"Il faut commencer par juger les véritables criminels"    La justice se rappelle Chakib Khelil    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    L'Union africaine appelle à un cessez-le-feu "immédiat"    ESS : le match de la saison    Le Chabab passe en finale    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Les travers de la société tournés en dérision    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Habitat précaire à Bordj El Kiffan : La forêt Faïzi sous l'emprise des baraques
Publié dans El Watan le 13 - 10 - 2009

La forêt nouvellement aménagée pour des activités récréatives se trouve paradoxalement envahie des bidonvilles.
Le bois se trouvant à la cité Faïzi, dans la commune de Bordj El Kiffan est toujours sous l'emprise d'indus occupants qui y ont élu domicile. La forêt abrite, selon les statistiques des services de l'APC, 45 baraques construites illicitement dans ce lieu dédié initialement à la villégiature et aux loisirs. Le site qui a été nouvellement réaménagé en le dotant d'un mur d'enceinte et d'allées, dans le but d'y promouvoir les activités de loisirs, se trouve aujourd'hui non seulement dépourvu de personnel affecté à son entretien, mais aussi livré aux squatters qui en ont fait un lieu de résidence. « Le dossier est entre les mains de la wilaya, seul organisme habilité à décider du devenir de ces occupants illicites », souligne Ali Boukhaldouni, délégué chargé du dossier des bidonvilles au niveau de l'APC. Et à notre interlocuteur de poursuivre : « Notre champ d'intervention se limite à contenir toute forme d'extension du site, en procédant à la démolition systématique des nouvelles baraques qui viendraient se greffer au site », précise-t-il.
Par ailleurs, nous apprendrons de notre interlocuteur que les instances de la wilaya chargées de ce volet ont amorcé une opération de constitution de dossiers par les occupants de ces baraques destinés au fichier national. De l'avis des habitants de la cité Faïzi, qui, faut-il le dire, ne bénéficient nullement du bien-être qu'offre la forêt, « il est impératif de redonner à cette forêt son lustre d'antan et la remettre sur les rails de sa vocation première et ce, en recasant ces indus occupants ». Outre ce bidonville qui enlaidit cette localité du littoral est algérois, la commune de Bordj El Kiffan compte près de 3400 autres baraques éparpillées sur tout le périmètre de la commune. « Ce nombre est partagé entre 38 sites, mais le plus important reste celui du Hamiz qui compte à lui seul 884 baraques », affirme M. Boukhaldouni.
Le grand bidonville du Hamiz, érigé dangereusement sur les berges de l'oued El Hamiz, se trouve partagé entre trois communes, à savoir Bordj El Kiffan, Dar El Beïda et Rouiba. Depuis le temps que ce site existe, les pouvoirs publics n'ont pas trouvé de solution définitive pour l'éradiquer, et la vie des citoyens se trouve menacée par les débordements des eaux qui, à chaque saison hivernale, envahissent les mansardes construites à même le lit de l'oued. Le deuxième site de bidonville, par ordre d'importance, est incontestablement celui de Rassauta qui compte une multitude de baraques construites dans une zone mitoyenne avec les résidences érigées légalement dans le cadre de l'extension de la ville.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.