Affaire de l'enregistrement sonore : liberté provisoire pour Halfaia    L'ambassadeur US annonce la fin de sa mission et salue l'évolution des relations    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    Zeghmati, ‘'sabre au clair'' !    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tous les crimes    Ligue 2 : Les deux groupes connus    Mandat d'arrêt international contre le général Ghali Belkecir    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Algérie-EAU: la coopération bilatérale dans le domaine de l'énergie évoquée    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans : La planche... de salut d'une doyenne    Constantine : Bachir Benmohamed n'est plus    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    Un journaliste en Algérie n'est pas toujours un flic.    INCENDIE DE FORETS : Plus de 16300 hectares partis en fumée    ECOLE SUPERIEURE D'AGRONOMIE DE MOSTAGANEM : Protocole de clôture de l'année universitaire, 2019-2020    TREMBLEMENTS DE TERRE A MILA : Des logements et des aides financières pour les sinistrés    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    FINANCE ISLAMIQUE : La BNA lance le service dans deux agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    Ah ! La fine équipe !    Triste et en colère    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Reprise à la Pêcherie    Cauchemar    Tebboune met la pression sur les ministres    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Ce n'est pas moi qui le dis !    Maqnine khéloui et coupleur sans pitié sur Ouedkniss.com !    On vous le dit    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    Tébessa: Autre temps, autres gens...    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Le gouvernement Diab démissionne    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    Hausse des contagions au coronavirus en Europe    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Assassinats politiques en Tunisie : Tous les chemins mènent à Ennahdha
Publié dans El Watan le 12 - 01 - 2019

La rencontre accordée par le président de la République, Béji Caïd Essebsi, au Comité de défense des martyrs Belaïd et Brahmi, a clairement permis de faire bouger l'enquête concernant les assassinats politiques.
Ainsi, le dénommé Mustapha Khedher, proche d'Ennahdha, a été, finalement, accusé de «meurtre prémédité», sur la base de ses propres interrogatoires qui n'ont jamais été incorporés dans le dossier de l'assassinat du député Mohamed Brahmi (25 juillet 2013).
Lesquels documents sont pourtant disponibles au ministère de l'Intérieur dans la fameuse «chambre noire», qui n'a été mise sous scellés, par la justice, qu'en décembre dernier.
Le Comité de défense des martyrs Belaïd et Brahmi accuse le procureur général d'être aux ordres de la partie politique voulant estomper la vérité, à savoir Ennahdha. Le Comité veut intenter un recours, pour la destitution du procureur général, auprès du Conseil supérieur de la magistrature.
Dans la conférence de presse, tenue avant-hier, le Comité de défense des martyrs Belaïd et Brahmi a lu des missives indiquant que le ministère de l'Intérieur du temps de Ali Laâreyedh, en juillet 2013, avait des informations sur la possession d'armes à feu par Boubaker Al Hakim, qui avait assassiné le martyr Brahmi.
Les services du ministère savaient que l'assassin habitait chez sa tante, mariée à une figure connue d'Ennahdha, à 300 mètres du logement du martyr Brahmi. L'assassin, terroriste notoire, préparait donc son crime au quartier même où habitait le martyr.
D'autres documents montrent qu'une protection sécuritaire officielle a été assurée, jusqu'aux frontières libyennes, au présumé chef de l'instance secrète d'Ennahdha.
Accusations
D'autres documents de la même «chambre noire» révèlent l'existence de deux listes de «délinquants», qui étaient de service «en cas de besoin». Ainsi, l'un d'eux (Ameur Belaazi) a servi pour mâter la manifestation des démocrates, en marge de la Fête des martyrs (9 avril 2012) ; la même personne a reconnu avoir jeté à la mer les pistolets ayant servi aux assassinats des martyrs Belaïd et Brahmi.
Le délinquant est certes accusé dans l'assassinat, mais les procès-verbaux de ses interrogatoires comportant lesdits aveux ont disparu des dossiers instruits auprès de l'unité de lutte contre le terrorisme et au tribunal, pour effacer les traces de ceux qui lui avaient remis les armes. Les PV ont révélé des contacts avec des personnes proches d'Ennahdha.
Il y a donc de nombreux points d'interrogation sur les procédures suivies dans les instructions des dossiers des assassinats politiques. Le Comité de défense des martyrs a précisé, dans sa conférence de presse, que les procédures en Tunisie imposent au ministère public de suivre à la lettre les instructions du procureur général.
Ainsi, et suite à la pression qu'a suscitée la mise sous scellés de la «chambre noire» au ministère de l'Intérieur, le procureur général a autorisé une enquête préliminaire, pas une enquête approfondie.
Laquelle enquête préliminaire a déjà permis d'accuser le dénommé Khedher de «meurtre prémédité» dans l'affaire de l'assassinat du martyr Brahmi. Mais, le juge d'instruction ne peut avancer sur la piste de l'organisation secrète d'Ennahdha, sans l'aval du procureur général.
Conscients des lenteurs voulues par le procureur général, le Comité de défense veut présenter un recours auprès du Conseil supérieur de la magistrature pour la destitution dudit procureur.
Pour cela, un dossier serait en élaboration comportant les défaillances graves dans l'enquête sur les assassinats politiques et, notamment, la non saisie et examen des dossiers de la «chambre noire».
Les islamistes d'Ennahdha se trouvent ainsi visés quant à l'aspect civil de leur parti, s'il s'affirme officiellement l'existence de son «instance secrète» disposant d'une «branche armée». Affaire à suivre donc de près.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.