Les militants de RAJ réclament la réhabilitation    Rumeur et inquiétude : le convalescent et le syndrome du prédécesseur    Spectre ou menace réelle ?    Seulement 8 députés pour 5 ministres    Yacine Mebarki se pourvoit en cassation    Le militant écologiste Karim Khima acquitté    Les «qui-tu-quistes» aux abois    Quand le Parlement européen secoue le cocotier    Le niveau des barrages en nette hausse    Une récolte de 372 000 quintaux attendue    Ouverture d'un tronçon de 10 km aux véhicules légers    Incident à la station-service du Caroubier    Ferhat Aït-Ali Brahim montre la voie bancaire    Saidal signe un nouveau mémorandum    Fragile consensus politique en Libye    «Le Maroc dissimule ses pertes»    «Nous sommes en Europe, au milieu de deux extrémismes, qui, d'ailleurs, se nourrissent mutuellement»    La Chine, "plus grande menace pour la démocratie"    Vers un dénouement de la crise du Golfe    Rencontre entre les ministres des Affaires étrangères jordanien et israélien    LDC. MC Alger – Buffles FC (Bénin) : Le Doyen l'emporte sur tapis vert !    ES Sétif : Le retour de Fahd Halfaïa    Js kabylie : Mellal parle des objectifs du club    Benaraïbi, Baup et six joueurs atteints de coronavirus    USMBA-MCA mardi    Résultats Ligue 1    La CAF veut-elle reprogrammer le match ?    Fin tragique pour le petit Yanis    7 arrestations pour trafic d'armes et de stupéfiants    Le président de l'APW interpelle le ministre de la Santé    "Le vaccin pour tous"    Air Algérie dévoile son programme de vols    Plus de 200 locaux fermés    Situation des artistes au temps du coronavirus : Les temps sont durs !    Un hymne à l'amour et à la jeunesse    Une expérience unique dans le monde arabe    L'observation des oiseaux à Central Park, rare loisir en temps de Covid    Une «Histoire du fils» qui dure un siècle    Le théâtre britannique s'invite virtuellement au TNA    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    Sit-in annoncé devant les directions de l'éducation: Les directeurs des écoles en colère    Ils ont été débarqués au port de Ghazaouet: Près de 100 harraga expulsés d'Espagne    Construction automobile: «Aucun changement n'est prévu dans le cahier des charges»    Chômage et système «D»    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    Les unités de l'APLS continuent de viser des positions militaires de l'occupation marocaine    6e session du Forum parlementaire euro-méditerranéen : le Parlement algérien réaffirme le rejet de la résolution du PE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Damas Convivialité et spiritualité le temps d'un Ramadhan
Publié dans El Watan le 20 - 08 - 2010

«Berceau de l'humanité», «foyer de civilisation», «aube de l'histoire», «la plus ancienne des villes peuplées sans interruption», autant d'expressions et de superlatifs jalonnent la description de cette ville millénaire. En Syrie, la ville de Damas vit le mois de Ramadhan comme des milliers d'autres villes dans le monde. La diversité religieuse, la diversité des pratiques religieuses encore plus, ne donne pas en Syrie ce climat de communion des âmes face à la soif et la faim. La grande majorité sunnite côtoie sans grande distinction chiites, ismaélites, druzes, alaouites ainsi que des chrétiens orthodoxes, maronites, catholiques, chaldéens, nestoriens.…
De même pour la diversité ethnique, les Arabes majoritaires vivent avec des Arméniens, Kurdes, Tcherkesses et d'autres minorités nationales plus récentes nées des conflits régionaux. On pense notamment aux Palestiniens et aux Irakiens installés en Syrie après l'invasion américaine de 2003. Cette altérité fait de la Syrie, plus particulièrement de Damas, une ville englobante, diverse et tolérante. L'intelligibilité des différentes communautés religieuses et ethniques donne au Ramadhan un esprit de tolérance, de recueillement spirituel et de rassemblement familial. Les restaurants ne sont pas tous fermés pendant cette période, et chacun vit ce mois sacré comme il l'entend. Le Ramadhan se vit d'abord dans un sein privé, familial, où bons plats côtoient les festivités du soir. Les rues, presque désertes sous la chaleur accablante de l'été, ne laissent apercevoir que quelques silhouettes au détour d'un coin .
Le soir, une autre ambiance s'installe. Après l'iftar, les rues commencent à reprendre vie, les mosquées accueillent alors les fidèles pour la prière des tarawihs à la mosquée des Omeyyades ou dans n'importe quel autre édifice de quartier. Le lendemain matin, le premier appel à la prière est précédé à la mosquée par une récitation du Coran, dont la voix du muezzin, dilatée par l'écho des micros s'associe à une psalmodie venue d'outre-monde. Les différentes confréries soufies se font plus visibles, notamment les naqshbandis de la tariqa naqshbandyya, qui se réunissent pour méditer, faire du dhikr ou encore pratiquer la «méditation silencieuse du coeur».
Des Syriens d'ascendance maghrébine
Les jeunes quant à eux se donnent souvent rendez-vous au sommet du mont Kassioun qui surplombe Damas, pour voir se lever la ville et déguster un dernier verre de thé avant une autre journée de jeûne. Du coucher du soleil jusqu'au petit matin, le mont Kassioun ne désemplit pas de ses adeptes qui viennent y chercher un air frais et une vue imprenable sur la ville. Les restaurants ouvrent toute la nuit, à l'instar d'Abou Kamal qui propose tout l'attirail de la gastronomie traditionnelle damascène : mezze, friké, taboulé, makloubé, kebbé, feuilles de vigne, hommos, moutabal, mouzé, fatayé… Entre amis ou en famille, les restaurant du vieux Damas sont les plus prisés. Les musiciens accompagnent parfois un derviche tourneur qui psalmodie les différents attributs de Dieu, incontournables dans la lithurgie soufie du dhikr. Il faut savoir qu'il existe en Syrie environ 300 000 Maghrébins ou Syriens d'origine maghrébine, dont la majorité est algérienne.
La plupart ont suivi l'Emir Abdelkader, mort à Damas en 1883 et fuient les représailles des révoltes kabyles de 1871. Certains parlent encore kabyle ou l'arabe algérien. Arezki et Ameziane sont des patronymes encore répandus, et certains villages fondés par des Kayles existent toujours. Il est donc tout à fait normal de déguster un couscous pendant le mois de Ramadhan, dans ces familles d'ascendance maghrébine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.