BECHAR : Installation du nouveau chef de sûreté de wilaya    SIDI OTHMANE (SAYADA) : Les citoyens dénoncent les coupures d'électricité    UNITES INDUSTRIELLES POLLUANTES A ORAN : 15 usines déjà mises en demeure    CEM ‘' MOHAMED LAKHAL ‘' DE KHARROUBA : Les enseignants dénoncent la surcharge des classes    MORTS PAR NOYADE ET PAR MONOXYDE DE CARBONE : Huit personnes décédées en 24 heures    PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT : Plus de 60 tonnes de déchets collectés à Oran    Ansu Fati marque l'histoire du Barça    Messi reprend l'entraînement, Dembélé partiellement    La JSK prend option pour la qualification    Ultime dérogation pour Cherif El-Ouazzani    Les Espagnols sur le toit du monde    L'homme qui a raté le "navire" de Karim Younès    Zerouati ordonne l'installation de filtres pour la cimenterie de Béni-Saf    Mise sous mandat de dépôt de 22 manifestants    Plus de 600 millions DA pour le développement du secteur des ressources en eau    L'Algérie n'est pas à l'abri    Plaidoyer pour une loi sur l'acquisition de tableaux    Sortir ...sortir ...sortir ...    Bull, portrait d'une Amérique à l'abandon, couvert de récompenses    Pour des mesures urgentes en matière d'éducation    Le rockeur américain Eddie Money décède à l'âge de 70 ans    Naissance des "Scouts libres"    CRB : Coupe de la CAF, le plus dur reste à faire à Alger    Mohamed Charfi à la tête de l'Autorité des élections    Concertation à Béjaïa pour un appel à une grève générale    JSK : Il a réussi son premier match international… : Mebarki s'affirme !    Le chef Raoni proposé au prix Nobel de la paix    Kagame veut éjecter l'Afrique du Sud des instances de l'UA    De l'envol à la faillite d'Aigle Azur : Les raisons d'un crash    Logement : la situation empire, comment y remédier ?    Faible taux de participation et indécision totale    Sous le signe de l'amitié algéro-italienne    Des habitations sous la menace d'un éboulement: Des habitants de Kouchet El Djir interpellent le wali    Le parti de Benflis: La présidentielle est «la voie la plus réaliste»    Suppression de la règle 51/49: Le débat est lancé    Selon le FFS: La crise a «atteint un stade dangereusement critique»    Mohamed Chorfi à la tête de l'Autorité de surveillance des élections    Football - Ligue 2: Le DRBT rejoint le duo de tête    Conclave wali-chefs de daïras et P/APC: Des mesures urgentes pour parer à d'éventuelles inondations    Intempéries au centre: Des inondations et des coupures d'eau et d'électricité    L'absence de liberté et de souveraineté persiste    La guerre en Syrie tire à sa fin    Poissons morts découverts aux abords du barrage de Taksebt    De mal en pis !    L'Algérie avait bien avant tiré la sonnette d'alarme…    Rencontres photographiques de Bamako    Analyse: Invitée au G7… L'Afrique n'a-t-elle vraiment fait que de la figuration ?    Les Houthis revendiquent une attaque de drones    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Assassinats politiques en Tunisie : Tous les chemins mènent à Ennahdha
Publié dans El Watan le 12 - 01 - 2019

La rencontre accordée par le président de la République, Béji Caïd Essebsi, au Comité de défense des martyrs Belaïd et Brahmi, a clairement permis de faire bouger l'enquête concernant les assassinats politiques.
Ainsi, le dénommé Mustapha Khedher, proche d'Ennahdha, a été, finalement, accusé de «meurtre prémédité», sur la base de ses propres interrogatoires qui n'ont jamais été incorporés dans le dossier de l'assassinat du député Mohamed Brahmi (25 juillet 2013).
Lesquels documents sont pourtant disponibles au ministère de l'Intérieur dans la fameuse «chambre noire», qui n'a été mise sous scellés, par la justice, qu'en décembre dernier.
Le Comité de défense des martyrs Belaïd et Brahmi accuse le procureur général d'être aux ordres de la partie politique voulant estomper la vérité, à savoir Ennahdha. Le Comité veut intenter un recours, pour la destitution du procureur général, auprès du Conseil supérieur de la magistrature.
Dans la conférence de presse, tenue avant-hier, le Comité de défense des martyrs Belaïd et Brahmi a lu des missives indiquant que le ministère de l'Intérieur du temps de Ali Laâreyedh, en juillet 2013, avait des informations sur la possession d'armes à feu par Boubaker Al Hakim, qui avait assassiné le martyr Brahmi.
Les services du ministère savaient que l'assassin habitait chez sa tante, mariée à une figure connue d'Ennahdha, à 300 mètres du logement du martyr Brahmi. L'assassin, terroriste notoire, préparait donc son crime au quartier même où habitait le martyr.
D'autres documents montrent qu'une protection sécuritaire officielle a été assurée, jusqu'aux frontières libyennes, au présumé chef de l'instance secrète d'Ennahdha.
Accusations
D'autres documents de la même «chambre noire» révèlent l'existence de deux listes de «délinquants», qui étaient de service «en cas de besoin». Ainsi, l'un d'eux (Ameur Belaazi) a servi pour mâter la manifestation des démocrates, en marge de la Fête des martyrs (9 avril 2012) ; la même personne a reconnu avoir jeté à la mer les pistolets ayant servi aux assassinats des martyrs Belaïd et Brahmi.
Le délinquant est certes accusé dans l'assassinat, mais les procès-verbaux de ses interrogatoires comportant lesdits aveux ont disparu des dossiers instruits auprès de l'unité de lutte contre le terrorisme et au tribunal, pour effacer les traces de ceux qui lui avaient remis les armes. Les PV ont révélé des contacts avec des personnes proches d'Ennahdha.
Il y a donc de nombreux points d'interrogation sur les procédures suivies dans les instructions des dossiers des assassinats politiques. Le Comité de défense des martyrs a précisé, dans sa conférence de presse, que les procédures en Tunisie imposent au ministère public de suivre à la lettre les instructions du procureur général.
Ainsi, et suite à la pression qu'a suscitée la mise sous scellés de la «chambre noire» au ministère de l'Intérieur, le procureur général a autorisé une enquête préliminaire, pas une enquête approfondie.
Laquelle enquête préliminaire a déjà permis d'accuser le dénommé Khedher de «meurtre prémédité» dans l'affaire de l'assassinat du martyr Brahmi. Mais, le juge d'instruction ne peut avancer sur la piste de l'organisation secrète d'Ennahdha, sans l'aval du procureur général.
Conscients des lenteurs voulues par le procureur général, le Comité de défense veut présenter un recours auprès du Conseil supérieur de la magistrature pour la destitution dudit procureur.
Pour cela, un dossier serait en élaboration comportant les défaillances graves dans l'enquête sur les assassinats politiques et, notamment, la non saisie et examen des dossiers de la «chambre noire».
Les islamistes d'Ennahdha se trouvent ainsi visés quant à l'aspect civil de leur parti, s'il s'affirme officiellement l'existence de son «instance secrète» disposant d'une «branche armée». Affaire à suivre donc de près.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.