Des aliments sains à consommer avant de faire du sport    Aïn Témouchent : Le flou entoure la centrale électrique de Terga    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Juventus : Ronaldo déterminant pour la signature de De Ligt ?    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Le coup de com de D. Trump    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    Affaire KIA: Youcef Yousfi auditionné par la Cour suprême    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Groupe F : Ghana-Bénin, aujourd'hui à 21h00: Les Black Stars à la recherche de leur passé    Tébessa: Cinq personnes écrouées pour une affaire de 730 milliards    SDC-Sonelgaz de Tlemcen: Le président de la commission des marchés publics devant la justice    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    L'ARBRE DESSECHE    Le drapeau    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    APN : Examen de la levée de l'immunité parlementaire de Boudjemaa Talaï    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Fiba-Afrique : Le Mozambicain Anibal Manave nouveau président    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Raison d'Etat    Un fonctionnaire de la direction de l'Action locale arrêté en flagrant délit de corruption    Protection des plages contre la pollution    Les moustiques posent un problème de santé publique pour les habitants    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Forum des chefs d'entreprises (FCE): Mohamed Sami Agli élu nouveau président    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    Levée de l'immunité parlementaire du député Boudjemaa Talai et du sénateur Amar Ghoul    L'Etat à la rescousse    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Un médecin placé en détention provisoire    Baisse "importante" des quantités en mai 2019    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    L'Algérien Toufik Hamoum à latête d'un conseil technique de l'Unesc    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tsipras, le nouveau «héros grec» !
Publié dans El Watan le 27 - 01 - 2015

Ces qualificatifs lui collent à la peau, comme sa chemise sans cravate, depuis son engagement dans les Jeunesses communistes grecques (KNE) durant les années 1980-1990 et les luttes qu'il a menées à la tête du syndicalisme lycéen et estudiantin. «Le jeune militant que j'ai connu a beaucoup changé. Il a acquis une maturité politique à une vitesse remarquable. Le peu d'expérience qu'on lui reproche peut être salutaire, contrairement à l'énorme expérience de ceux qui ont conduit le pays au bord du gouffre durant une dizaine d'années», souligne Aliki Papadomichelaki, ancienne responsable du département de politique extérieure de Syriza.
Un papa cool
Tsipras n'est plus ce «jeune gaucho, fougueux, rebelle aux cheveux longs». Il a appris à modérer ses convictions. Marxiste romantique, il partage sa vie avec Peristera Baziana depuis les années du lycée. Elle est la mère de ses deux garçons, 5 et 2 ans. Tsipras est un «papa cool» qui aime rouler en deux-roues. C'est donc ce père de famille, d'à peine 41 ans, qui hérite du trône de la plus antiques des civilisations européennes. Stratège comme Athéna, il détient désormais le pouvoir suprême sur toute la Grèce, jadis aux mains de Zeus. A l'instar de ce devin, Tsipras compte renverser «les Titans austéritaires» et envoyer «les diktats» de la troïka au fin fond d'Hadès. «Les intimidations de Bruxelles et de Berlin ne m'ont jamais fait peur.
Elles ne font que nous renforcer», disait-il tout le temps à ses proches. Avec la victoire historique de Syriza souffle un vent Notos sur toute l'Europe. La théorie « tsiprasienne» est simple, l'UE ne peut pas exclure la Grèce par peur de l'effet domino. Sur le drapeau européen, il aurait préféré, lui qui ne croit pas aux astres, voir des anneaux olympiques à la place des étoiles. «Les pays qui constituent l'Europe sont entrelacés comme des anneaux. Si l'un d'eux est cassé, la zone euro disparaîtra», telle est sa philosophie.
Ceci explique sa tentation d'aller à la provocation de la Commission européenne et du FMI, en déclarant qu'il «ne va pas se contenter de renégocier le remboursement de la dette, mais en annuler une bonne partie».Cette proposition phare de Syriza énerve les conservateurs. «C'est naïf et mensonger de dire que nous pouvons ne pas respecter le payement de nos dettes», s'agacent certains analystes «médiatiques» pro-Nouvelle Démocratie.
Leader précoce
Pour d'autres sympathisants du libéralisme bruxellois, Tsipras est «un illusionniste qui refuse de regarder la réalité en face». Quelle réalité ? «Il veut nous faire croire que nous pouvons imposer nos règles à l'UE, alors que la Grèce est en faillite. Nous n'avons plus un sou», lance un chauffeur de taxi, se frottant le pouce contre l'index.
Or, le nouveau Premier ministre grec est tout sauf naïf. Au contraire, il assume pleinement sa posture de l'éternel «premier de la classe», arrogant et sûr de ses théorèmes. Ingénieur en génie civil, diplômé de polytechnique à Athènes en 2000, il entame le travail dans une entreprise de bâtiment créée par son père.
Ce «petit bourgeois» ne résistera pas longtemps au démon qui le hante, sa passion pour la politique. Brillant et précoce, comme tous les surdoués, Tsipras sera élu en 2004 membre du comité central du Synaspismos (l'un des partis principaux de Syriza), puis à son secrétariat politique. En 2008, il devient président du même parti. En 2009, il est élu député sur la liste de la coalition Syriza et choisi par ses camarades pour présider leur groupe parlementaire.
Il avait, alors, juste 34 ans. Sa jeunesse et son sens de l'ironie sont devenus une caricature de la classe politique grecque et méditerranéenne en général, vieillissante et meublée par la langue de bois.Pour ses amis, c'est «un tribun du peuple» comme le fut Socrate, tandis que les anti-Syriza le considèrent comme «un show man populiste».Alexis Tsipras refuse de se mêler aux débats élitistes et n'aime pas les expressions savantes. Il a adopté, dans ses discours, un style dépouillé. Il a l'aptitude de vulgariser des concepts économiques et politiques complexes.
Pragmatique
Après tout, un message politique est fait pour être compris par le maximum de récepteurs. Posé, jamais en colère, tout le temps souriant devant les objectifs braqués sur lui, Tsipras ne laisse personne indifférent. Il incarne la carrure d'un chef d'Etat serein qui tient bien son cap.
Futé comme Ulysse, Alexis n'a jamais confondu rapidité et précipitation. Il n'a grillé aucune étape. En 2006, il est élu conseiller municipal de la mairie d'Athènes, poste pour lequel il refuse la candidature aux législatives de 2007.
Il voulait se montrer respectueux du mandat que lui ont donné ses électeurs, et surtout préparer son ascension à la tête de son parti. Il refuse de perdre le moindre combat. Après les élections de mai 2012, il est chargé de former un gouvernement. Une mission impossible, Syriza n'avait obtenu que 52 sièges. A l'époque, ses interlocuteurs lui ont reproché sa méconnaissance des enjeux de la politique européenne, pourtant vice-président du Parti de la gauche européenne (PGE) depuis décembre 2010. Bousculé par cette critique, il décide alors d'aller faire campagne à Paris, le 21 mai, et à Berlin, le 22.
Quelques semaines plus tard, lors des nouvelles élections législatives de juin 2012, le résultat de sa «tournée européenne» est sans appel. Syriza remporte 71 sièges. Tsipras devient le patron de l'opposition grecque. Depuis, il ne cesse de prendre des galons. En décembre 2013, il est choisi comme candidat du PGE à la présidence de la Commission européenne durant les élections de 2014. Le temps est révolu où on se moquait de ses arguments anti-austérité. Pragmatique, il négocie depuis hier, avec d'autres partis, la formation d'un gouvernement de coalition.
Bien entouré dans la direction de son parti, Tsipras n'hésite pas à réajuster, ne serait-ce que sur la forme, ses positions. Laïc convaincu, défenseur de la séparation totale de l'Eglise orthodoxe et de l'Etat, il a préféré occulté ce sujet, encore tabou en Grèce, durant toute sa campagne électorale. «En ce temps de crise, les questions sociales et économiques priment», se défend-il auprès de ses camarades mécontents.
Maintenant, il reste au nouveau «héros grec» de joindre les actes à ses paroles simples. Les promesses électorales de Syriza ne doivent surtout pas être renvoyées aux calendes grecques sinon, aussitôt, Tsipras les rejoindra, la popularité de Syriza aussi. Le locataire de la Villa Maximos devrait avoir l'ambition d'un général offensif, menant la gauche radicale vers une «guerre de conquête» de l'Europe, et non pas «une guerre servile» contre l'Europe. On le sait, dans toutes les guerres serviles, les maîtres ont fini par reprendre le dessus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.