Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara
Publié dans El Watan le 14 - 12 - 2018

Neuf personnes ont été tuées et près de 90 blessées hier dans une collision entre un train à grande vitesse et une locomotive en Turquie, où les accidents mortels sur le réseau ferroviaire se sont multipliés ces dernières années.
L'accident s'est produit près d'Ankara quand un train reliant la capitale turque à Konya (centre) a percuté une locomotive effectuant des repérages sur les rails, selon le gouverneur d'Ankara, Vasip Sahin.
Le ministre turc des Transports, Cahit Turhan, a indiqué à la presse sur le lieu de l'accident que la collision avait fait neuf morts, dont 6 passagers et trois machinistes. Selon le bureau du gouverneur d'Ankara, le conducteur du train figure parmi les morts.
Un responsable turc a indiqué qu'un ressortissant allemand avait également péri dans l'accident. Le parquet a ensuite publié un communiqué, cité par le quotidien Hürriyet, selon lequel 86 personnes ont été blessées dans l'accident, alors qu'un premier bilan faisait état de 47 blessés.
Le ministre de la Santé, Fahrettin Koca, avait annoncé un peu plus tôt que 34 personnes étaient encore prises en charge à l'hôpital, dont deux blessés graves. L'accident a eu lieu dans une petite gare du district de Yenimahalle, dans l'ouest de la capitale. Une passerelle s'est effondrée sur le train, dont au moins un wagon a été complètement écrasé.
Trois employés de la compagnie des chemins de fer turque (TCDD) ont été arrêtés, a indiqué le président Recep Tayyip Erdogan, assurant que les responsables de cet accident rendraient des comptes.
Le train transportait plus de 200 passagers, selon les médias turcs. Une femme qui se trouvait à bord a affirmé à la chaîne de télévision NTV que le train avançait encore à petite vitesse lorsque la collision est survenue.
Selon M. Turhan, le ministre des Transports, l'accident a en effet eu lieu seulement six minutes après le départ du train de la gare centrale d'Ankara, en route pour Konya, sur une ligne à haute vitesse lancée en 2011.
Des équipes de secours s'affairant autour des wagons blanc et bleu couverts de débris, évacuant au moins sept corps.
Une fine couche de neige recouvrait les rails. Des secouristes du Croissant-Rouge turc distribuaient des couvertures et du thé aux rescapés, rassemblés sur un tronçon de route bloqué à la circulation près du lieu de l'accident.
Accidents
La Turquie a entrepris ces dernières années de moderniser son réseau ferroviaire, construisant plusieurs lignes à grande vitesse pour ramener vers le rail des voyageurs préférant l'avion ou le transport par autocar.
Elle a ainsi inauguré en juillet 2014 son premier train à grande vitesse entre ses deux principales villes, Ankara et Istanbul, un projet mis en œuvre par le président Erdogan dans le cadre de ses efforts pour moderniser son pays.
Cette ligne a ramené la durée du voyage entre ces deux villes à trois heures et demie contre plus de sept heures auparavant. Mais plusieurs accidents mortels se sont produits sur le réseau ferré turc ces dernières années.
En juillet dernier, vingt-quatre personnes ont été tuées lors du déraillement d'un train de passagers dans le nord-ouest de la Turquie. Le train transportant 362 passagers provenait de Kapikule, dans la région de Tekirdag, à la frontière bulgare, et se rendait à Istanbul quand six de ses voitures ont déraillé.
L'accident le plus meurtrier avait eu lieu en juillet 2004, faisant 41 morts et 80 blessés dans le déraillement d'un train à grande vitesse dans la province de Sakarya, dans le nord-ouest du pays. En janvier 2008, neuf personnes sont mortes dans un déraillement provoqué par des rails défectueux dans la région de Kutaha, au sud d'Istanbul.
La Turquie s'est dotée d'un réseau ferré dès le milieu du XIXe siècle, sous l'Empire ottoman, et la construction des voies a été assurée par les grandes puissances de l'époque, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne.
Le développement du réseau a été poursuivi par le fondateur de la Turquie moderne, Mustafa Kemal Ataturk, mais son entretien a par la suite été négligé quand la situation économique du pays s'est détériorée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.