Vaste mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Le FFS "fidèle à son esprit nationaliste et patriotique"    Un mémorandum d'entente sur les concertations politiques algéro-thaïlandaises    Les efforts de l'Algérie visant l'unification des rangs arabes et palestiniens soutenus    Renforcer et diversifier l'investissement touristique pour la promotion du tourisme    Salon de l'habitat: le Reverse Engineering, une source d'innovation    APN: chaud débat en perspective    Zineb El Mili inhumée au cimetière de Sidi Yahia à Alger    Réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Mise en service de plusieurs structures sanitaires à Chlef    Tlemcen: Ilham Mekliti lauréate du concours du 14e Salon des arts plastiques    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    A quand une rencontre Président-Maires ?    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    LA VIE... ET LE RESTE    Tensions accrues au Sahel    Des «lignes rouges» tracées    Du bon et du moins bon    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Maguire, c'est désastreux    Une aubaine pour les cimentiers    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Tebboune reçoit l'Ambassadeur du Ghana    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les enjeux d'une visite de «réconciliation»
Publié dans El Watan le 19 - 09 - 2015

Paris veut absolument tourner la page. Cette visite revêt «une dimension personnelle» voulue par les deux chefs d'Etat, précise-t-on de source autorisée. «C'est une période de compensation à une période où on s'est beaucoup fâchés.» Rappelons qu'en février 2014, des plaintes pour «torture» et «complicité de torture» visant le patron du contre-espionnage marocain, Abdellatif Hammouchi, avaient été déposées en France par des associations des droits de l'homme. La convocation d'un juge d'instruction français avait été transmise à l'ambassade du Maroc à Paris où se trouvait Abdellatif Hammouchi.
Rabat a réagi en suspendant la coopération judiciaire entre les deux pays. Ce n'est que début 2015, après la signature d'une nouvelle convention judiciaire bilatérale et une rencontre entre François Hollande et Mohammed VI à l'Elysée, que la brouille diplomatique trouve un terme. «Sur le fond, les autorités marocaines n'ont pas vu d'un bon œil le rapprochement diplomatique entre Paris et Alger, notamment le grand voyage de François Hollande en Algérie après son élection», selon le politologue Pierre Vermeren, auteur de «Maroc-Idées reçues» au journal 20 Minutes (édition d'hier).
Plusieurs associations ont exprimé, jeudi dans un communiqué, leur préoccupation que «Abdellatif Hammouchi, le directeur de la DGST marocaine, soit élevé au grade d'officier de la Légion d'honneur, conformément à une déclaration du ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve» en février. «Aucune décoration n'a été prévue dans le programme de la visite présidentielle», a objecté l'entourage de François Hollande.
Il apparaît que l'Elysée encourage le Maroc à jouer un rôle de partenaire stratégique en Afrique du Nord et subsaharienne, tout en se montrant soucieux de ménager l'Algérie — dont le rôle, le poids et l'influence sont incontournables — et d'entretenir un équilibre dans ses relations entre les deux voisins.
Toutefois, «sur la question du Sahara occidental, la vision de la France est proche de celle du Maroc. Notre position n'a pas changé. Le plan d'autonomie présenté par le Maroc est une base de discussion», indique-t-on de source proche de l'Elysée. A El Watan qui faisait remarquer que d'autres options pour la résolution du conflit qui oppose le Maroc au Front Polisario sont retenues par les Nations unies et la communauté internationale, notamment le référendum d'autodétermination du peuple sahraoui, la réponse est sans appel : «Le choix de l'autonomie a la meilleure chance de fonctionner.»
Membre du Conseil de sécurité, Paris ne semble pas embarrassé dans ses relations avec le Maroc par la violation par ce dernier des droits de l'homme dans les territoires sahraouis occupés ni par l'exploitation illégale des ressources naturelles du Sahara occidental. Il est à rappeler que le Parlement européen a décidé de confirmer l'accord signé avec le Maroc ouvrant la pêche dans les eaux territoriales du Sahara occidental.
Et notre source de considérer que «la question sahraouie n'est pas la cause» de la tension dans les rapports algéro-marocains, mais «une conséquence». Aussi, «l'amélioration des relations entre Alger et Rabat ne partirait pas de la question sahraouie». «Le président Hollande a de bonnes relations avec les dirigeants des deux pays, il essaie de les capitaliser, mais une médiation ferait plus de mal que de bien.» François Hollande serait-il tenté par un rôle de facilitateur ?
Le président français sera accompagné dans sa visite par Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et de la coopération économique, Myriam El Khomri, ministre du Travail, Najet Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale, Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie et du Développement durable et Jean-Marie Le Guen, ministre chargé des Relations avec le Parlement.
Ainsi que des responsables d'entreprises concernées par les trois thématiques économiques de la visite — inauguration du centre de maintenance des rames de la ligne à grande vitesse entre Tanger et Casablanca ; lancement des travaux du chantier de l'Institut de formation professionnelle aux métiers des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique ; présentation des plans et maquettes des installations et équipements portuaires de Tanger MED I et II — comme Alstom, Thalès, Bouygues, Véolia et Lafarge.
La France est le deuxième partenaire commercial du Maroc — le premier étant l'Espagne —, mais le premier partenaire en termes d'investissements, de retour sur investissements et de réinvestissements. Le Maroc est le premier bénéficiaire de l'aide publique française au développement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.