Coronavirus: 191 nouveaux cas, 156 guérisons et 6 décès    Coupe arabe de la Fifa-2021 Liban - Algérie : "On s'attend à un match difficile"    OMS : Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Aouchem, acte 2    Enseignement supérieur: l'Algérie et la Tunisie décident de "capitaliser" les acquis de coopération    Changement climatique: L'Algérie, un partenaire "stratégique et fiable" dans le bassin méditerranéen    Poursuite des travaux du séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique    Lamamra : L'alliance maroco-israélienne, une jonction entre deux expansionnismes territoriaux    Ministre de la culture sahraoui: "nous résisterons au génocide culturel conduit par le Maroc"    Des vents forts annoncés ce vendredi sur des wilayas côtières de l'Est du pays    Rencontre FAF-FIFA-CAF: Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Les Parlements algérien et européen pour la relance de la commission interparlementaire    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Real : Comment Ancelotti aurait décidé de punir Isco    Intempéries : trouver des solutions aux accumulations des eaux pluviales dans les tunnels    Claude Le Roy voit un Algérien ou un Sénégalais meilleur joueur de la CAN 2021    Coupe Arabe : Reprise de l'entrainement pour les Verts avant d'affronter le Liban    Le rôle de l'Algérie est important au sein de l'Union africaine    "Le Hirak continue à faire son effet sur la conscience collective"    Démonstration de force des Verts    Boualia opéré avec succès    Libye : la présidentielle en équation    La stabilité des prix du pétrole en jeu    Pour un re-engineering économique global de l'Algérie    L'obligation vaccinale n'est pas à écarter    Boudiba dénonce les ponctions effectuées sur les salaires    Nécessité d'associer les acteurs économiques    Déclin du RND et recul du MSP    Le PT fustige le gouvernement    Le lourd défi des nouveaux élus    Les talibans demandent aux Etats-Unis de débloquer les fonds gelés    «Contre les inégalités et la discrimination»    Le rapport sur l'attaque d'Inata remis au Président Kaboré    Le Parti des travailleurs tunisien met en garde contre l'aventure du Makhzen    Le satisfecit du FFS    ACTUCULT    A quand «la ruée vers l'or» ?    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    L'ennemi aux sept têtes    5 décès et 192 nouveaux cas en 24 heures    Le naufrage islamiste    Le FMI affiche sa satisfaction    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    Le ministère apporte des précisions    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    Des week-ends culturels à l'opéra d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Retour triomphal des libéraux au pouvoir
Publié dans El Watan le 21 - 10 - 2015

Le Parti libéral du Canada, appelé parfois «natural governing party of Canada» (le parti destiné naturellement à gouverner le Canada, ndlr), revient au pouvoir après 10 années dans l'opposition. Il bat le Parti conservateur dominé par une minorité néoconservatrice et relègue à la troisième place le Nouveau parti démocratique (NPD); formation de centre gauche, donné favori pendant la majeure partie d'une campagne électorale qui a duré 78 jours.
Le chef du Parti libéral, Justin Trudeau, 43 ans, fils du célèbre Premier ministre canadien Pierre-Elliott Trudeau, devient ainsi le 23e Premier ministre du Canada, une fédération qui fêtera ses 150 ans en 2017. Selon les décomptes des différents médias canadiens, le Parti libéral a remporté 184 sièges sur les 338 que compte le Parlement. Les conservateurs obtiennent 99 sièges et les néo-démocrates 44. Le Bloc québécois, un parti séparatiste fédéral, remporte 10 sièges et les Verts maintiennent leur unique députée. «Les Canadiens ont choisi le changement, un vrai changement», a déclaré Justin Trudeau dans son discours devant ses partisans qui fêtaient la victoire de leur parti.
«Les Canadiens, d'un bout à l'autre de ce beau pays, ont envoyé un message clair : c'est le temps d'un changement, d'un vrai changement», a-t-il ajouté. Il a affirmé aussi que «la politique n'a pas besoin d'être négative et à base d'attaques personnelles», tout en s'engageant à ne «jamais diviser les Canadiens», faisant référence à la stratégie électorale des conservateurs qui ont joué la carte de la peur de l'autre, particulièrement le musulman réduit à sa minorité intégriste, pour se maintenir au pouvoir.
Les conservateurs avaient profité d'un revers judiciaire qui autorisait les femmes portant le niqab à prêter le serment de la citoyenneté le visage couvert pour marteler un message qui peut séduire une partie de l'électorat franchement islamophobe ou xénophobe, qui rejoint aussi une opinion publique très attachée à l'égalité entre hommes et femmes.
Bien qu'ayant passé près de 10 ans au pouvoir à Ottawa, le gouvernement défait n'a jugé utile de s'attaquer à ce problème qu'à la veille de l'élection de lundi dernier. Cette stratégie a été dénoncée pendant la campagne électorale. Pour Justin Trudeau, alors encore candidat, «c'est un autre exemple qui montre que M. Harper fait tout ce qu'il peut pour détourner l'attention du fait qu'après 10 ans d'échec de son approche économique, les Canadiens veulent du changement. Ses priorités ne sont pas à la bonne place».
Le chef du NPD, de son côté, avait accusé le gouvernement conservateur sortant de «faire campagne sur le dos des minorités». «Le rôle d'un Premier ministre est de bâtir des ponts d'un groupe ethnique à l'autre, d'une province à l'autre, d'une religion à l'autre, a soutenu Justin Trudeau.
Pour plusieurs observateurs, le nouveau Premier ministre aura du travail pour améliorer l'image du Canada dans le monde.
«Le projet des conservateurs (dominés par une frange radicale de néoconservateurs) était de transformer la société canadienne elle-même en la convertissant aux thèses néoconservatrices, notamment et surtout l'abandon des composantes principales de l'Etat social (système public de santé et d'éducation, filet social), du souci de l'environnement et du multiculturalisme», expliquait récemment à El Watan Miloud Chennoufi, professeur en relations internationales au Collège des forces canadiennes de Toronto.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.