L'art de la confusion.    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Yacine Mahideb. Poète : Des mots pour panser des blessures    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Issiakhem de A à Z    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Le FLN part en favori    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    La revanche des riches    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Hydrocarbures : Sonatrach et la compagnie russe Transneft signent deux contrats    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Profession : tambourinaire
Idhebalen de kabylie. Le retour de la tradition
Publié dans El Watan le 17 - 08 - 2009

« Je suis né tambourinaire », dit Kherbouche Arezki, 31 ans, dont la moitié a été vécue dans cette musique folklorique kabyle que l'on désigne sous le nom d'« Idhebalen ».
Arezki est originaire de Tabouânant, dans la région d'Ighil Ali. Un tout petit village mais qui ne compte pas moins de six troupes d'Idhebalen, presque autant d'habitants que de musiciens. Ces dernières années, ces groupes de musique traditionnelle qui animent les fêtes dans les villages font un retour en force, après avoir presque disparu pendant près de trois décénnies. Nous sommes dans la région des Ath Abbas, là où cette musique est née, probablement d'un métissage avec la musique ottomane. Ce sont les Turcs, en effet, qui ont introduit et popularisé en Algérie ce genre musical à partir du XVIe siècle. Les kabyles des Ath Abbas, qui les ont combattus pendant trois siècles en leur interdisant l'entrée de la Qalâa, la capitale de leur petit royaume, ont repris cette tradition à leur compte en y introduisant le bendir pour l'adapter aux rythmes et aux airs locaux. Les troupes d'Idhebalen sont des orchestres de quatre musiciens où l'on retrouve le tbal (la grosse caisse), le bendir et deux ghaïtas (hautbois), l'une grave et l'autre aiguë. En Kabylie, il y a deux grandes écoles d'Idhebalen. Celle des Ath Abbas en basse Kabylie et celle des Igawawen, en haute Kabylie. La différence entre les deux est que la tradition des Ath Abbas semble plus élaborée avec une quinzaine de noubas dont Zendani, Tagmarine, Qbaïli, Zriga, Heddi, Haouzi et autres, alors que celle des Igawawen, aux dires des connaisseurs, ne comporte que le mode léger dit « Rwah, Toughaline ». Au reste, de grands tambourinaires issus des villages de la haute Kabylie, comme Kaci Iboudraren, ont fait leurs classes chez les Ath Abbas.
Le style de ces derniers est très proche de celui des Hauts-Plateaux sétifiens ou du folklore chaoui. Cette similitude vient du fait que les Ath Abbas sont issus des hauts plateaux du Hodna qu'ils ont quittés après l'invasion des Beni Hillal. Les instruments sont fabriqués par des artisans locaux, dans les villages de Ouizrane, Tighilt Oumial, Tizi Allouane et Taourirt Ou-âvlla. Ce dernier village semble d'ailleurs spécialisé dans el ghita tilouth, cette cornemuse locale faite d'une outre et d'un hautbois. Des hautbois ont été également ramenés par les premiers émigrés kabyles des régions bretonnes. Rien d'étonnant quand on connaît les similitudes entre le folklore kabyle et la musique celtique dont la fusion a donné de beaux métisses comme Thalweg ou la rencontre du chanteur Idir avec des interprètes celtes. « J'ai créé le premier groupe du village et transmis mes connaissances tout en continuant à faire des recherches », dit Arezki At Tabouânant. Quand un groupe n'est pas complet, il ramène quelqu'un des villages alentour ou même des Igawawen. Au village, on ne s'étonne pas d'entendre un, deux, voire trois groupes faire des répétions dans tajjmaâth (Agora) ou en pleine nature, sous un frêne ou un olivier. L'agenda du groupe de Arezki est complet jusqu'à la fin août. Son téléphone n'arrête pas de sonner pour des commandes d'animation de fêtes. Cette année, les tarifs des prestations ont augmenté. Elles varient de 18 000 DA pour une circoncision jusqu'à 25 000 DA pour un mariage. Tous les groupes veillent au respect des traditions, aussi bien dans la tenue que les musiciens arborent que dans le déroulement des cérémonies.
Chaque moment fort de la noce s'apparente à l'exécution d'une sorte de mouvement musical ou nouba. La sortie de la mariée du domicile de ses parents, son arrivée dans la maison de son époux, le moment où elle est conduite à la fontaine du village, la cérémonie du henné, l'ourar (séance de chants et de danse) que l'on anime en soirée, etc. Il y a encore quelques années, une cérémonie de mariage réussie en Kabylie ne pouvait se concevoir sans Idhebalen. Aussitôt annoncés, on accourait de tous les villages pour les entendre et les voir jouer et, surtout, danser au son de leur musique jusqu'au lever du jour. Ils avaient leurs superstars comme Messaoud Ferhat, Amar Ouziri, Kaci Iboudraren, Ahmed Ouherroug et Si Lmadani Ou Handis. Le mariage durait trois jours : assensi, tamaghra et avagous. Seuls les gens fortunés pouvaient se permettre le service de ces artistes que l'on traitait comme des rois. Certains avaient mêmes des danseuses. La danse des Ath Abbas, différente de celle de la Haute Kabylie s'exécute non pas avec les hanches mais avec les pieds. On l'appelle amrawah ou zendani daw oufouss et ressemble beaucoup aux danses des Hauts-Plateaux. Aujourd'hui, malgré la concurrence furieuse des disc-jockeys qui assomment littéralement l'assistance avec leurs torrents de décibels où le raï le dispute au charqui, Idhebalen maintiennent vaille que vaille une tradition vieille de plusieurs siècles et ne sont pas près de quitter la scène. Guendouz est la véritable capitale des Idhebalen. Quelques villages comme celui de Belaguel, Tighilt Oumial, Ouizrane et Handis se disputent la paternité de ce genre musical.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.