Les journalistes appellent l'Etat à agir    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri bientôt devant la justice    Confirmer la mutation du football africain    L'appel des sept    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Académie refuse de réagir au silence de Bob Dylan
Publié dans La Nouvelle République le 25 - 10 - 2016

Alors que certains membres du jury suédois font part de leur mécontentement face au mustisme manifesté par le chanteur après l'obtention de la récompense littéraire suprême, l'institution suédoise a tenu à rappeler ce samedi qu'elle n'avait aucune opinion à avoir sur le sujet. Jeudi 13 octobre.
Las Vegas. Bob Dylan donne un concert à ses fans. Quelques heures plus tôt, il vient de recevoir le prix littéraire le plus prestigieux au monde. Le roi de la Folk n'en pipe mot. Le concert se déroule comme à l'habitude, sans que le chanteur ne mentionne une seule fois la consécration dont il fait l'objet, et qui secoue la planète entière. D'après le Washington Post, qui a contacté ses proches, Dylan serait resté absolument silencieux toute la journée au sujet de sa récompense. Un de ses amis, le chanteur Bob Neuwirth, a même déclaré au quotidien américain qu'il «pourrait bien ne jamais même faire de remerciements». Malgré les tentatives répétées de l'Académie suédoise pour entrer en contact avec lui, le chanteur, qui évite soigneusement les médias depuis dix jours, n'a toujours pas réagi publiquement à sa distinction. Si les vrais fans du chanteur n'ont guère été étonnés de ce mutisme - dont il est désormais coutumier - certains membres de l'Académie Nobel, de leur côté, commencent à montrer des signes d'impatience. . D'après les médias suédois, un membre de l'académie, Per Wästberg, a jugé que si Bob Dylan restait silencieux, ce serait une attitude «grossière et arrogante». Las! Dans un communiqué en date du 22 octobre, l'Académie suédoise a tenu à se désolidariser des propos tenus par Per Wästberg. «C'est à Bob Dylan de décider d'assister ou non à la remise du prix Nobel de littérature», a-t-elle ainsi déclaré samedi. «L'auteur récompensé par le prix Nobel se forge son propre avis au sujet des cérémonies liées à la présentation du prix», a précisé Sara Danius, secrétaire perpétuelle de l'Académie suédoise, dans un communiqué. «L'Académie suédoise n'a jamais eu d'opinion sur la décision du lauréat d'un prix à cet égard et n'en aura pas maintenant, quelle que soit la décision prise.» La cérémonie de remise du prix se déroule chaque année le 10 décembre, anniversaire de la mort d'Alfred Nobel. Le roi de Suède remet à cette occasion un diplôme et une médaille à chaque lauréat avant un banquet somptueux à la mairie de Stockholm en présence d'environ 1.300 convives. Si Bob Dylan persiste dans son silence, il deviendra le premier lauréat à ignorer simplement la décision de l'Académie. Il est arrivé que des lauréats ne puissent assister à la cérémonie en raison de problèmes de santé. Le philosophe français Jean-Paul Sartre a pour sa part refusé le prix en 1964.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.