Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Belhimer: la transition numérique de la presse écrite, une nécessité "impérieuse"    Report du procès de Karim Tabbou au 29 juin prochain    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    Les députés engagent un débat à l'APN    7 décès et 127 nouveaux cas en 24 heures    Alger ferme ses plages    Le drame des Algériens bloqués en Turquie    Plages de Jijel: la GN sensibilise les estivants sur les mesures de prévention contre le Covid19    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Déclaration de devises par les voyageurs: les députés votent pour le maintien du montant à 5.000 euros    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    El Tarf: De nombreuses cultures ravagées par le mildiou    Un lourd héritage    Coronavirus: Dix wilayas sous microscope    Aïn El Turck: Aménagement de 15 grands parkings retenus pour la saison estivale    Les effets du confinement: Les commerçants s'impatientent    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    Le mode d'emploi fixé    Mahrez victime d'un cambriolage    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    L'ADE rassure ses abonnés    Une récolte de 300 000 quintaux à l'hectare prévue    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    L'Algérie présidera le CPS de l'UA durant le mois de juin 2020    CONGRES DU PARTI FLN : Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau secrétaire général    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    ES Sétif : Halfaia remet sa démission    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui: «Mémoire nationale» et relance de l'industrie au menu    BRAS D'HONNEUR    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Alger Terminal 2 »
Festival d'Avignon. Trilogie algérienne de Rachid Akbal
Publié dans El Watan le 30 - 07 - 2009

Le comédien Rachid Akbal entame le troisième et dernier volet de sa trilogie algérienne avec Alger terminal 2 qu'il a présenté en avant-première pour une unique séance à Avignon, avant sa création en février prochain.
Avignon. De notre envoyé spécial
Il y a quelques années, le comédien algérien Rachid Akbal avait décidé de se tourner en plein dans l'oralité. Cela donna un conte, paradoxalement rude et doux, sur le giron maternel, intitulé Ma mère l'Algérie. Directeur artistique de la compagnie Le temps de vivre, il empruntait alors son art scénique à divers registres féconds : théâtre classique et contemporain, récit, conte populaire, poésie… Emouvant dans cette histoire, il rappelait depuis le fécond spleen de l'exil, au féminin, l'histoire de ses ancêtres, et la vie difficile mais souriante de l'Algérie d'antan. Il continua par la suite avec un deuxième bouleversant témoignage, celui du père. Cela donna Baba la France, créé en 2007, qu'il a donné encore avec succès au théâtre La Luna à Avignon, durant ce mois de juillet 2009. Il fait là œuvre de comédien époustouflant, de danseur virevoltant, d'humanisme encourageant. L'expression est ici à son paroxysme pour rendre hommage aux « pères », sinon à son propre père immigré en France dans les années 50. Au début du one man show, un homme part à la recherche de l'endroit idéal où il pourra enterrer le souvenir de son père, disparu sur une route de France pendant la guerre d'Algérie du fait de son engagement avec le FLN. A partir de cette simple et douloureuse ébauche, il va se souvenir de cet Algérien « indigène », qui a rejoint la « mère patrie » en1948. La mémoire tendre et heureuse se juxtapose aux éléments plus durs d'une histoire qui a heurté tant d'Algériens, et leurs descendants. Violent, drôle malgré tout par bribes, onirique parfois, le jeu de Rachid Akbal fait ressurgir un passé enfoui.
Le texte, co-écrit avec Caroline Girard vient de paraître en France aux éditions Acoria, dirigé par Caya Makhelé, présent à Alger lors du Panaf' (lire entretien dans El Watan du 15 juillet 2009). Dans le troisième volet à venir Alger Terminal 2, le personnage de Baba La France, Kaci, rentre malgré lui au pays, après 25 ans d'absence, pour chercher une femme à son fils plongé et figé dans la pratique musulmane. Bloqué à l'aéroport d'Alger, il organise des rencontres avec des filles voilées de sa famille… A partir de cette situation, le personnage part dans des digressions sur ces années algériennes de jeunesse. Il se souvient des arbres qu'il était allé planter lors de son Service national. Un épisode de la jeune Algérie aujourd'hui oublié, comme l'élan juvénile qui l'animait alors. Dans cette mémoire qui se déploie, il y aussi l'interdit, qui prend le visage d'un amour de jeunesse, la jeune Aicha, prostituée. Dans ses recherches il apprend qu'elle a été tuée lors d'un massacre pendant les années de terrorisme, en 1997. L'Algérie est-elle à bout de souffle, alors que la démocratie n'a pas rempli toutes ses promesses après des décennies de fermeture ? C'est là toute l'interrogation doucereuse sur l'évolution d'un pays, l'amour qu'on lui porte, ses impasses et les ouvertures espérées. Une œuvre tellement utile. Ce spectacle est la promesse que la parole reste vive.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.