Le procès Hamel reporté au 17 novembre    Un scrutin miné ?    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Rejet de 77 dossiers de candidature    Des candidats exclus font appel    Renforcement de la coopération policière entre les pays africains    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Retour du public dès demain sous conditions    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Aucun effet sur les prix du poulet    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    Les dates des compositions fixées    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    Griezmann, du paradis à l'enfer    Steve Bruce quitte les Magpies    Mbappé juge son entente avec Messi    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    Des rejets «excessifs et arbitraires»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le service public, entre l'absentéisme et le présentéisme
Publié dans El Watan le 28 - 12 - 2013

Si l'absentéisme est un phénomène bien connu et relativement bien mesuré, le présentéisme ne fait pas encore l'objet d'une grande attention. Après avoir combattu l'absentéisme avec ferveur dans les dernières années, les gestionnaires devraient, maintenant, se consacrer à son autre pendant, le présentéisme.
En Algérie, on ne s'intéresse pas du tout, ou pas encore, à ce problème, et, partant, on a cumulé beaucoup de retard à ce niveau. Or, il existe bel et bien dans nos usines où il est largement répandu, celles, du moins, qui sont encore productives, et il a pris racine dans nos administrations, même les plus reculées, où le minimum de service public n'est pas assuré par la faute de préposés, pourtant bien présents sur leurs lieux de travail, voire, le plus souvent, en surnombre même.
Regardez, par exemple, nos postes, nos mairies et nos banques, où des chaînes interminables se forment sur un seul guichet opérationnel, pendant que les agents d'autres guichets, bien présents, baillent aux corneilles et se tournent les pouces, à croire qu'ils sont étrangers aux lieux. Drôle d'organisation du travail ! Si on interrogeait les Algériens sur un panel, par exemple, de 100 personnes : «Etes-vous satisfaits des services publics, et est-ce que vous avez été victimes de la bureaucratie ?», leur réponse serait «oui» à 100% ! Edifiant, n'est-ce-pas ? Le président de la République, lorsqu'il a décidé d'opérer le remaniement ministériel, avait déjà conscience de la nécessité de «faire quelque chose» pour le service public qui a été, encore une fois, mis à rude épreuve cet Aïd, nonobstant les avertissements du ministre du Commerce Benbada, parce que le service public c'est aussi tous ces boulangers «rebelles» ou ces transporteurs «profiteurs» !
Il a décidé de la création d'un ministère, placé auprès du premier ministre, pour prendre en charge la réforme du service public, lequel service public n'est plus ce qu'il était, de l'aveu de la majorité des Algériens. Ça sera un «ministère transversal» qui se nourrirait des propositions qui seront portées par les départements ministériels et les institutions concernées, a affirmé Abdelmalek Sellal, lors de la cérémonie d'installation du nouveau ministre. En attendant, M. le ministre chargé de la réforme du service public, j'ai une proposition, elle concerne «le présentéisme». L'absentéisme, tout le monde connaît, nul besoin de disserter là-dessus. Ignorer, en revanche, la problématique du présentéisme, c'est le meilleur moyen de faire progresser la bureaucratie et d'exacerber l'impatience des administrés qui sont en droit de revendiquer un service public de qualité. Doit-on continuer à aller au travail pour le meilleur et pour le pire et être au boulot physiquement et non pas moralement ? c'est ce qui définit le présentéisme.
Deux exemples pour clarifier ce paradoxe : l'employé se présente au travail, alors qu'il n'est pas apte (psychologiquement ou physiologiquement) à travailler. Il est présent physiquement dans l'entreprise, au bureau, voire même derrière son guichet, mais avec toutes les traductions du désengagement du salarié ou du collaborateur dans le projet de l'entreprise, ou le programme tracé par sa hiérarchie, ce qui peut entraîner, négligences ou erreurs. Expliqué autrement, on peut dire que le présentéisme est une omission de s'absenter, alors qu'on aurait une bonne raison de le faire. Plusieurs exemples pour illustrer cette affirmation :
1. Celui qui a mis cinq années à trouver un emploi, même fortement enrhumé il vient travailler. Ses motivations sont nombreuses :
– peur d'une sanction ;
– peur d'être remplacé ;
– refus de voir son revenu baisser ;
– sentiment d'être indispensable.
Des chercheurs américains ont voulu savoir, par exemple, si ces travailleurs «au nez bouché» — ponctuellement moins productifs — apportaient, malgré tout, quelque chose à l'entreprise, en se penchant sur le cas de
375 000 salariés.
Résultat : un salarié malade et présent ne rapporte rien ; au contraire, il coûte plus cher, car il est moins concentré sur la tâche et fait perdre du temps à ses collègues et à son employeur… sans compter le risque de contamination qu'il peut provoquer dans son sillage.
Cette étude, publiée en 2004, démontre que le présentéisme coûte, minimalement, deux à trois fois plus cher que l'absentéisme : quand le salarié est présent, c'est l'entreprise qui le paie en salaire, mais quand il est absent, pour cause de maladie, c'est la sécurité sociale qui lui verse ses indemnités.
Quand il est absent, sans motif, ce sont des jours de carence qui ne lui sont pas payés.
Le phénomène est à ce point généralisé pour que l'on considère qu'il y a plus de travailleurs malades au travail qu'à la maison.
2. Le travailleur présent mais non performant, à qui on demande d'être polyvalent, c'est-à-dire interchangeable est par extension anonyme. Il perd l'attachement à son travail, il n'est plus productif et son présentéisme, de son point de vue, n'aura pas d'impact sur l'entreprise ou l'administration dont il relève.
3. L'employé à qui on n'a pas assigné des tâches bien définies et qui «se roule les pouces jusqu'à la sortie», «c'est la faute au chef, dit-il, il ne m'a pas donné de travail».
En Algérie, loin de toutes ces préoccupations, on s'entête encore dans les administrations, ministères et autres collectivités locales à voir le problème à l'envers, parce que l'on pense, encore, que le présentéisme c'est le fait d'être au boulot, donc à l'inverse de l'absentéisme. C'est une vérité à laquelle il faut tordre le cou. On pense l'avoir réglé grâce à la pointeuse ou à la feuille d'émargement.
Erreur ! On est vraiment rivés sur l'absentéisme et ce qu'il faut éviter, c'est que des mesures destinées à l'éradiquer, qui sont parfois simples, entraînent une augmentation du présentéisme. Ainsi, une autre étude menée dès 2009 au Royaume-Uni a estimé que les jours perdus attribués au présentéisme étaient 1,5 fois plus importants que ceux imputés à l'absentéisme. Chez nous, les absences et les horaires laxistes sont remarqués et négativement connotés et pointés. A l'inverse, la présence est d'autant louée qu'elle dépasse, le plus souvent, les normes exigées et paradoxalement on ne fait pas rimer absence avec constance (dans la production ou sur les idées). Etre encore à son poste à 20 heures est un signe d'abnégation et de forte implication dans son travail. Peu importe que la productivité de l'individu concerné n'ait pas été au top durant la journée.
4. L'instituteur qui n'a pas préparé sa leçon et qui demande à un élève de surveiller la classe pendant que lui, bien présent pourtant, papote avec un collègue ou discute au téléphone. En réalité, le présentéisme est loin d'être souhaitable, car, en définitive, il est ravageur : qu'il soit le fait de salariés malades qui viennent travailler alors qu'ils feraient mieux de rester chez eux pour se soigner, ou de fonctionnaires zélés qui demeurent au bureau plus que ce qui serait, strictement, nécessaire, parce que, pensent-ils, leur carrière l'exige, comme sont enclins à le penser tous ces jeunes frais émoulus énarques. Or, un salarié «présent», en apparence seulement, dégrade la productivité d'une équipe, il finit par pécher par manque de concentration et son travail est à refaire.
De plus, les coûts liés au présentéisme — climatisation, chauffage, téléphone, internet, etc. — sont difficilement supportables et grèvent conséquemment le budget de l'employeur. Plus encore, et cet exemple nous vient de la haute administration, d'un ministère de souveraineté, où certains chefs obligés d'être présents au-delà de l'horaire légal après une injonction ferme de leur nouveau mais néanmoins dynamique ministre, n'avaient plus de nerfs et s'avèreraient, en définitive, incapables de diriger un staff ou une équipe, sans hurlements, insultes, humiliations, chantages et vexations. Tout cela, parce que ces messieurs avaient besoin de se défouler et qu'ils n'avaient plus aucun recul. Ces personnes représenteraient et représentent, assurément, un vrai danger psycho-social pour leurs subordonnés qui «sont au boulot, sans y être !»
Ces derniers, oisifs par devers eux, ont d'ailleurs le sentiment qu'on leur a infligé des «heures de colle» comme dans les années du lycée. Dans l'entreprise, l'idée qui prospère dans le milieu des cadres est celle qui les définit comme ceux qui ne pointent pas, qui n'ont pas d'horaires fixes, qui toucheraient un bon salaire…, et qui éteignent les lumières en partant. Le seul pays en fait où cette notion est présente c'est le Japon, où le cadre sort, dans les deux sens du terme, avec ses collègues de travail. Ailleurs, et aussi surprenant que cela puisse paraître, les champions des jours congés sont les pays nordiques ; rester au travail au-delà de 18h ou 19h, c'est mal vu, c'est louche. Ce serait plutôt révélateur de votre manque d'équilibre. On vous dira que vous négligez soit votre couple, soit vos enfants et ce n'est pas très sain, y compris pour l'entreprise. Dernier exemple, pour en finir avec ces explications du présentéisme, qui peut pervertir le monde de l'entreprise ou l'ambiance du bureau, on ne le répétera jamais assez, quand vous récompensez quelqu'un qui ne fait rien, qui n'a rien prouvé, au seul motif qu'il est le fils de ou la sœur de, cela ne peut aboutir qu'à la démotivation des troupes qui viendront ainsi gonfler encore plus l'armée des présentéistes. Que dire également des cadres de plus de 60 ans qui restent en poste, malgré tout, parce qu'ils font partie de la clientèle du régime, alors qu'ils ne sont d'aucune utilité. J'y reviendrais. Pourquoi, amis lecteurs, je vous propose ce sujet
maintenant ? Je vous ai donné une première explication qui a trait à la méconnaissance de ce fléau ici en Algérie.
La deuxième raison tient du discours de notre Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui n'a de cesse d'affirmer dans toutes les wilayas qu'il visite «qu'il est temps de passer à la vitesse supérieure, d'améliorer le service public, de diversifier notre économie et de ne plus compter sur les hydrocarbures qui ne sont pas pérennes !» Le salut, a-t-il dit en de nombreuses circonstances, «réside dans l'investissement productif créateur de richesses et d'emplois». Oui, mais, quid de la ressource humaine, de la formation, du recyclage, de la mise à niveau des personnels, de l'homme quoi ? Ne sont-ce pas là les fondements de l'économie moderne basée avant tout sur l'humain ? Alors, pour coller à notre thématique présente, il faut faire en sorte que la qualité de vie au travail soit meilleure afin qu'elle se répercute sur la qualité du service public. Et en l'état, l'ambiance au travail avec cette «circulaire des 60 ans qui doivent être débarqués sans aucune autre forme de procès de leurs postes», je ne vous dis pas les
dégâts ! Franchement, peut-on faire l'économie de l'expertise de certains de ces cadres, pas ceux que j'ai cités supra, je parle des cadres qui ne sont pas pistonnés ? Et puis, entre nous, depuis quand une instruction, même émanant du Premier ministre, met sous l'éteignoir des dispositions réglementaires édictées par un décret ? Bref, passons. Améliorer la qualité de vie au travail, disais-je, et aussi comme le préconisent les spécialistes :
– faire un effort personnel, un travail sur soi donc, pour augmenter le plaisir d'être au travail, comme l'auto-motivation, la recherche de sens, l'augmentation de l'estime de soi. – Permettre à chacun, selon ses capacités, d'accéder en toute équité, sans piston, à des formations qualifiées et qualifiantes, destinées précisément à faire prendre conscience des leviers de toutes les aptitudes telles que décrites supra. Cela ne sera pas sans impact sur le monde du travail et partant sur l'économie du pays. En conclusion, et je m'adresse à M. le ministre chargé de la réforme du service public, je n'ai pas la prétention, loin s'en faut, de vous dire ce que vous devez faire. Je vous rappelle simplement et très modestement qu'il n'y a pas de solutions aux problèmes de l'entreprise et de l'administration en général sans la résolution de cette équation : «absentéisme-présentéisme-rentabilité».
C'est ce qui va, à mon sens, vous permettre de faire étalage de toutes vos compétences et au pays d'en bénéficier. Rappelez-vous cette sortie du président de la République qui a dit un jour, à propos de l'emploi des
jeunes : «Ils veulent tous être gardiens et agents de sécurité pour dormir la nuit et entreprendre un autre job le jour !» Présentéisme, vous disais-je, présentéisme, c'est un vrai fléau, pire que l'absentéisme! L'entreprise et l'administration en souffrent. Les citoyens aussi ! Agissez M. le ministre, mais à bon escient ; la tâche est rude mais pas insurmontable. Vous êtes dans le bon timing car la presse a rendu compte, ces derniers jours, de la réaction des walis, saisis par leur tutelle, aux fins d'installation de commissions chargées de réfléchir sur la réhabilitation des services publics administratifs relevant des collectivités locales.
On a appris ainsi qu'un premier rapport comprenant tous les éléments relatifs à l'accueil et à la prise en charge des citoyens et leurs problèmes, à l'information et à l'orientation des usagers de l'administration, à l'allègement des procédures, à l'amélioration de l'encadrement humain et à l'état des services et institutions publiques devait être établi avant le 10 octobre 2013 et atterrir très certainement sur le bureau de Tayeb Belaïz, le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur et des collectivités locales. En tant que ministre chargé de la réforme du service public, vous hériterez fatalement «de la patate chaude», car vous êtes à la tête d'un «ministère transversal», comme l'a affirmé Abdelmalek Sellal. Et là, je vous le dis sans ambages, en vous livrant mes craintes : ce rapport-là risque d'être un «remake» d'un ancien rapport qui sera «dépoussiéré» pour la circonstance. Il portera le titre ronflant de «bonne gouvernance», thème qui a été par le passé tant et tant galvaudé, sans suite probante. C'est comme du sable qui vous glisse entre les doigts, il n'en restera que quelques recommandations, aussi plates que redondantes, qui seront vite remisées dans les tiroirs. Donc, le risque du «déjà-vu», du «déjà-entendu» et du «flop» n'est pas à écarter. Alors, monsieur le ministre chargé de la réforme du service public, sachant que l'absentéisme peut être combattu par des méthodes plus ou moins radicales, autant plancher sur le présentéisme, cet autre fléau qui gangrène le monde du travail et qui reste encore méconnu dans nos contrées ici bas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.