JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Nekkache et Raiah rejoignent le CS Sfax    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une légende vivante
Publié dans El Watan le 27 - 04 - 2011

Révolutionnaire, militant, poète, doyen de la presse écrite, romancier et scénariste. Un intellectuel algérien. Un vaste programme. Un personnage forçant et imposant le respect, et puis, Mourad Bourboune, vous ne pouvez que le prendre en sympathie et l'«adopter» comme père. Père spirituel, pair du philosophe français Jean-Paul Sartre.Tant il est de prime abord agréable à vivre du haut de ses 73 ans. Un petit vieux «brisquard» jurant avec la gérontologie et la «sénilité». Au contraire. Un troisième âge à la rencontre du troisième type, comme dirait Steven Spielberg. Une verdeur et autre fraîcheur de son art pas du tout mineur, mais majeur. Cet art de la faconde, pas au sens péjoratif. C'est cette justesse dans les mots, l'intensité de ses vocables, ses fulgurantes rhétoriques… Et surtout cette sagesse, cette force tranquille… Un «Jedi», un OVNI se détachant et survolant l'ego surdimensionné des célébrités littéraires et littérales. C'est que Mourad Bourboune ne se prend pas au sérieux. Il est au-dessus de tout cela. Nous l'avons rencontré dans un hôtel du centre-ville d'Alger, un après-midi autour d'un café. Il nous confiera qu'il n'avait pas parlé à un journaliste ni accordé un entretien à un journaliste algérien depuis… 1963. Depuis un demi-siècle. Une rencontre à marquer d'une pierre blanche.
Biopic de Larbi Ben M'hidi
Mourad Bourboune était de retour en Algérie après une longue absence, pour une noble cause, sans démagogie aucune. Il s'est déplacé depuis Paris – où il vit depuis 1965 – pour soutenir un projet conçu en binôme avec Bachir Derraïs. Il s'agit du film portant sur le héros de la Révolution algérienne, Larbi Ben M'hidi (1923-1957), arrêté, torturé et exécuté par l'armée coloniale française, dont il a scénarisé la biographie, et Bachir Derraïs en est le producteur. Quant à la réalisation, pour l'instant, trois cinéastes étrangers ont été contactés. C'est en cours de discussion. Pour l'anecdote, quand Bachir Derraïs, il y a trois ans, avait émis le vœu de produire un film sur Larbi Ben M'hidi en sollicitant Mourad Bourboune pour le scénario, Bourboune lui avait alors posé cette question dubitativement : «Bachir, es-tu sûr de savoir à quoi tu t'attaques ? Larbi Ben M'hidi, c'est un ‘‘gros morceau''!» C'était une observation, un conseil quant à l'ampleur et à la dimension de ce personnage historique. «Si on réalise un film sur Larbi Ben M'hidi, on n'a pas droit à l'erreur. On est responsable. On est comptable. On ne peut bâcler un tel projet… Pour vous dire, j'ai effectué des recherches à partir de 50 ouvrages d'histoire. Une année de préparation pour le scénario…», commentera Mourad Bourboune.
Embrayant sur le projet filmique portant sur le biopic de Larbi Ben M'hidi, Bachir Derraïs relatera : «Il y a trois ans, avec Mourad Bourboune, on a évoqué le souhait d'un projet de film sur Larbi Ben M'hidi. C'est un projet qui date de 10 ans. Et puis, je l'ai relancé. En lui disant : ‘‘ il n'y a que toi qui pourrait écrire le scénario sur Ben M'hidi''. Mais il a émis un doute quant à la réaction des autorités (algériennes) de faire un tel film. On a déposé le scénario. Il a été accepté par toutes les commissions. Sur le papier, c'est génial. Mais le projet est bloqué. C'est le gouvernement qui doit donner l'aval. Nous sommes otages de cette bureaucratie et cette loi (sur le cinéma) absurde…».
«Ils ont peur de Larbi Ben M'hidi»
Mourad Bourboune porte le projet en lui. Il aimerait tant que ce film soit tourné. Il est resté quelques semaines à Alger dans l'attente d'une hypothétique réponse quant au tournage du film proprement dit. Il parle de Larbi Ben M'hidi avec dévotion, et il est en pâmoison devant l'histoire de ce martyr de la Révolution algérienne anti coloniale (1954-1962). «Larbi Ben M'hidi était un stratège, un visionnaire et un intellectuel. On l'appelait El Hakim (le sage en arabe). Il s'était inspiré de la révolution irlandaise de 1916 (contre l'occupant britannique). Il en était impressionné. On ne parle pas de son frère, Tahar Ben M'hidi, qui est mort en martyr, avant lui, à Constantine. Et puis, ces lenteurs bureaucratiques quant au projet de film sur Larbi Ben M'hidi. On dirait qu'ici (en Algérie), on n'est pas concerné. Ils ont peur de voir un film sur Larbi Ben M'hidi, parce que cela les renvoie à leur propre image, leur miroir… On est déçus. On a l'impression de les avoir dérangés…Il y a eu beaucoup de gens qui sont morts pour ce pays. Ils ont donné le meilleur d'eux-mêmes et se sont sacrifiés.
Aujourd'hui, je sais qu'il faut trois générations pour restituer l'image de l'Algérien de 1954…», déplorera-t-il. Les yeux brillants, la larme à l'œil – un moment émouvant – Mourad déclare et déclame sa flamme à son humus natal : «J'ai mal à l'Algérie». Lors de cette rencontre et contre toute attente, nous avons découvert une autre facette de cet homme de grande culture. L'humour corrosif forçant le trait de la bêtise humaine et ce, de par ses sentences, ses petites «assassines» et autres contrepèteries. «Au lieu de construire des autoroutes, il aurait mieux valu construire des autoroutes dans la tête des gens… Les Algériens n'ont pas besoin de pain mais de dignité…» «Comment peut-on mépriser son peuple en occultant l'éducation et la culture depuis l'indépendance de l'Algérie (1962)…»
Nullement insensible au printemps révolutionnaire des pays arabes, Mourad Bourboune adhère : «Les révolutions du monde arabe sont de bon augure. En Algérie, cela viendra. Il faudra le temps qu'il faudra, mais le peuple a déjà fait cela, en octobre 1988. Et puis la tragédie des années 1990…» Mourad Bourboune nous annoncera que bientôt il publiera le scénario (auteur du texte original) du film l'Archipel de sable (réalisé par Ghaouti Bendedouche) aux éditions Barzakh et ce, pour faire découvrir la version intégrale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.