Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Scoliose idiopathique : Les enfants scoliotiques dans la détresse
Publié dans El Watan le 20 - 12 - 2009

La prise en charge chirurgicale de la scoliose a pratiquement disparu en Algérie dans les structures de santé publiques l Les transferts pour soins à l'étranger sont interdits l Des centaines d'enfants scoliotiques, notamment des filles, ne savent pas à quel saint se vouer.
La scoliose idiopathique est une déformation de la colonne vertébrale qui survient pendant la croissance, sans cause décelable et en dehors de tout contexte pathologique. Souvent, la scoliose est dépistée à titre systématique au même titre que la carie dentaire par le médecin scolaire, le médecin de famille ou le pédiatre. C'est parfois l'asymétrie du triangle formé par la taille et le bras de l'enfant qui intrigue les parents, ou l'impression qu'il a une grosse hanche, une épaule plus haute, un omoplate qui pointe ou bien une jambe plus courte. C'est l'examen clinique de l'enfant qui permet de faire la différence sur la notion de « bosse » ou de « gibbosité », expliquent les spécialistes.
La cause la plus fréquente est la mauvaise attitude assise à l'école, l'inégalité de longueur des membres inférieurs (la courbure disparaît en équilibrant le bassin), la raideur ou rétraction d'une hanche, etc. Bien qu'un facteur héréditaire paraisse certain, beaucoup d'autres hypothèses ont été avancées mettant en cause des facteurs neurologiques, musculo-ligamentaires, mécaniques ou biochimiques. Il est établi par les spécialistes que la scoliose dorsale et dorsolombaire idiopathique se constituent avant l'âge de 6 ans, et même probablement lors de la première année. Les filles sont 8 fois plus atteintes que les garçons. La déformation est inesthétique et a d'importantes répercussions psychologiques, a tenu à souligner le Pr Kaced lors du premier congrès de la Société algérienne de médecine physique, et elle a des répercussions sur l'état de santé des personnes, comme la diminution de la capacité respiratoire avec insuffisance respiratoire et répercussions.
C'est devant ces complications graves que les enfants sont soumis à des consultations, a signalé le Pr Kaced, président de la Samer. Elle a insisté sur la prévention de la scoliose en effectuant un dépistage systématique des enfants scolarisés. Un dépistage qui doit se faire à l'âge de 6 ans, notamment chez les personnes à risques et qui doit être refait à 9 ans et à 15 ans pour les filles et à 12 ans et 16 ans pour les garçons. « Il est important de dépister et de prévoir l'évolution d'une petite scoliose afin de décider du traitement qui empêchera cette évolution naturelle », a-t-elle indiqué. Les résultats de son étude portant sur l'évaluation de la prévalence de la scoliose idiopathique réalisée en 2006 qu'elle a présentée, ont montré que 2,6% d'enfants scolarisés à Alger sont atteints de courbures scoliotiques. Deux filles pour un garçon en sont atteints.
L'étude a donc porté sur 196 élèves d'un échantillon de 19 529 enfants suivant un cursus fondamental dans la capitale et souffrant d'une scoliose idiopathique. Cette unique enquête a montré que sur l'échantillon étudié, 868 élèves présentaient des courbures scoliotiques, consultés, dont 220 présentaient une déformation du 2e degré et 196 souffraient d'une scoliose idiopathique contre 4 qui l'ont développée. Le Pr Kaced a expliqué, en outre, que 8,9% ont eu un traitement conservateur, c'est-à-dire sans passer par le bloc opératoire, contre 2,3% de cas chirurgicaux, soulignant que sur les 89,5% cas surveillés, « beaucoup ne le sont plus actuellement à cause du changement de domicile ».en précisant que l'enquête en question a duré trois mois, alors que le suivi des patients s'est étalé sur deux ans.
Elle a déploré, par ailleurs, l'absence d'équipes dans les services spécialisés, ainsi que des équipements pour faire face à cette maladie. « Il y a une insuffisance de services qui prennent en charge la pathologie scoliotique, comme il y a aussi un manque d'équipes spécialisées, notamment dans la chirurgie. Depuis 2008, un dépistage systématique est organisé dans des écoles mais les enfants orientés ne sont pas pris en charge », a-t-elle encore déploré. Elle en appelle aussi à la mise en place d'une stratégie nationale pour la prise en charge de cette maladie en renforçant la formation des médecins de santé scolaire et des généralistes. Comme elle plaide pour la formation de spécialistes et la création d'équipes multidisciplinaires voire des pôles d'excellence. Elle appelle à la mise en place d'un comité national de la scoliose qui est aujourd'hui un véritable problème de santé publique en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.