Le général à la retraite Hocine Benhadid honoré    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ouverture du procès de Mahieddine Tahkout    Maroc: le journaliste et militant des droits de l'Homme Omar Radi arrêté    Barrage de la Renaissance : l'Ethiopie procédera au remplissage du réservoir "même sans accord"    463 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    ERREUR DANS LA REMISE DE DEUX DEPOUILLES : Le directeur du CHU Oran limogé    Tizi-Ouzou: la cerisaie menacée par les maladies cryptogamiques    CONSTANTINE : Arrestation de l'auteur d'une vidéo attentatoire à l'EHU    Le général-major Hassan Alaimia inhumé au cimetière d'El-Alia    Football / Transferts : la FAF veut "assainir" le métier d'agent de joueurs    Nâama: des projets pour désenclaver les zones d'ombre de Moghrar    Sport/Coronavirus: les pouvoirs publics rassurent les athlètes bloqués à l'étranger    Le Président Tebboune présidera une séance de travail sur l'élaboration du plan de relance socioéconomique    Le RCD plaide pour un «débat adulte et loyal»    Onze personnes tuées dans une embuscade dans le Nord-Est    À propos de la loi portant règlement budgétaire pour 2017 (1re partie)    Tebboune s'exprime pour une dynamique de détente plurielle    «Tous les pourparlers sont reportés à la fin de saison»    Feu de forêt à Kef-Essebihi    Près de 700 logements tous types confondus attribués à leurs bénéficiaires    Funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Un Pissarro définitivement restitué à une famille spoliée durant l'occupation nazie    Deux ministres évoquent un possible "changement de gouvernement"    LE MAMMOUTH À DEGRAISSER    La campagne de vendanges bat son plein à Aïn Témouchent    L'ADE de Médéa croule sous le poids des créances    "J'espère suivre les traces de Bougherara et Gaouaoui"    Israël accélère sa politique de colonisation en Palestine    Tirs de roquettes en direction de la Zone verte de Bagdad    5 000 ouvrages à livrer aux bibliothèques communales d'Oran    Vulgariser le jargon médical auprès du grand public    La situation sociopolitique et sanitaire décortiquée par un diplomate    Boumerdès : Réseau électrique dépassé    Aïn Témouchent : Le dispositif ANSEJ en question    Annaba : Sondage électronique sur les prestations de la CASNOS    Brèves    Tizi Ouzou : Villages historiques sans lieux de mémoire    Akli Kaci, l'homme des solutions justes    Manque de liquidités: Les explications du ministre des Finances    Un moment historique    Le dérisoire des murs    JSM Béjaïa: Un club complètement à la dérive    Meilleurs joueurs africains (2ème partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Grâce présidentielle pour près de 4.700 détenus    El Tarf: Agressions et drogue, une bande sous les verrous    Les gens de mon douar    Un jour sur la plage    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bob Dylan, prix Nobel de littérature
Le choix de l'académie suédoise a surpris tout le monde
Publié dans La Tribune le 15 - 10 - 2016

Le barde idéaliste de la «beatnik generation» est récompensé de la plus prestigieuse distinction pour tous les poèmes qu'il déclamait accompagné de sa guitare et son harmonica ou qu'il confiait à d'autres interprètes comme Joan Baez
Il y avait de la joie, il y avait de l'étonnement aussi. Mais les deux se rejoignent dans la surprise. Personne ne s'attendait à l'attribution, jeudi dernier, du Nobel de la littérature à Bob Dylan, l'auteur, compositeur et interprète américain dont les textes poétiques ont influencé deux générations d'artistes dans le monde entier et accompagné un des plus grands mouvements sociaux des années 1960, le mouvement hippies, qui a eu ses prophètes, ses maîtres-à-penser (Jack Kerouac) et ses artistes dont Dylan, tous militant pour le «peace'n love».
Vu sous cet angle, le choix de l'Académie suédoise cadre parfaitement avec le testament d'Alfred Nobel qui prescrit de récompenser «l'auteur de l'ouvrage littéraire le plus remarquable d'inspiration idéaliste». Ce que dira la secrétaire générale de l'Académie suédoise, Sara Danius, qui a annoncé que Robert Allen Zimmerman, alias Bob Dylan, 75 ans, a été récompensé «pour avoir créé dans le cadre de la grande tradition de la musique américaine de nouveaux modes d'expression poétique». «Bob Dylan écrit une poésie pour l'oreille, qui doit être déclamée. Si l'on pense aux Grecs anciens, à Sappho, Homère, ils écrivaient aussi de la poésie à dire, de préférence avec des instruments», arguera-t-elle, assurant qu'une «grande unité» avait présidé au vote des académiciens. «Il est extrêmement doué pour la rime. C'est un sampleur littéraire», ajoutera la secrétaire générale de l'Académie anticipant les critiques qui ne manqueront pas de fuser quant à ce choix privilégiant un poète-chanteur à des romanciers ou de poètes dont certains attendent le prix depuis des années. Et elles seront nombreuses sur les réseaux sociaux dont celle de l'Ecossais Irvin Welsh, auteur de Trainspotting, a égratigné les membres du jury les qualifiant de «hippies séniles».
Mais ils seront tout aussi nombreux qui salueront le choix de l'Académie dont l'assistance d'où ont jaillit des hourras à l'annonce du lauréat. Parmi les autres habituels candidats encore déçus, on retiendra le commentaire de Salman Rushdie qui écrira sur Twitter que c'est une «un super choix», qualifiant Dylan de «brillant héritier de la tradition des bardes». La complice et ex-partenaire de Dylan, Joan Baez, autre icône de la folk music, dira que c'est «une nouvelle étape vers l'immortalité» du chanteur. «De mon répertoire qui s'étale sur 60 ans, aucune chanson n'a été aussi émouvante et ne valait autant la peine dans sa profondeur, sa noirceur, son mystère, sa beauté et son humour que celles de Bob», a écrit la chanteuse sur Facebook. Le président américain Barack Obama, qui a décoré Bob Dylan dont il se dit «grand fan» en 2012, s'est également réjouit pour ce Nobel «Félicitations à l'un de mes poètes préférés, Bob Dylan, pour ce Nobel tout à fait mérité», a-t-il écrit sur Twitter.
Premier musicien récompensé par l'Académie depuis la création du prix en 1901, son nom comme celui du Canadien Leonard Cohen revenait de temps en temps dans les spéculations autour du Nobel, sans jamais être pris au sérieux. Désormais, le barde idéaliste de la «beatnik generation» est récompensé de la plus prestigieuse distinction pour tous les poèmes qu'il déclamait accompagné de sa guitare et son harmonica ou qu'il confiait à d'autres interprètes comme Joan Baez.
R. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.