La classe politique et les personnalités nationales réagissent    Les étudiants se démarquent    Déstabilisations cycliques    Reprise dimanche des discussions sur la transition    Une série d'attentats déjoués    L'Iran joue l'apaisement    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    Ce sera à Sidi Moussa et à Doha    El Bahia prépare la saison estivale    Extension du réseau de gaz 400 nouveaux foyers raccordés    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Les salaires impayés aux joueurs estimés à plus de 50 millions dinars    Ibbou en finale    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    Peut-on croire encore au scrutin du 4 juillet ?    La troupe du Renouveau du théâtre amazigh demain à Tizi Ouzou    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Echauffourées entre jeunes et policiers    Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    USM Bel Abbès – MCA : Victoire impérative pour rester en Ligue 1    Oran : 25 blessés dans une collision entre un bus et une voiture    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    Société Générale Algérie : Concours Jeune artiste peintre    Haï Snawber ex-Les Planteurs: Démolition d'une dizaine de nouvelles constructions illicites    Et si c'était la solution ?    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Baptême du feu pour Arkab!    Viande à 750 DA: c'est où M. le ministre?    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    Saisie de 5 quintaux de viande blanche avariée    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    6 civils tués lors d'un raid saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prix Nobel de littérature : Bob Dylan enfin à Stockholm
Publié dans El Watan le 02 - 04 - 2017

Le mystère demeure entier quant à son discours de réception, qui peut aussi être une chanson. Tout lauréat doit rendre sa «leçon Nobel» dans les six mois suivant la cérémonie de remise du prix le 10 décembre, soit avant le 10 juin. «L'Académie suédoise et Bob Dylan ont convenu de se rencontrer ce week-end.
Cela se fera en petit comité et dans l'intimité, et aucun média ne sera présent, seuls Bob Dylan et des académiciens seront présents, conformément au souhait de Dylan», a expliqué la secrétaire perpétuelle de l'Académie suédoise, Sara Danius, sans préciser si cela aura lieu samedi ou dimanche. «Aucun discours Nobel ne sera prononcé. L'Académie a de bonnes raisons de penser qu'une version enregistrée du discours sera envoyée à une date ultérieure», a-t-elle ajouté. Car sans leçon, pas de cachet : le chèque de huit millions de couronnes (838 000 euros) accompagnant les lauriers Nobel n'est signé et remis que si la leçon a été donnée.
Hippies séniles
Seule certitude : Bob Dylan donne deux concerts dans la capitale suédoise, samedi et dimanche, coup d'envoi d'une tournée européenne à l'occasion de la sortie de son nouvel opus, un triple album de reprises de Frank Sinatra. A quelques heures de sa première prestation, hier, les médias suédois, comme lassés, évoquaient à peine le cas Dylan sur leurs sites. De l'avis des spécialistes, il ne devrait pas faire mention de son prix sur scène. «Dès que vous voulez l'emmener dans une direction, il prend le contre-pied», explique Martin Nyström, critique musical du quotidien Dagens Nyheter. A la surprise générale – parfois teintée d'indignation -, Bob Dylan, de son vrai nom Robert Allen Zimmerman, avait été récompensé en octobre «pour avoir créé dans le cadre de la grande tradition de la musique américaine de nouveaux modes d'expression poétique», selon les attendus de l'Académie. Premier musicien nobélisé par les sages suédois, son nom, comme celui du Canadien Leonard Cohen, qui allait décéder en novembre, revenait de temps en temps dans les spéculations, sans jamais être pris au sérieux.
Là où les puristes attendaient ses compatriotes Philip Roth ou Don DeLillo, la secrétaire perpétuelle, Sara Danius, a âprement défendu son choix et celui de ses pairs, inscrivant la poésie chantée par Dylan dans la tradition homérienne. Du côté des indignés, l'Ecossais Irvine Welsh, auteur de Trainspotting, s'était moqué d'un prix décerné par «des hippies séniles», tandis que le romancier français, Pierre Assouline, dénonçait un choix «affligeant». Pris à son corps défendant dans ce tumulte de louanges et de critiques, Bob Dylan a accueilli l'annonce dans un silence non moins tonitruant. Au point de s'attirer les foudres d'un notable de l'Académie, Per Wästberg, s'était emporté contre son «arrogance».
Le soir du banquet, le 10 décembre, c'est l'ambassadrice américaine en Suède qui a lu son discours de remerciements, dans lequel il confiait son étonnement de voir son nom aux côtés de ceux d'auteurs, comme Rudyard Kipling (1907) ou Ernest Hemingway (1954). «Ces géants de la littérature, dont les œuvres sont enseignées dans les classes, figurent dans les rayonnages des bibliothèques du monde entier et dont on parle avec tant de déférence, ont toujours fait sur moi la plus profonde impression», disait-il alors.
Arrogance
Pour Martin Nyström, les absents n'ont pas toujours tort. A l'en croire, le natif du Minnesota (nord des Etats-Unis) passe son temps à accorder sa lyre. «Il a un emploi du temps incroyable. C'est un artiste, il écrit des livres, des textes, de la musique et il est en tournée sans arrêt avec son groupe», plaide-t-il. Avec son folk-rock lettré, ses lunettes noires et sa voix rugueuse, Bob Dylan est passé du troubadour folk, à l'aube des années 1960, à la superstar décorée en 2012 par le président américain Barack Obama. L'homme à l'harmonica est souvent absent des grands rendez-vous où le monde entier l'espère. En 1969 déjà, jeune tête d'affiche du festival de la contre-culture organisé à Woodstock (nord-est des Etats-Unis), il avait été soudainement déprogrammé, occupé ailleurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.