Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Chaâbet El Ameur : Routes impraticables
Publié dans El Watan le 28 - 09 - 2009

Les routes de la commune de Chaâbet El Ameur sont dans un état de délabrement avancé. Les routes desservant les villages sont dans leur totalité à revêtir. La route reliant le chef-lieu au village Aït Ibrahim en passant par Amar Asfla, est totalement impraticable.
Cet axe est l'une des routes les plus oubliées de la commune. Il est parsemé de nids-de-poule et de larges et profondes crevasses qui rendent la circulation automobile difficile. En dépit de son revêtement, en 2006, cet axe est devenu impraticable aujourd'hui. Ce qui fait poser des questions relatives à la qualité des travaux effectués. Un prix fort est payé pour revêtir au bitume une route, mais sans aucune garantie en contrepartie. Mais la partie haute du village Aït Ibrahim n'a pas été touchée par cette opération. La localité est ainsi plongée dans l'isolement. Par conséquent beaucoup d'habitants ont quitté leur village. La plupart d'entre eux ont trouvé refuge au chef-lieu de la commune. Idem pour le village Matoussa dont la route qui le relie au chef-lieu est dans un état lamentable.
En outre une bonne partie de cette route n'est pas encore rénovée. Au village Aït Saïd, la réalisation de quelque 500 mètres de bitumage a suscité moult interrogations parmi les villageois. Elle été revêtue en deux tranches, les habitants se plaignent du « bricolage » des autorités locales. Longue d'à peine 4 km, cette route est complètement dégradée, notamment dans sa partie se trouvant au niveau de l'oued Bouiri. A cela s'ajoutent les travaux mal finis entamés dernièrement. L'affaissement du terrain au niveau de la RN68, considérée la plus importante, nécessite un réaménagement urgent. Cela a rendu difficile la desserte pour les usagers notamment les transporteurs. Outre ces insuffisances, le CW151 est dans un état lamentable notamment la partie reliant Ouled Ben Tafat à Azzouza.
Ce chemin qui relie même la commune des Issers à celle de Timezrit, s'est rétréci en raison des glissements de terrains provoqués par les pluies. Certains axes routiers de la localité n'ont pas été revêtus depuis des années. En effet, les habitants de ces lieux-dits souffrent le martyre pour rejoindre leurs lieux de travail, où les bancs des établissements scolaires. Par ailleurs, le réseau urbain, lui aussi souffre, et l'aménagement urbain fait cruellement défaut. En somme le réseau routier dans la commune est dans un piteux état. Les villageois ont sollicité plusieurs fois les responsables locaux pour l'aménagement des routes de leurs villages, mais en vain. A titre d'exemple, les habitants d'Aït Ibrahim ont manifesté, il y a une année, leur colère devant le siège de l'APC contre la dégradation de la route menant à leur village.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.