Coronavirus: 191 nouveaux cas, 156 guérisons et 6 décès    Coupe arabe de la Fifa-2021 Liban - Algérie : "On s'attend à un match difficile"    OMS : Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Aouchem, acte 2    Enseignement supérieur: l'Algérie et la Tunisie décident de "capitaliser" les acquis de coopération    Changement climatique: L'Algérie, un partenaire "stratégique et fiable" dans le bassin méditerranéen    Poursuite des travaux du séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique    Lamamra : L'alliance maroco-israélienne, une jonction entre deux expansionnismes territoriaux    Ministre de la culture sahraoui: "nous résisterons au génocide culturel conduit par le Maroc"    Des vents forts annoncés ce vendredi sur des wilayas côtières de l'Est du pays    Rencontre FAF-FIFA-CAF: Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Les Parlements algérien et européen pour la relance de la commission interparlementaire    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Real : Comment Ancelotti aurait décidé de punir Isco    Intempéries : trouver des solutions aux accumulations des eaux pluviales dans les tunnels    Claude Le Roy voit un Algérien ou un Sénégalais meilleur joueur de la CAN 2021    Coupe Arabe : Reprise de l'entrainement pour les Verts avant d'affronter le Liban    Le rôle de l'Algérie est important au sein de l'Union africaine    "Le Hirak continue à faire son effet sur la conscience collective"    Démonstration de force des Verts    Boualia opéré avec succès    Libye : la présidentielle en équation    La stabilité des prix du pétrole en jeu    Pour un re-engineering économique global de l'Algérie    L'obligation vaccinale n'est pas à écarter    Boudiba dénonce les ponctions effectuées sur les salaires    Nécessité d'associer les acteurs économiques    Déclin du RND et recul du MSP    Le PT fustige le gouvernement    Le lourd défi des nouveaux élus    Les talibans demandent aux Etats-Unis de débloquer les fonds gelés    «Contre les inégalités et la discrimination»    Le rapport sur l'attaque d'Inata remis au Président Kaboré    Le Parti des travailleurs tunisien met en garde contre l'aventure du Makhzen    Le satisfecit du FFS    ACTUCULT    A quand «la ruée vers l'or» ?    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    L'ennemi aux sept têtes    5 décès et 192 nouveaux cas en 24 heures    Le naufrage islamiste    Le FMI affiche sa satisfaction    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    Le ministère apporte des précisions    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    Des week-ends culturels à l'opéra d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Canada : Elections législatives serrées dans un pays touché par la chute des prix du pétrole
Publié dans Le Maghreb le 19 - 10 - 2015

Les Canadiens devront choisir aujourd'hui entre un changement de politique en portant à la Chambre des communes les libéraux ou les sociaux-démocrates, et la reconduction du Premier ministre conservateur Stephen Harper, un scrutin qui s'annonce serré dans un pays affecté par la chute des cours du pétrole.
Aux affaires depuis un peu plus de neuf ans, M. Harper brigue à 56 ans un quatrième mandat et compte pour cela sur sa base conservatrice de l'Ouest et de la ceinture de Toronto, la quatrième métropole d'Amérique du nord.
A ce virtuose de la politique, impassible face aux attaques et habitué des joutes politiciennes, les Canadiens pourraient bien préférer le chef du parti libéral (centre) Justin Trudeau, fils de l'ancien Premier ministre Pierre Elliott Trudeau, souvent présenté comme l'un des pères du Canada moderne.
Dès le déclenchement de la campagne début août, Thomas Mulcair - le troisième homme dans la course et chef du Nouveau parti démocratique (NPD, gauche)- a fait figure de favori. Mais, sa position ambiguë sur la délicate question du port du voile intégral par les femmes musulmanes lors des prestations de serment de citoyenneté lui a fait perdre pied, notamment dans ses bastions au Québec.
Cet avocat de formation, âgé de 60 ans, excellent orateur et parfaitement bilingue, veut encore croire en la victoire de son parti, solidement installé dans le paysage politique depuis les dernières législatives en 2011 avec un raz-de-marée au Québec au détriment des indépendantistes du Bloc québécois.
"Pour la première fois au Canada, c'est une course à trois" aux législatives", a-t-il lancé il y a quelques jours à ses partisans. "C'est une élection serrée", a convenu jeudi M. Harper.

Usure du pouvoir
Alors que les trois partis étaient au coude-à-coude dans les sondages à une semaine du scrutin, cette course semble depuis tourner plutôt à l'avantage des libéraux. Ces derniers ont gagné cinq points en une semaine et, avec 35 à 37% des intentions de vote, ils seraient en mesure, si cela devait se concrétiser lundi dans les urnes, de former un gouvernement minoritaire.
Les conservateurs restent solides mais l'usure du pouvoir et une économie flageolante pourraient rattraper M. Harper, qui peine à dépasser les 31% des intentions de vote.
Le chef des conservateurs a d'ailleurs durci sa campagne en attaquant directement M. Trudeau qui, à 43 ans, a souvent été le plus pugnace dans des débats électoraux principalement centrés sur l'économie, l'image du Canada dans le monde ou l'environnement.
La situation économique difficile du pays risque de peser le jour du scrutin. Avec un baril tombé sous les 50 dollars, l'économie canadienne était en récession au premier semestre tant le secteur énergétique pèse sur l'activité (10% du PIB).
Côté politique étrangère, la crise des migrants en Méditerranée a rebondi jusqu'à Ottawa où le gouvernement conservateur, accusé d'un manque de compassion et d'une réponse timorée, a été pris de court par les promesses de M. Trudeau ou de M. Mulcair d'accueillir un grand nombre de réfugiés syriens.
M. Harper juge nécessaire de combattre à la source la crise des réfugiés en poursuivant, au sein de la coalition internationale, les frappes contre le groupe Etat islamique en Irak et en Syrie. M. Mulcair promet lui un retrait des soldats canadiens en cas de victoire, quand M. Trudeau préfère un arrêt des frappes aériennes mais le maintien des militaires dans une mission d'aide et de conseil.
Dans cette course à trois, les deux autres partis représentés jusqu'ici à la Chambre - les Verts d'Elizabeth May (seule élue en 2011) et les indépendantistes du Bloc québécois emmenés par Gilles Duceppe (4 sièges) - pourraient éprouver d'importantes difficultés à résister à un vote utile pour sanctionner un gouvernement en place depuis 2006.
Mais le redécoupage électoral pour ces législatives, avec 30 circonscriptions de plus qu'en 2011 et un total de 338 députés à élire, laisse la place à toutes les surprises.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.