ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alarmante progression des crimes et délits
Violences contre la famille et atteintes aux mœurs
Publié dans El Watan le 17 - 12 - 2009

Les crimes commis actuellement en Algérie prennent des formes alarmantes avec une nette recrudescence des actes au sein de la famille. Rien que durant les huit premiers mois de 2009, le nombre de crimes et délits contre la famille et les bonnes mœurs a atteint 1176 affaires. A la suite de ces actes de violence, 1891 personnes ont été arrêtées, indique le colonel Abderrahmane Ayoub, chargé de la communication au sein de la Gendarmerie nationale, joint hier par téléphone.
Le jeune homme de 17 ans qui a massacré ses parents et son frère, lundi à Sétif, ne constitue pas un cas isolé puisque 29 affaires de ce genre ont été dénombrées dans cette wilaya, de janvier à octobre 2009, selon le colonel Ayoub. Il faut compter 251 affaires de coups et blessures et 263 personnes arrêtées sur le territoire national durant les huit premiers mois de l'année 2009. Sur ce registre, fait savoir notre interlocuteur, Sétif vient en tête de liste des wilayas, suivie de Béjaïa et d'Oran alors que d'autres régions du pays connaissent des crimes familiaux comme Saïda, Tiaret, Batna ou Oran.
Les stades, les écoles et même les mosquées n'échappent pas aux actes de violence individualisée, avance un psychiatre au centre hospitalier Drid Hocine de Kouba, à Alger. « Un enfant qui ne reconnaît pas l'autorité familiale ne reconnaîtra aucune autre autorité », indique Mme Dalila S., psychologue dans le centre de détresse Sabrina, créé spécialement pour les femmes violentées par leurs proches parents. Dans plusieurs mosquées du pays, des jeunes recourent à la violence corporelle pour pousser au changement des imams prêcheurs ou ceux qui assurent juste les cinq prières prétextant différentes raisons, indique un haut cadre au ministère des Affaires religieuses et des Wakfs. A l'école, on ne compte plus les cas où des élèves insultent, menacent et frappent leurs enseignants. « J'ai été victime de grossièretés de la part d'un de mes élèves, mais j'ai pas osé me plaindre ni au niveau de l'établissement ni auprès de la police de crainte de représailles contre mes enfants en bas âge », témoigne une enseignante dans un collège à Beni Messous, sur les hauteurs d'Alger. Dans les clubs sportifs, des joueurs arrivent aujourd'hui au point de crier au visage de leur entraîneur et tentent quelquefois de l'agresser physiquement. Les services de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) interviennent, eux aussi, chaque fois qu'il faut constater ou parer à des actes de violence notamment familiale. « Il arrive qu'on soit harcelés pour aller séparer des membres d'une même famille qui en arrivent aux mains et avec arme blanche », relève un commissaire en poste à Alger. Le mois dernier, 146 citoyens ont été arrêtés pour des actes de violence par les services de la Gendarmerie nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.