Manchester City: Foden lance un message à Mbappé    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Un projet de décret exécutif sur la portabilité des numéros de téléphonie mobile examiné par le gouvernement    Soltana Khaya: ma lutte est celle de tous les Sahraouis    Coronavirus: 176 nouveaux cas, 116 guérisons et 4 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.961.387 morts dans le monde    Real : Une relation qui se complique entre Zidane et son président ?    Mali/assassinat du président de la CMA: vives condamnations, une enquête sera ouverte    Algérie Poste : Poursuite de la grève (3e jour)    Prison ferme pour l'ancien patron de l'Office du hadj    En attendant l'hydrogène bon marché    Les «ratés» de l'ancienne feuille de route    FAF... la mascarade continue    Les travaux auront lieu jeudi soir au Sheraton    Le Ghanéen Kwame Opoku passe la visite médicale    Liverpool et Dortmund prêts à surmonter leur handicap    «Nous n'allons pas applaudir tout ce que fera le système»    Prochaine création d'un centre de vaccinologie    Le Cnapeste maintient la pression    Tadjine el kemmoun    Their Algeria décroche le prix spécial du jury    Les étudiants continuent de marcher    L'espoir d'une reprise    Des journalistes reviennent en... autostop !    La marche de la communauté universitaire empêchée    L'Algérie œuvre à l'élimination totale des ADM    Démenti    Pas de diffusion télé pour le feuilleton "Babor Ellouh"    Rassemblement sur le parvis Matoub-Lounès à Paris    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain    Tebboune nomme Ahmed Rachedi Conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    112ème mardi de protestation: Les étudiants au rendez-vous au premier jour du Ramadhan    Primauté du sucre et de l'huile contrariée    Sétif: Un atelier clandestin de fabrication d'armes démantelé    Le CRA ouvre un restaurant «Rahma» à la Médiathèque: 400 repas quotidiennement pour les démunis    La vitamine DZ, seule source d'énergie locale !    Le complexe de l'automobile    Mortellement poignardée par son mari    Azra scintille à tigzirth    Flambée vertigineuse des prix des produits alimentaires    Zorc optimiste pour Haaland    La dispute royale en Jordanie embarrasse l'Arabie saoudite    Un constat sans complaisance    L'Iran met en garde Washington contre le «sabotage» et les «sanctions»    Saidal fabriquera du Levothyrox    Alors, c'est In Salah ou Aïn Salah?    La librairie «Cheikh» renoue avec les ventes-dédicaces    L'amour à l'italienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroquinerie à Blida : Menacée de disparition
Publié dans El Watan le 22 - 01 - 2011

Véritable pépinière d'artisans, cette région de la Mitidja était réputée pour la qualité de ses divers articles de maroquinerie. Ce métier, exercé de père en fils depuis la nuit des temps, est le gagne-pain pour de nombreuses familles blidéennes. Parmi ces produits figurant au répertoire de l'artisanat, il y a la babouche, sorte de pantoufle en cuir tanné de qualité supérieure, se vendant à un prix onéreux. Le «sebbat», produit avec du cuir moins noble, est une chaussure destinée tant aux femmes qu'aux hommes. Appelé également «qibqab», ce soulier, proposé à un prix modique, est utilisé dans les bains maures (hamams). Portefeuilles, mallettes et ceintures sont, entre autres, les produits fabriqués à base de cuir par les maroquiniers qui ont transmis leur savoir-faire à plusieurs générations.
Mais, malheureusement, l'intérêt accordé actuellement à cet artisanat n'est plus ce qu'il était autrefois, car le nombre de maroquiniers ne cesse de rétrécir comme une peau de chagrin. La fermeture de nombreuses tanneries, la concurrence déloyale par les produits d'importation, l'absence d'une main-d'oeuvre qualifiée, la cherté de la matière première et sa répercussion sur le prix de vente, ainsi que la baisse du pouvoir d'achat sont considérés parmi les principales causes à l'origine du déclin de la maroquinerie, estime le responsable de la Chambre locale des métiers et de l'artisanat.
La récente mesure relative à la baisse des taux d'imposition décidée en faveur des artisans a, toutefois, été citée parmi les facteurs ayant participé à la relance de la maroquinerie. Accord de crédits sans intérêt ou à des taux bonifiés, pour l'acquisition et le renouvellement des équipements utilisés dans les activités artisanales menacées de disparitionn est de nature à aider les artisans à aplanir le problème de la cherté du matériel d'artisan, estime, par ailleurs, la même source. Le maroquinier Larbi Rabah Abderrahmane figure parmi les derniers de sa génération à continuer d'exercer ce métier. Son ambition est d'inculquer les bases de cet art artisanal aux jeunes qui en expriment le désir, afin, dit-il, de «sauver ce métier de l'oubli et de la disparition qui le menacent».
Ammi Larbi se consacre depuis plus de 25 ans à la conservation de ce legs culturel par le travail et la confection du cuir au niveau de sa modeste tannerie de Beni Mered, indique-t-on. Pour lui, le désintérêt des jeunes générations pour la maroquinerie a pour origine «les modestes gains qu'elle assure et la difficulté de commercialisation des produits finis, jugés trop chers». Il a, toutefois, assuré avoir des «clients fidèles à l'intérieur et à l'extérieur du pays, qui estiment à sa juste valeur ce produit artisanal, en dépit de sa cherté», soutient-il, en mettant l'accent sur la «difficulté d'importer du cuir de haute qualité, sachant que l'Algérie ne dispose que d'une seule variété de cuir qui est le cuir noir», souligne-t-on. Le manque d'espaces promotionnels de cet artisanat a été également déploré par ce vieil artisan possédant à son actif de nombreuses participations à des expositions nationales et internationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.