Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



24 Heures
Publié dans El Watan le 27 - 06 - 2015


Mendicité : c'est l'indifférence totale
Les rues et routes d'Alger pullulent de mendiants qui squattent tous les points de congestion du trafic routier. Depuis quelque temps, ces mendiants et autres migrants jettent leur dévolu sur les lieux où se trouvent des feux rouges pour approcher les automobilistes. Cette pratique en nette progression se déroule dans l'indifférence des autorités. Pourtant, des centres d'accueil ouverts spécialement pour la prise en charge de ces personnes existent à travers la capitale.
Il faut avant tout protéger les bébés et les enfants en base âge exploités par les grands durant ces journées caniculaires dans cette activité illicite. Dire que des associations de défense de l'enfant n'ont pas cessé de dénoncer cette exploitation inhumaine de l'innocence. Sur le plan de la législation, l'APN a voté une loi interdisant la mendicité. L'indifférence affichée en ces temps par les autorités laisse perplexes les personnes sensibles aux malheurs des autres et soucieuses de la protection des enfants.
Haouch Chabou (Rouiba): De la viande écoulée sur les trottoirs
Au Haouch Chabou, dans la commune de Rouiba, des vendeurs informels de viande installent leurs étals de fortune sur le bas-côté de la route. Ils proposent à la vente de la viande de mouton, les bêtes étant abattues dans des conditions qui ne répondent à aucune norme d'hygiène. Au moment où les pouvoirs publics parlent de renforcer le contrôle et d'imposer un seuil d'hygiène indépassable pour l'exercice de l'activité commerciale, des marchands informels échappent aux mailles du filet et passent outre toutes les normes d'usage.
La viande est exposée sur des étals sous une chaleur torride et aux assauts des insectes. Cette viande, issue d'abattages clandestins, n'a été contrôlée par aucun vétérinaire. Si ces vendeurs sont condamnables, les clients le sont aussi, car ils osent acheter de la viande qui est commercialisée en dehors du circuit légal. «Où sont les agents de contrôle de la direction du commerce ? S'il est tolérable de vendre des marchandises telles que l'eau minérale ou le pain, il est inadmissible de vendre un produit aussi fragile que la viande», déplore-t-on.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.