La position de Berlin sur le statut du Sahara occidental est la cause des frictions entre l'Allemagne et le Maroc    Un projet d'attentat déjoué à Alger    «Un courant obscurantiste tente de faire dévier la révolution»    Beldjoud préside l'installation du wali    Bou-Arréridj Verdict le 10 mars    La défense dénonce un mauvais traitement du détenu    À quel scénario s'attendre ?    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    Tebboune reçoit les présidents de 3 partis    L'ambassade de France s'explique    Le parti AfD placé sous surveillance policière    Derbies au Centre, duels à l'Est et à l'Ouest    Mouassa s'éclipse, Abbès s'annonce    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    5 décès et 163 nouveaux cas    Mahrez, étincelant    2 armes à feu récupérées par les services de sécurité    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Le nouveau geste de Macron    Participation de 216 maisons d'édition    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Quel impact sur l'industrie de raffinage?    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    Messi fixe une deadline pour son avenir    RASD: la guerre contre l'occupant sera étendue jusqu'à la libération des territoires occupés    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaine    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    La mafia du foncier dénoncée    Bourita sur des charbons ardents    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Du caviar pour les siens    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le boucher de Srebrenica
À la barre !
Publié dans El Watan le 06 - 11 - 2009

Jugé depuis mardi dernier au Tribunal pénal international (TPI) de La Haye, Radovan Karadzic, l'ex-président de Bosnie, 64 ans, est poursuivi pour le massacre de 8000 musulmans de Bosnie à Srebrenica, en juillet 1995, ainsi que pour sa responsabilité dans le siège imposé durant 43 mois à Sarajevo par les forces serbes, siège dont le bilan se situe entre 10 000 et 14 000 morts. Un vrai fou, doublé d'un génocidaire…
Dans une vie antérieure, Radovan Karadzic fut psychiatre et poète à ses heures perdues. Ses amis le surnommaient « le poète fou ». Et de la folie, il en avait à revendre. Dans l'un des quatre recueils de poèmes publiés en 1971, on peut encore lire sa profession de foi terrifiante. « Je ne suis pas né seulement pour sentir les fleurs, mais aussi pour incendier, tuer, et tout réduire en poussière... ». L'esprit bucolique, mais néanmoins l'âme d'un sicaire, cet homme est-il donc né pour provoquer le néant autour de lui ? A regarder de près ses états de guerre, il serait difficile de prétendre le contraire. Originaire des montagnes du Monténégro, de père cordonnier et d'une mère paysanne, Radovan était un « Papak », une « Chaussette blanche », bref un « Djbaïli » comme disent les Algériens pour évoquer ceux qui descendent des montagnes. Il débarque à Sarajevo alors qu'il n'avait que 15 ans. Il fait des études de psychiatrie, travaille dans un hôpital comme psychiatre spécialiste en paranoïa, écrit des poèmes et se passionne pour la cause serbe. Tant et si bien que cet amateur de poker et de belles femmes devient en 1990 le leader des plus nationalistes des Serbes de Bosnie. Ses velléités d'extermination et d'épuration ethnique, il les exprime dès 1991 alors que la Yougoslavie se faisait dépecer ethnie par ethnie. La scène se passe au Parlement à Sarajevo, Radovan Karadzic, chef du Parti démocratique serbe (SDS), apostrophe Alija Izetbegovic, président bosniaque : « Vous allez plonger la Bosnie dans l'enfer. En cas de guerre, les musulmans seront exterminés. » Prophétie ? Assurément. Car, lorsque la guerre civile éclate, Radovan ainsi que le chef militaire serbe, Ratko Mladic feront preuve d'une infinie cruauté et barbarie à l'égard des populations musulmanes. Meurtres, viols, tortures, exécutions sommaires, déportations… rien ne leur a été épargné. Une fois la paix signée, le boucher de Srebrenica part se réfugier pour échapper à la traque lancée contre lui. Sa cavale durera treize longues années avant qu'il soit arrêté en juillet 2008.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.