30 000 comprimés de Lyrica et 300 millions de cts à bord d'une 4×4 à El Tarf    La rencontre fédérale a failli dégénérer    Imposante mobilisation à Alger    L'Opep+ affole les banques d'affaires    L'Algérie enregistre un net progrès en 2020    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Une lettre du Président sahraoui adoptée comme document officiel    Brahim Ghali dénonce l'inaction de l'ONU    Qui s'y frotte s'y pique    L'ONU demande une enquête "impartiale"    La violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu "met à nu son échec cuisant"    Résultats    Boudaoui forfait face à la Zambie et au Botswana    Sous haute tension    Zetchi, réhabilité, ira à Rabat    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Près de 600 millards pour une centaine de zones d'ombre    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    Le court métrage algérien Mania primé    APLS: poursuite des attaques contre les forces d'occupation marocaine    Ligue 1 (16e j): l'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    El Tarf: Sensibilisation des agriculteurs sur la protection des arbres fruitiers    En finir avec les pratiques du passé    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    107e vendredi de contestation: La mobilisation se poursuit    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Tlemcen: Les directeurs des services agricoles recadrés    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Côte d'Ivoire et Zambie en amical    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un rapport français pointe du doigt l'utilisation de pesticides interdits en Algérie
Publié dans El Watan le 05 - 08 - 2011

D'après ce rapport, l'Algérie continue de stocker des pesticides interdits par les conventions internationales. Le rapporteur socialiste, Roland Courteau, précise, dans son rapport rendu public le 21 juin 2011, que l'Algérie stocke actuellement 190 tonnes de pesticides interdits, principalement du DDT, alors que le Maroc en stocke 8 tonnes et la Turquie 10 tonnes. Ces polluants se trouvent actuellement dans des entrepôts situés dans six wilayas qui sont Alger, Tipasa, Aïn Témouchent, Sidi Bel Abbès, Mascara, Tizi Ouzou et Mostaganem. Le rapporteur précise plus loin qu'«une évaluation de l'importance de ces stocks a été effectuée par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE). Même si ces données datent de 2002, la situation n'a probablement pas beaucoup évolué depuis.» «Les pesticides les plus dangereux, comme les polluants organiques persistants interdits par la Convention de Stockholm, sont encore une ombre portée sur la qualité de l'environnement.
Cette liste de polluants organiques persistants qui comprenait initialement 12 produits (d'où leur sobriquet cinématographique des «12 salopards») s'est accrue en 2010 de 9 nouvelles molécules. Leur interdiction d'utilisation doit s'accompagner de la destruction des stocks de ces produits, ce qui est loin d'être acquis dans tous les pays de la rive Sud», avertit le sénateur socialiste Roland Courteau. Outre l'utilisation des pesticides, une mention spéciale est adressée à l'Algérie en tant que principal producteur d'hydrocarbures du pourtour méditerranéen. Selon un rapport de l'Agence européenne de l'environnement, l'Algérie rejette 10 000 tonnes d'hydrocarbures dans la Méditerranée, dues à des fuites d'exploitation ainsi que des boues toxiques provenant des raffineries d'Alger et de Skikda, se concentrant ainsi dans les sédiments portuaires de ces grandes agglomérations.
Le rapport poursuit ainsi : «Ceci, quand ces résidus ne sont pas mélangés aux ordures domestiques et stockés de façon non sécurisée dans des décharges à ciel ouvert, ils sont lessivés lors des épisodes pluviométriques violents.» Le rapport pointe de grandes différences d'approches entre rive sud et nord de la Méditerranée en matière de traitements des pesticides, des déchets et de manière générale de rejets dans la mer. Ainsi, pour les stocks de pesticides interdits, lorsqu'ils ne sont pas utilisés clandestinement, leur conditionnement présente d'énormes risques de fuites.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.