La dictature, la corruption et le mal-être de l'Algérie    Ali Yahia et les Médias de la Haine    Tunisie: une "infection bactérienne" a tué 14 nourrissons    L'Argentine porte à 71% son taux directeur    Un Brexit sans accord doit être évité "coûte que coûte"    Yémen: six experts en déminage tués dans l'explosion d'un dépôt    Kim accuse les Etats-Unis d'avoir été de "mauvaise foi"    Le pétrole recule en Asie    L'Algérie avec 19 athlètes au Mondial de kempo en Espagne    Judo : 4 médailles pour les Algériens en Afrique du Sud    Lutte : la coupe nationale cadets et juniors de lutte aujourd'hui et demain    Désignation de représentants du mouvement populaire pour mener une transition : urgence du moment ou stratégie d'enfermement ?    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





AEP et assainissement à El Milia (Jijel) : Des réseaux dans un état désastreux
Publié dans El Watan le 18 - 12 - 2018

En vingt ans d'opulence financière du pays, la ville d'El Milia n'a pas bénéficié de l'inscription d'un projet de rénovation de son réseau d'AEP ni dans celui de l'assainissement.
Et pourtant la wilaya de Jijel a eu sa part de projets de développement, en faisant de la rénovation de ces réseaux au chef-lieu de la wilaya et à Taher une priorité qui a fini par être concrétisée. Maintenant que ces deux grandes villes ont bénéficié de la réalisation de ces projets, ce qui leur permet de ne plus avoir de soucis en matière d'AEP, qu'en est-il pour El Milia ?
Alors que les élus et les différents responsables, qui se sont succédé dans cette ville, sont mis à l'index dans cette défaillance, l'urgence est signalée pour faire de ces projets une priorité absolue. «Sans un réseau d'AEP rénové et performant, l'eau du barrage de Boussiaba, qu'on attend depuis de longues années pour délivrer la population de son calvaire quotidien, ne réglera pas ce problème», avertissent des citoyens d'El Milia.
Ceci dit, et sans être un initié à la situation actuelle du réseau existant, on peut constater qu'à chaque moment de distribution de l'eau, il y a des inondations dans la ville. Dans leur ensemble, les conduites sont défectueuses. Jamais, elles n'ont subi une quelconque opération de rénovation, tandis que la ville a connu une extension tentaculaire. La tentative de les refaire a été capotée, lorsque le projet a été abandonné avant même qu'il ne soit achevé.
Bloqué par de multiples contraintes, dont le problème des constructions illicites, il a fini par tomber dans l'oubli. «Le comble est qu'on considère ce projet comme étant réalisé», chuchote-t-on à l'APC d'El Milia. Peut on ouvrir une enquête pour déterminer les circonstances qui ont abouti à cette fin en queue de poisson d'un projet qui aurait pu être salvateur, ne serait-ce que pour une partie de la ville ?
La question n'est certainement pas à l'ordre du jour, à un moment où on annonce que l'eau du barrage de Boussiaba sera bientôt pompée. Par quel moyen va-t-elle être distribuée? Là est la grande question en l'absence d'un réseau d'AEP solide et performant qui fait défaut à cette ville. L'autre défaillance dans l'inscription des projets les plus prioritaires concerne l'absence d'un réseau d'assainissement pour mettre un terme à ces points noirs qui polluent d'une manière permanente la cité.
Dans chaque quartier, devant les établissements scolaires, au centre-ville et partout ailleurs aux quatre coins de la ville, il y a un problème de ce type. A l'image de celui de l'AEP, le réseau d'assainissement est lui aussi défaillant. L'inscription d'une opération pour sa rénovation sonne telle une urgence dans une ville livrée depuis des années à une gestion improvisée et hasardeuse de ses affaires publiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.