BRAS DE FER ENTRE OUYAHIA ET TAYEB LOUH : Le RND réplique ‘'dangereusement'' à la polémique    PRESIDENTIELLE 2019 : L'alliance présidentielle réitère son appui au Président    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un dangereux terroriste abattu à Mila    PRIX DES FRUITS A MOSTAGANEM : La ‘'Clémentine'' toujours à 300 dinars le kg    LUTTE CONTRE L'IMMIGRATION CLANDESTINE : 37.000 migrants subsahariens rapatriés en 4 ans    CELEBRATION DU ‘'MAWLID ENNABAOUI'' A MOSTAGANEM : La mosquée ‘'Amr Ibn El Ass '' abrite les festivités    El Mouloud, fête religieuse ou désagréments ?    La marche de Béjaïa violemment réprimée    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    Installation de la nouvelle chef de daïra    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    Dhouibi dément tout changement de cap    Trois terroristes abattus à Benihemidane    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    24 heures    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Entre réforme set continuité    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Habitat précaire à Bordj El Kiffan : La forêt Faïzi sous l'emprise des baraques
Publié dans El Watan le 13 - 10 - 2009

La forêt nouvellement aménagée pour des activités récréatives se trouve paradoxalement envahie des bidonvilles.
Le bois se trouvant à la cité Faïzi, dans la commune de Bordj El Kiffan est toujours sous l'emprise d'indus occupants qui y ont élu domicile. La forêt abrite, selon les statistiques des services de l'APC, 45 baraques construites illicitement dans ce lieu dédié initialement à la villégiature et aux loisirs. Le site qui a été nouvellement réaménagé en le dotant d'un mur d'enceinte et d'allées, dans le but d'y promouvoir les activités de loisirs, se trouve aujourd'hui non seulement dépourvu de personnel affecté à son entretien, mais aussi livré aux squatters qui en ont fait un lieu de résidence. « Le dossier est entre les mains de la wilaya, seul organisme habilité à décider du devenir de ces occupants illicites », souligne Ali Boukhaldouni, délégué chargé du dossier des bidonvilles au niveau de l'APC. Et à notre interlocuteur de poursuivre : « Notre champ d'intervention se limite à contenir toute forme d'extension du site, en procédant à la démolition systématique des nouvelles baraques qui viendraient se greffer au site », précise-t-il.
Par ailleurs, nous apprendrons de notre interlocuteur que les instances de la wilaya chargées de ce volet ont amorcé une opération de constitution de dossiers par les occupants de ces baraques destinés au fichier national. De l'avis des habitants de la cité Faïzi, qui, faut-il le dire, ne bénéficient nullement du bien-être qu'offre la forêt, « il est impératif de redonner à cette forêt son lustre d'antan et la remettre sur les rails de sa vocation première et ce, en recasant ces indus occupants ». Outre ce bidonville qui enlaidit cette localité du littoral est algérois, la commune de Bordj El Kiffan compte près de 3400 autres baraques éparpillées sur tout le périmètre de la commune. « Ce nombre est partagé entre 38 sites, mais le plus important reste celui du Hamiz qui compte à lui seul 884 baraques », affirme M. Boukhaldouni.
Le grand bidonville du Hamiz, érigé dangereusement sur les berges de l'oued El Hamiz, se trouve partagé entre trois communes, à savoir Bordj El Kiffan, Dar El Beïda et Rouiba. Depuis le temps que ce site existe, les pouvoirs publics n'ont pas trouvé de solution définitive pour l'éradiquer, et la vie des citoyens se trouve menacée par les débordements des eaux qui, à chaque saison hivernale, envahissent les mansardes construites à même le lit de l'oued. Le deuxième site de bidonville, par ordre d'importance, est incontestablement celui de Rassauta qui compte une multitude de baraques construites dans une zone mitoyenne avec les résidences érigées légalement dans le cadre de l'extension de la ville.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.