Constantine et Skikda : Les universitaires célèbrent le 19 Mai dans la rue    Chronologie d'une élection tombée en désuétude    REMISE EN LIBERTE DE HANOUNE, SAID, TOUFIK ET TARTAG : Le tribunal militaire de Blida rejette la demande    DECLARATION DE GAID SALAH : Le RCD reste attaché à la transition    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    Les étudiants marchent dans des rues quadrillées    SIDI BEL ABBES : 03 mineurs arrêtés pour vol    EXAMENS DE FIN D'ANNEE A MASCARA : Plus de 45.000 candidats face aux épreuves    Les pharmaciens d'officine protestent    Unions de wilaya UGTA : Les travailleurs appellent à une grève générale le 22 mai    Egypte: attentat contre des touristes près des pyramides    Pétrole: le panier de l'Opep se maintient plus de à 72 dollars le baril    Les bénéficiaires peuvent contracter un nouveau prêt    Paidoyer pour une conférence de concertation    Faible adhésion des politiques, rejet sur les réseaux sociaux    Manœuvres saoudiennes et émiraties    La contestation veut un civil à la tête de la transition    Ankara va produire les S-500 avec Moscou    Le NAHD dans tous les esprits    L'ES Tadjenant dernier qualifié pour les demi-finales    Le GS Pétroliers s'offre son 20e championnat d'Algérie    Mahrez : "Je retiens cette fin de saison ..."    M'bolhi rejoindra le CTN avant le 27 mai    Bélaïd et Sahli aux côtés d'une pléthore de plaisantins    Quelques vérités bonnes à dire    Réflexion et débats au programme à Oran    Nette diminution des cas en 2018    Le nouveau directeur contesté    «Il y a eu un manque de rigueur dans la formation des enseignants»    ACTUCULT    Les antiquités en péril recherchent désespérément un nouveau musée    Tajine malsouka au poulet    Cheveux d'ange au miel    Ces chantiers qui n'en finissent pas    Boxe : Début du hirak sportif ?    Du talent à revendre    On vous le dit    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    Deux candidats pour succéder à Haddad    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Les joueurs en grève    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    "Une tempête" aux Glycines    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Un 19 mai pas comme les autres    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rien ne va plus entre Mobilink et Algérie Télécom
Publié dans El Watan le 11 - 02 - 2011

Mobilink a bénéficié depuis son départ de plusieurs rallonges financières que ce soit de la part des banques publiques ou privées, non encore remboursées pour l'instant. «Aujourd'hui, nous sommes presque en situation de cessation de paiement car on n'arrive toujours pas à rentabiliser notre investissement», confie une source du groupe Kouninef. La situation de l'opérateur demeure ainsi fragile et «aucune banque ne pourrait apporter son soutien en l'état actuel des choses, l'entreprise n'ayant aucune assurance à apporter pour convaincre les banques d'un éventuel crédit», assure par ailleurs un banquier bien au fait du dossier.
Un contentieux l'opposant à l'opérateur public Algérie Télécom depuis plus de trois ans ne ferait qu'accentuer cette situation. «Nous cumulons des factures auprès de cet opérateur. Même si nous sommes en association, Mobilink n'a toujours pas honoré ses dettes, l'achat de paliers de communication (nombres d'heures sur le réseau AT) n'a pas été satisfait. En dépit de nos multiples sollicitations et négociations afin de régler le problème à l'amiable, et même si nous comprenons la situation fragile de notre partenaire, rien n'a été fait. Nous avons été dans l'obligation, à maintes reprises, de suspendre les lignes afin de récupérer nos créances», révèle une source à Algérie Télécom.
Par ailleurs, Mobilink a bénéficié d'un «échéancier de paiement afin qu'il puisse honorer ses dettes contractées auprès d'Algérie Télécom», toujours selon la même source. «Si l'entreprise est en faillite, je pense qu'elle devrait déposer son bilan ! Car elle nous cause un préjudice estimé à plusieurs milliards», précise-t-elle sans toutefois révéler le montant de la dette. Les déboires de l'entreprise ne s'arrêtent pas là. Les dernières émeutes qu'a connues le pays au début l'année ne feront qu'empirer la situation délicate de l'opérateur de publiphonie. En effet, les cabines téléphoniques Oria ont été la cible privilégiée des émeutiers, comme d'ailleurs à chaque sortie de stade. Les dégâts sont estimés à des centaines de millions de dinars, le coup de la cabine oscillant entre 100 000 et 150 000 DA.
Nos tentatives pour joindre l'entreprise sont restées vaines. Pour rappel, Mobilink est une entreprise privée, elle a obtenu sa licence en 2005. Pour un investissement de 22 millions d'euros, l'entreprise devait installer 20 000 cabines téléphoniques à travers tout le pays en collaboration avec des leaders mondiaux tels Ascom (France) et Symo Tech (Afrique du Sud) avec le concours d'Algérie Télécom pour la fourniture des lignes téléphoniques. L'opérateur n'a installé que 13 000 cabines selon nos sources, notamment dans les casernes. Ainsi, le ministère de la Défense nationale serait le principal client de Mobilink.…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.