réunion président de la FAF- membres des différents staffs des Verts pour préparer le Cameroun    Man United : Martial très proche de ce club    L'UE interpellée sur l'illégalité des activités économiques au Sahara occidental    Le Président Tebboune rencontre des représentants de la communauté nationale en Egypte    Burkina Faso: incertitude autour du sort du président Kaboré, appels au dialogue    Comores : Un défenseur pour garder les buts face au Cameroun    Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de mardi    Handi-basket / Championnat d'Afrique : l'Algérie s'impose devant l'Afrique    Affaire Metidji: 5 ans de prison ferme pour Sellal et 8 ans à l'encontre de Metidji    Coupe de la CAF: JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    Du fleuve de sang et de larmes... au rayonnant Hirak    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Covid: malgré sa contamination, le personnel médical continue de braverla pandémie et assurer le service    Le dinar poursuit sa baisse face au dollar    Les voies de la résilience    Des reports de procès en cascade    Les notaires emboîtent le pas aux avocats    Le dernier délai de la Cnas d'Alger aux employeurs    Les Verts n'ont jamais raté les matches barrages    MSF accuse la coalition menée par l'Arabie saoudite    L'Amérique livre le premier Super Hercules à l'Algérie    Le ras-le-bol des Oranais    "La physionomie des couples algériens a beaucoup évolué"    Farès Babouri veut nous faire sortir de notre zone de confort    Le prix "Halli-Ali" décerné à Mohamed Yadadène    Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie    Quelque 4 millions d'euros et 1 million d'USD d'exportations hors hydrocarbures en 2021    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    Un soldat français tué à Gao    De l'ecstasy et du kif traité saisis par la police    «La hausse des prix n'est pas à l'ordre du jour»    La FAF suspend momentanément les compétitions    La grève des boulangers massivement suivie    L'association culturelle «Saharienne», un outil de valorisation des artistes et des arts    Coups de théâtre à répétition !    Bouira - Université : suspension des cours jusqu'à début février    RC Kouba: Est-ce la bonne saison ?    La solution des autotests    «50% des centres inaptes à accueillir l'examen»    La junte nomme les membres du Conseil national de transition    Quel crédit accorder à l'initiative?    Le rapport déposé incessamment sur le bureau de l'APN    Où en est la ruée vers l'or?    123 morts en 4 jours    Focus sur les intellectuels    L'ADN de la Nation algérienne    Pionnier de la musique kabyle    Les avocats prônent la prudence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«On pourra faire de la derja une langue aboutie si…»
Publié dans El Watan le 25 - 12 - 2014

-Comment est venue l'idée du lancement de la page «l'Algérien pour les nuls» ?
Au début des années 2000, j'ai fini une licence en anglais. Ce cursus m'a donné envie de creuser encore plus le monde linguistique, notamment le parler algérien. J'avais commencé par créer un site web pour récolter, discuter les subtilités de cette langue. J'aimais décortiquer les mots, les expressions, les proverbes. Et à chaque fois, l'étymologie était surprenante : latine, berbère, turque, arabe, hébraïque, espagnole, française…
-Pensez-vous qu'il est important de réhabiliter la derja et pourquoi ?
Je pense effectivement qu'il est important de réhabiliter la derja, comme vous le dites, ou simplement de la promouvoir, car elle ne l'a jamais été de façon officielle. Beaucoup d'écrivains ont fait de la derja le moteur de leur œuvre ; je pense à Kateb Yacine. Mais jamais elle n'a été prise au sérieux par les systèmes éducatifs qui se sont succédé. Sans doute parce que la tâche, à juste titre, paraît titanesque et les priorités ailleurs. On a préféré arabiser, mais ça n'a rien donné non plus en termes de progrès culturels et scientifiques. Comme les peuples du monde entier où l'arabe est langue officielle et première, on est obligé de passer par des langues abouties, souvent l'anglais ou le français, pour rester à jour avec le monde.
-Notre langue maternelle reste cantonnée dans l'oralité, le fait de la transcrire pourrait en faire une langue à part entière. Qu'en pensez-vous ?
Quand on pense que la langue anglaise a commencé par un statut de «derja», puisque au début du Moyen-Âge les Anglais ne parlaient et n'écrivaient qu'en français ou en latin, l'anglais étant une langue inaboutie et seulement utilisée oralement par le petit peuple, et qu'à peine la Renaissance dépassée on avait un Shakespeare, on se dit qu'il faut commencer aujourd'hui avec notre derja, même s'il faut la faire cohabiter avec d'autres langues chemin faisant. Un jour ou l'autre, elle sera mûre. Il faut commencer aujourd'hui.
-La langue n'obéit pas à des règles définies. Comment concevez-vous vos cours d'algérien ?
Comme je parle plusieurs langues, français, anglais, allemand, arabe et espagnol, je fais de la comparaison, comme la fameuse méthode Assimil. Car à chaque fois la derja ressemble à l'une ou l'autre. Pour ne pas paraître trop docte et éviter l'ennui, souvent je passe par le sarcastique ou le burlesque. On rit et on apprend. Beaucoup de non-Algériens m'écrivent pour me dire qu'ils adorent ces petits cours d'algérien qui leur semblent une bonne introduction à notre langue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.