tripoli s'élève à 254 morts    6e édition de la Fête du fromage traditionnel de Bouhezza    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Saisie de près de 11 kg de kif traité à khemis Miliana    Le retour au système «HLM » redevient inévitable !    L'Algérie domine l'Islande et décroche la 7e place    «Irfane» ou l'histoire d'une reconnaissance    Sri Lanka: explosion durant une opération de déminage d'une bombe    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    FABB-présidents des clubs    Le Soudan vire en tête    Un comédien favori face à l'impopulaire Porochenko    Les robes noires boycottent les audiences    Le congrès aura lieu les 21 et 22 juin    Saïd Barkat : «Il faut que justice se fasse»    Changement à la tête de la Direction de la sécurité intérieure    La Confédération des syndicats autonomes prévoit une marche à Alger    Une policière tuée par son ex-époux    Belahcel convoque une session extraordinaire du conseil national    Des citoyens ont fait le guet devant le tribunal de Sidi-M'hamed    JSE Skikda-GS Pétroliers en finale    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    La meurtre d'une journaliste enflamme l'Irlande du Nord    "Attention aux règlements de comptes!"    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    Deux livres pour revisiter le printemps berbère    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Pr Bouzid demande l'abrogation du protocole ratifié par décret présidentiel
Transferts pour soins en France
Publié dans El Watan le 13 - 12 - 2018

Le président de la Société algérienne d'oncologie médicale, le Pr Kamel Bouzid, estime qu'il n'y a pas de raison de transférer les patients algériens vers la France pour bénéficier de soins.
Le président de la Société algérienne d'oncologie médicale, le Pr Kamel Bouzid, appelle à l'abrogation du protocole annexe à la convention générale sur la Sécurité sociale, relatif aux soins de santé programmés dispensés en France aux ressortissants algériens assurés sociaux et démunis non assurés sociaux résidant en Algérie, ratifié par décret présidentiel le 17 novembre 2018.
Il estime qu'il n'y a pas de raison de transférer les patients algériens vers la France pour bénéficier des soins «qui ne peuvent pas être dispensés en Algérie», comme cela est signifié dans ce protocole dont les dispositions ont été adoptées par le Parlement français en 2016, alors que la prise en charge pour ce qui est de l'oncologie est assurée en Algérie, que ce soit pour la chirurgie ou pour les traitements thérapeutiques.
«Les spécialistes maîtrisent parfaitement les protocoles thérapeutiques et les techniques d'exploration radiologique ainsi que chirurgicales. Ce protocole n'est en fait qu'un moyen de financer le système de santé français, alors que l'Algérie a besoin de ces financements pour soigner les Algériens dans leur pays», a-t-il dénoncé, tout en rappelant que le besoin actuellement ressenti pour les patients atteints de cancer et les soins en radiothérapie que les structure publiques n'arrivent pas à satisfaire «peuvent être par contre pris en charge dans les structures privées qui ont les moyens matériels modernes et un personnel qualifié.
Au lieu de signer des prises en charge pour soins en France, la CNAS devrait réfléchir à signer des conventions avec les établissements algériens privés, qui ont les capacités et les compétences en la matière de faire pareil, voire mieux à moindre coût. C'est une injure et une insulte envers les médecins algériens», déplore le Pr Bouzid.
Et de s'interroger sur quels critères se base la Commission nationale des transferts pour soins à l'étranger pour décider d'un transfert ou non et pour quelle pathologie. Il estime que ce dispositif, qui existe depuis des années et qui vient d'être renouvelé, ne servira qu'à une certaine frange de la population et, «bien sûr, pas pour les pauvres, contrairement à ce qu'on veut fait croire».
Et de rappeler que les prises en charge à l'étranger ne sont plus signées depuis plus d'une dizaine d'années. Il relève qu'il est temps de donner l'opportunité aux structures privées qui accueillent des milliers de patients sans aucune prise en charge financière, de bénéficier des conventions avec la CNAS. Du côté de la Commission nationale des transferts pour soins à l'étranger, les dispositions du protocole sont toujours les mêmes.
«Rien n'a changé. Ce décret vient, en fait, clarifier une situation administrative entre deux partenaires, la Cnas et les hôpitaux français», nous confie-t-on. Et de signaler que «les prises charge ne sont signées que lorsque le risque vital est engagé ou il y a absence de solutions thérapeutiques».
Même son de cloche du côté du ministère du Travail et de la Sécurité sociale. «Ce protocole n'est pas nouveau. Par contre, la nouveauté est le fait que les majorations sur les soins imposées dans l'ancien texte ont été supprimées pour les Algériens au même titre que tous les Européens. Ce qui permettra à la Cnas de faire des économies. Il est aussi important de travailler dans le sens à réduire justement le nombre des transferts», relève une source proche du dossier.
Notons que l'ambassade de France a rappelé, dans un communiqué rendu public le 9 décembre, les points relatifs au protocole d'annexe et expliqué que «ce protocole doit permettre de réduire le nombre de patients algériens qui vont se faire soigner en France dans le cadre de démarches purement personnelles.
Ces démarches individuelles génèrent une dette ‘‘privée'' qui avoisine 25 millions d'euros et des problèmes de recouvrement». Et de préciser que «les soins ne sont pas gratuits en France pour les ressortissants algériens». Une précision inutile, vu qu'avec ce protocole qui existe déjà, il a toujours été question du paiement des factures par la cnas pour les prises charge délivrées dans ce cadre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.