LE SILENCE TUE ENCORE PLUS LES ENFANTS YEMENITES    Renouvellement des membres du Conseil de la Nation : Le collège électoral convoqué pour le 29 décembre    Louisa Hanoune fustige les partisans de la «continuité»    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    Ould-Abbès passe la main    La sous-traitance représente 10% de l'activité    Marchés pétroliers : La surabondance annonce-t-elle une mauvaise année ?    Un dialogue pour désamorcer la crise    La démission surprise d'Ould Abbès    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Votre week-end sportif    Violences dans les gradins du 5-Juillet    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    Campagne d'information pour expliquer le projet    Plus de 33 000 pétards saisis à Djimla    Des dizaines de villageois de Souk-Lekhmis bloquent le CW15    Six millions d'Algériens sont diabétiques    Zombies-Land !    Logements sociaux : Les recalés des listes des bénéficiaires protestent    Assassinat par la DST en novembre 1954 de Kacem Zeddour Mohammed-Brahim Une affaire d'Etat    WA Tlemcen: Biskra, un cap important pour le Widad    USM Bel-Abbès: Un exploit qui en appelle d'autres    Le pétrole, toujours    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    Présidentielle : on se perd en conjectures !    Skikda: Saisie de kif, 8 arrestations    Suite aux nombreuses opérations de relogement: Des terrains combinés de proximité pour les nouveaux pôles urbains    Lycée Dergham Hanifi: La police sensibilise les élèves sur les dangers de l'Internet    FLN: Ould Abbès démissionne    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Le virus des primaires    Est-il Halal de prier à la grande mosquée d'Alger ?    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Situation économique et sociale alarmante dans la wilaya de Khenchela :    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    Les assiettes foncières inexploitées seront mises à la disposition des porteurs de projets    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    L'étape d'Alger a coûté 5 MD    «Nous allons à Lomé pour la gagne»    L'échec programmé de Rome    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La ville antique de Timgad malmenée
Classée patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO en 1982.
Publié dans El Watan le 11 - 08 - 2009

La ville antique de Thamugadi (Timgad), dans la wilaya de Batna, souffre en silence. Au lendemain de l'extinction des lampions du Festival international de Timgad, les atteintes commises sur ce patrimoine archéologique font craindre le pire.
Des éboulements de pierres non remises à leur place initiale comme s'il s'agissait de « vulgaires pierres », une ancienne galerie transformée en lieu d'aisance le temps d'un festival et des pièces archéologiques des plus précieuses dérobées par une « faune de pilleurs », tel est le constat après la tombée du rideau sur le festival, apprend-on auprès des animateurs de l'association « Tidoukla n'thamugadi » (Les amis de Thamugadi). La liste des violations perpétrées sur ce site chargé d'histoire est longue. « La casse est indiscutable et nous sommes dans l'irréversibilité. Si, sous d'autres cieux, un vélo de quelques kilogrammes est interdit à l'intérieur des vestiges, à Thamugadi, c'est l'ENTV qui ouvre la voie : un camion de plusieurs tonnes stationné à quelques mètres de l'arc de Trajan, sous prétexte que c'est indispensable pour une bonne diffusion. On ne voit pas ça ailleurs. Bouteilles en plastique, canettes, sacs et sachets jonchent le sol. Il y a même des personnes qui déplacent des pierres pour s'installer à leur aise. Une grosse tache d'huile de vidange indélébile, témoin du passage du camion de la respectable ENTV », a confié à El Watan, Rachid Hamatou, membre actif de cette association. L'organisation itérative du Festival international éponyme a fini de porter l'estocade dans une indifférence totale à un lieu pourtant classé patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco depuis 1982. « Après les vols, les pillages subis et, bien sûr, lors des éditions précèdentes, dont les préjudices sont irréversibles, les organisateurs font la sourde oreille en dépit des alertes et avertissements des plus hautes instances universelles et associations mondialement connues et reconnues. Le festival a eu lieu et aura certainement lieu dans la même cacophonie, désordre et casse », se désole notre interlocuteur. Même s'ils considèrent que le festival reste un « acquis », les représentants de l'association soulignent en revanche que « le festival de Timgad perd de son aura pour la simple raison, qu'il n'a plus aucun objectif sauf celui de se maintenir. On l'organise vaille que vaille, les résultats ou plutôt les conséquences, on s'en fout ! » précisent-ils. Inquiets devant la défiguration de ce patrimoine, ils tirent la sonnette d'alarme contre le risque d'évanescence irrémédiable des vestiges de cette ancienne ville romaine contruite en l'an 100 après J-C. « Il n y a pas l'ombre d'un doute qu'à ce train-là ça va changer. L'Aurès, considéré comme un musée à ciel ouvert, est en train de perdre des empreintes laissées par l'homme depuis la nuit des temps. Le tombeau Imedghassen (Tombeau berbère) en souffrance après des travaux douteux, Timgad subit des affres à chaque festival comme bien d'autres lieux de mémoire, livrés à eux-mêmes, où les pilleurs agissent en toute impunité (…) Si nous continuons à chanter à Timgad, il arrivera un jour où nous danserons sur les décombres », estime-t-on encore.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.