Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne pour préserver la stabilité de l'Algérie    Une délégation de l'APN prendra part à l'Eucoco    Bale, la réponse de Marca ! (Photo)    CRB : Amrani «Je ne parlerai pas d'un autre club, je respecte ma profession»    Deux individus appréhendés à Relizane et El Taref pour tentative de ralliement aux groupes terroristes    Nouveau Gouvernement tunisien: Ennahdha s'oppose à la participation de certains partis    Bengrina s'en prend à l'opposition    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    Des partisans du président agressent des opposants    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    Il y a tromperie sur la marchandise    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Israël ferme des organisations palestiniennes à El-Qods occupée    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Se disputer avec soi-même    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Université / Emploi : l'autopsie    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moins de revendeurs de pétards, plus de danger…
Le commerce de pétards refait surface à l'occasion de la fête du Mawlid ennaboui
Publié dans El Watan le 24 - 02 - 2010

Malgré la baisse sensible du nombre de marchands de pétards, cette année, les produits commercialisés sont encore plus dangereux. Les services des Douanes ont saisi 41 millions d'unités de produits pyrotechniques en 2009.
Chitana », « volcan », « mergaza », « zinda »… ce ne sont pas de nouvelles marques de produits cosmétiques qui viennent juste de faire leur entrée sur le marché algérien  ; ce sont des types de pétard « made in » on ne sait où, qui sont commercialisés, depuis quelques jours, dans les rues de la capitale. Des produits hyperdangereux qui sont proposés à ciel ouvert dans les quartiers populaires algérois. A la veille du Mawlid Ennabaoui, fête religieuse de l'anniversaire de la naissance du Prophète, les revendeurs de pétards font leur apparition sur les trottoirs d'Alger. Ils sont, certes, moins nombreux, mais les quantités de produits pyrotechniques qu'ils étalent quotidiennement suffisent pour provoquer une grande explosion.
La qualité des pétards vendus risque encore de provoquer des dégâts. « Cette année, il y a peu de marchandise. En plus, elle est chère », se plaint Mohamed, un vendeur à la sauvette de la rue Meissonier. Il est l'unique marchand de pétards dans ce quartier. Mohamed préfère parler des prix trop élevés des produits. « Nouwalat, qui coûtaient l'année dernière 1600 DA le paquet, on l'a acheté cette année à 3000 DA le paquet. Le prix des pétards ordinaires (petit calibre) est passé de 1800 à 2200 DA le paquet », explique-t-il. Selon lui, il y a un contrôle hermétique au niveau du port d'Alger et les importateurs n'ont pas pu importer de grosses quantités. « Meziera fel port (le contrôle a été renforcé au niveau du port) », affirme-t-il. Ce constat est vérifiable sur le terrain.
« Quatre jours de travail pour acheter un pétard »
A moins que les revendeurs attendent la fin de la semaine (la fête aura lieu vendredi) pour inonder le marché, il faut dire qu'Alger connaît moins de bruit par rapport aux années précédentes. Un calme à savourer avant le vacarme de jeudi soir. Les citoyens, eux aussi, ne se bousculent pas sur ce genre de marchandise. Ont-ils changé de comportement  ? Leur pouvoir d'achat ne leur permet-il plus de gaspiller de l'argent, l'espace d'une soirée  ? « Les gens préfèrent attendre la veille du Mawlid pour acheter », estime un autre vendeur rencontré à la place du 1er Mai. Ce dernier reconnaît, toutefois, la rareté et la cherté de la marchandise. « Il faut quatre jours de salaire pour acheter un vrai pétard », ironise une femme qui s'est présentée pour acheter des nouwalat. Pour elle, c'est une habitude qu'elle ne peut abandonner. « Il est vrai que les pétards constituent un véritable danger, mais avec les nouwalat je ne risque rien », soutient-elle. Si dans la majorité des quartiers de la capitale il y a moins de marchands de produits pyrotechniques, par contre certains coins sont inondés. Djamaâ Lihoud et la place des Martyrs sont transformés en une foire aux pétards.
On y trouve toutes sortes de produits  : saroukh (missile), fusil, feu d'artifice, double bombe, warda (fleur)…le client a l'embarras du choix. Les revendeurs les présentent avec fierté. « Il y a même des pétards qui peuvent provoquer l'effondrement d'un bâtiment », affirme Samir, qui a laissé tomber le commerce des cigarettes pour celui des pétards qui est, selon lui, plus rentable en ce genre d'occasion. Notre interlocuteur se montre craintif, au début. « Hebit bark nakul el khobza (je veux juste gagner ma croûte). Je n'ai rien d'autre à faire », dit-il. En le mettant en confiance, Samir poursuit sa présentation.
Le chat et la souris
Selon lui, chitana est la plus dangereuse. Le bruit que provoque ce gros pétard retentit sur une quarantaine de mètres. Ce modèle est cédé à plus de 2500 DA l'unité. « Double bombe et saroukh sont aussi de gros pétards dangereux, dont les prix sont trop élevés. Un paquet de saroukh coûte 5000 DA (un tiers du SNMG) », souligne-t-il, en précisant qu'il y a moins de modèles que les années précédentes. Comment font-ils pour commercialiser leurs produits sur la voie publique  ? La police ne réagit-elle pas pour les empêcher, d'autant que le commerce des pétards est interdit par la loi  ? Les revendeurs ne sont pas inquiets. Ils se livrent quotidiennement au jeu du chat et la souris avec les policiers.
« Oui, il nous arrive d'être chassés par les policiers qui nous défendent de vendre ces marchandises, mais cela ne va pas plus loin », souligne un jeune commerçant du quartier Belouizdad. Pour lui, ce jeu devient « amusant ». « Dès que j'aperçois un policier, je ramasse ma marchandise et je me sauve », dit-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.