Rivière asséchée !    Le Grand Sud, cette Algérie utile    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Envoi de troupes de l'ANP au Sahel: Le démenti de l'ambassade de France    Football - Ligue 1: De belles affiches au programme    Ligue 2 - Groupe Est: Choc à Tadjenanet, retrouvailles à El-Eulma    ASM Oran: La volte-face de Kamel Mouassa !    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Macron reconnaît: Ali Boumendjel «torturé puis assassiné» par l'armée française    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Les explications de Cevital    163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès en 24 heures    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    Le leader en péril à Biskra    Les présidents de trois partis reçus par le chef de l'Etat    Les facteurs déterminants du cours des hydrocarbures    L'Algérie entame sa véritable course dans le processus de l'émergence    Les Soudanais autorisés à entrer en Algérie    Suspension des vols charters entre Alger et l'aéroport chinois Chengdu    RCR-USMBA délocalisé au stade de Chlef    «Mon plus grand soutien, c'est l'Armée !»    Enregistrement audio de chansons et musiques    La France reconnaît que son armée a assassiné Ali Boumendjel    Le court métrage algérien «Mania» primé    La RASD, un combat séculaire, une volonté populaire pour une défaite Inéluctable du colonialisme    Djerad: mettre en place des plateformes en ligne pour les demandes d'exercice d'activité socio-économiques    Beldjoud préside la cérémonie d'installation du wali d'El Meghaier    Le Maroc doit rendre des comptes concernant l'occupation illégale des territoires sahraouis    M. Chitour évoque les opportunités de coopération et de partenariat avec l'ambassadeur d'Espagne en Algérie    Coronavirus: 163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès    Prétendu engagement militaire de l'Algérie dans le Sahel: l'ambassade de France dément des propos attribués à Macron    Le lion change de look    Actuculte    L'Allemagne reconnaît le droit du Sahara occidental à l'indépendance    Zones d'ombre: le programme du président de la République sera concrétisé    Radiothérapie : de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Indispensable neutralité    Marche des étudiants à Alger    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    La défense réclame la présence des accusés    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Relaxe pour le maire d'Afir    10.000 logements à la clé    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bob Dylan, prix Nobel de littérature
Le choix de l'académie suédoise a surpris tout le monde
Publié dans La Tribune le 15 - 10 - 2016

Le barde idéaliste de la «beatnik generation» est récompensé de la plus prestigieuse distinction pour tous les poèmes qu'il déclamait accompagné de sa guitare et son harmonica ou qu'il confiait à d'autres interprètes comme Joan Baez
Il y avait de la joie, il y avait de l'étonnement aussi. Mais les deux se rejoignent dans la surprise. Personne ne s'attendait à l'attribution, jeudi dernier, du Nobel de la littérature à Bob Dylan, l'auteur, compositeur et interprète américain dont les textes poétiques ont influencé deux générations d'artistes dans le monde entier et accompagné un des plus grands mouvements sociaux des années 1960, le mouvement hippies, qui a eu ses prophètes, ses maîtres-à-penser (Jack Kerouac) et ses artistes dont Dylan, tous militant pour le «peace'n love».
Vu sous cet angle, le choix de l'Académie suédoise cadre parfaitement avec le testament d'Alfred Nobel qui prescrit de récompenser «l'auteur de l'ouvrage littéraire le plus remarquable d'inspiration idéaliste». Ce que dira la secrétaire générale de l'Académie suédoise, Sara Danius, qui a annoncé que Robert Allen Zimmerman, alias Bob Dylan, 75 ans, a été récompensé «pour avoir créé dans le cadre de la grande tradition de la musique américaine de nouveaux modes d'expression poétique». «Bob Dylan écrit une poésie pour l'oreille, qui doit être déclamée. Si l'on pense aux Grecs anciens, à Sappho, Homère, ils écrivaient aussi de la poésie à dire, de préférence avec des instruments», arguera-t-elle, assurant qu'une «grande unité» avait présidé au vote des académiciens. «Il est extrêmement doué pour la rime. C'est un sampleur littéraire», ajoutera la secrétaire générale de l'Académie anticipant les critiques qui ne manqueront pas de fuser quant à ce choix privilégiant un poète-chanteur à des romanciers ou de poètes dont certains attendent le prix depuis des années. Et elles seront nombreuses sur les réseaux sociaux dont celle de l'Ecossais Irvin Welsh, auteur de Trainspotting, a égratigné les membres du jury les qualifiant de «hippies séniles».
Mais ils seront tout aussi nombreux qui salueront le choix de l'Académie dont l'assistance d'où ont jaillit des hourras à l'annonce du lauréat. Parmi les autres habituels candidats encore déçus, on retiendra le commentaire de Salman Rushdie qui écrira sur Twitter que c'est une «un super choix», qualifiant Dylan de «brillant héritier de la tradition des bardes». La complice et ex-partenaire de Dylan, Joan Baez, autre icône de la folk music, dira que c'est «une nouvelle étape vers l'immortalité» du chanteur. «De mon répertoire qui s'étale sur 60 ans, aucune chanson n'a été aussi émouvante et ne valait autant la peine dans sa profondeur, sa noirceur, son mystère, sa beauté et son humour que celles de Bob», a écrit la chanteuse sur Facebook. Le président américain Barack Obama, qui a décoré Bob Dylan dont il se dit «grand fan» en 2012, s'est également réjouit pour ce Nobel «Félicitations à l'un de mes poètes préférés, Bob Dylan, pour ce Nobel tout à fait mérité», a-t-il écrit sur Twitter.
Premier musicien récompensé par l'Académie depuis la création du prix en 1901, son nom comme celui du Canadien Leonard Cohen revenait de temps en temps dans les spéculations autour du Nobel, sans jamais être pris au sérieux. Désormais, le barde idéaliste de la «beatnik generation» est récompensé de la plus prestigieuse distinction pour tous les poèmes qu'il déclamait accompagné de sa guitare et son harmonica ou qu'il confiait à d'autres interprètes comme Joan Baez.
R. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.