L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    "Il faut le protéger ainsi que tous les innocents"    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le CR Témouchent accède, Zaouia et le SCAD en stand-by    Migné compte sur son collectif pour contrer l'Algérie et le Sénégal    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Le tournant    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moins de revendeurs de pétards, plus de danger…
Le commerce de pétards refait surface à l'occasion de la fête du Mawlid ennaboui
Publié dans El Watan le 24 - 02 - 2010

Malgré la baisse sensible du nombre de marchands de pétards, cette année, les produits commercialisés sont encore plus dangereux. Les services des Douanes ont saisi 41 millions d'unités de produits pyrotechniques en 2009.
Chitana », « volcan », « mergaza », « zinda »… ce ne sont pas de nouvelles marques de produits cosmétiques qui viennent juste de faire leur entrée sur le marché algérien  ; ce sont des types de pétard « made in » on ne sait où, qui sont commercialisés, depuis quelques jours, dans les rues de la capitale. Des produits hyperdangereux qui sont proposés à ciel ouvert dans les quartiers populaires algérois. A la veille du Mawlid Ennabaoui, fête religieuse de l'anniversaire de la naissance du Prophète, les revendeurs de pétards font leur apparition sur les trottoirs d'Alger. Ils sont, certes, moins nombreux, mais les quantités de produits pyrotechniques qu'ils étalent quotidiennement suffisent pour provoquer une grande explosion.
La qualité des pétards vendus risque encore de provoquer des dégâts. « Cette année, il y a peu de marchandise. En plus, elle est chère », se plaint Mohamed, un vendeur à la sauvette de la rue Meissonier. Il est l'unique marchand de pétards dans ce quartier. Mohamed préfère parler des prix trop élevés des produits. « Nouwalat, qui coûtaient l'année dernière 1600 DA le paquet, on l'a acheté cette année à 3000 DA le paquet. Le prix des pétards ordinaires (petit calibre) est passé de 1800 à 2200 DA le paquet », explique-t-il. Selon lui, il y a un contrôle hermétique au niveau du port d'Alger et les importateurs n'ont pas pu importer de grosses quantités. « Meziera fel port (le contrôle a été renforcé au niveau du port) », affirme-t-il. Ce constat est vérifiable sur le terrain.
« Quatre jours de travail pour acheter un pétard »
A moins que les revendeurs attendent la fin de la semaine (la fête aura lieu vendredi) pour inonder le marché, il faut dire qu'Alger connaît moins de bruit par rapport aux années précédentes. Un calme à savourer avant le vacarme de jeudi soir. Les citoyens, eux aussi, ne se bousculent pas sur ce genre de marchandise. Ont-ils changé de comportement  ? Leur pouvoir d'achat ne leur permet-il plus de gaspiller de l'argent, l'espace d'une soirée  ? « Les gens préfèrent attendre la veille du Mawlid pour acheter », estime un autre vendeur rencontré à la place du 1er Mai. Ce dernier reconnaît, toutefois, la rareté et la cherté de la marchandise. « Il faut quatre jours de salaire pour acheter un vrai pétard », ironise une femme qui s'est présentée pour acheter des nouwalat. Pour elle, c'est une habitude qu'elle ne peut abandonner. « Il est vrai que les pétards constituent un véritable danger, mais avec les nouwalat je ne risque rien », soutient-elle. Si dans la majorité des quartiers de la capitale il y a moins de marchands de produits pyrotechniques, par contre certains coins sont inondés. Djamaâ Lihoud et la place des Martyrs sont transformés en une foire aux pétards.
On y trouve toutes sortes de produits  : saroukh (missile), fusil, feu d'artifice, double bombe, warda (fleur)…le client a l'embarras du choix. Les revendeurs les présentent avec fierté. « Il y a même des pétards qui peuvent provoquer l'effondrement d'un bâtiment », affirme Samir, qui a laissé tomber le commerce des cigarettes pour celui des pétards qui est, selon lui, plus rentable en ce genre d'occasion. Notre interlocuteur se montre craintif, au début. « Hebit bark nakul el khobza (je veux juste gagner ma croûte). Je n'ai rien d'autre à faire », dit-il. En le mettant en confiance, Samir poursuit sa présentation.
Le chat et la souris
Selon lui, chitana est la plus dangereuse. Le bruit que provoque ce gros pétard retentit sur une quarantaine de mètres. Ce modèle est cédé à plus de 2500 DA l'unité. « Double bombe et saroukh sont aussi de gros pétards dangereux, dont les prix sont trop élevés. Un paquet de saroukh coûte 5000 DA (un tiers du SNMG) », souligne-t-il, en précisant qu'il y a moins de modèles que les années précédentes. Comment font-ils pour commercialiser leurs produits sur la voie publique  ? La police ne réagit-elle pas pour les empêcher, d'autant que le commerce des pétards est interdit par la loi  ? Les revendeurs ne sont pas inquiets. Ils se livrent quotidiennement au jeu du chat et la souris avec les policiers.
« Oui, il nous arrive d'être chassés par les policiers qui nous défendent de vendre ces marchandises, mais cela ne va pas plus loin », souligne un jeune commerçant du quartier Belouizdad. Pour lui, ce jeu devient « amusant ». « Dès que j'aperçois un policier, je ramasse ma marchandise et je me sauve », dit-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.