POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Assassinats politiques en Tunisie : Tous les chemins mènent à Ennahdha
Publié dans El Watan le 12 - 01 - 2019

La rencontre accordée par le président de la République, Béji Caïd Essebsi, au Comité de défense des martyrs Belaïd et Brahmi, a clairement permis de faire bouger l'enquête concernant les assassinats politiques.
Ainsi, le dénommé Mustapha Khedher, proche d'Ennahdha, a été, finalement, accusé de «meurtre prémédité», sur la base de ses propres interrogatoires qui n'ont jamais été incorporés dans le dossier de l'assassinat du député Mohamed Brahmi (25 juillet 2013).
Lesquels documents sont pourtant disponibles au ministère de l'Intérieur dans la fameuse «chambre noire», qui n'a été mise sous scellés, par la justice, qu'en décembre dernier.
Le Comité de défense des martyrs Belaïd et Brahmi accuse le procureur général d'être aux ordres de la partie politique voulant estomper la vérité, à savoir Ennahdha. Le Comité veut intenter un recours, pour la destitution du procureur général, auprès du Conseil supérieur de la magistrature.
Dans la conférence de presse, tenue avant-hier, le Comité de défense des martyrs Belaïd et Brahmi a lu des missives indiquant que le ministère de l'Intérieur du temps de Ali Laâreyedh, en juillet 2013, avait des informations sur la possession d'armes à feu par Boubaker Al Hakim, qui avait assassiné le martyr Brahmi.
Les services du ministère savaient que l'assassin habitait chez sa tante, mariée à une figure connue d'Ennahdha, à 300 mètres du logement du martyr Brahmi. L'assassin, terroriste notoire, préparait donc son crime au quartier même où habitait le martyr.
D'autres documents montrent qu'une protection sécuritaire officielle a été assurée, jusqu'aux frontières libyennes, au présumé chef de l'instance secrète d'Ennahdha.
Accusations
D'autres documents de la même «chambre noire» révèlent l'existence de deux listes de «délinquants», qui étaient de service «en cas de besoin». Ainsi, l'un d'eux (Ameur Belaazi) a servi pour mâter la manifestation des démocrates, en marge de la Fête des martyrs (9 avril 2012) ; la même personne a reconnu avoir jeté à la mer les pistolets ayant servi aux assassinats des martyrs Belaïd et Brahmi.
Le délinquant est certes accusé dans l'assassinat, mais les procès-verbaux de ses interrogatoires comportant lesdits aveux ont disparu des dossiers instruits auprès de l'unité de lutte contre le terrorisme et au tribunal, pour effacer les traces de ceux qui lui avaient remis les armes. Les PV ont révélé des contacts avec des personnes proches d'Ennahdha.
Il y a donc de nombreux points d'interrogation sur les procédures suivies dans les instructions des dossiers des assassinats politiques. Le Comité de défense des martyrs a précisé, dans sa conférence de presse, que les procédures en Tunisie imposent au ministère public de suivre à la lettre les instructions du procureur général.
Ainsi, et suite à la pression qu'a suscitée la mise sous scellés de la «chambre noire» au ministère de l'Intérieur, le procureur général a autorisé une enquête préliminaire, pas une enquête approfondie.
Laquelle enquête préliminaire a déjà permis d'accuser le dénommé Khedher de «meurtre prémédité» dans l'affaire de l'assassinat du martyr Brahmi. Mais, le juge d'instruction ne peut avancer sur la piste de l'organisation secrète d'Ennahdha, sans l'aval du procureur général.
Conscients des lenteurs voulues par le procureur général, le Comité de défense veut présenter un recours auprès du Conseil supérieur de la magistrature pour la destitution dudit procureur.
Pour cela, un dossier serait en élaboration comportant les défaillances graves dans l'enquête sur les assassinats politiques et, notamment, la non saisie et examen des dossiers de la «chambre noire».
Les islamistes d'Ennahdha se trouvent ainsi visés quant à l'aspect civil de leur parti, s'il s'affirme officiellement l'existence de son «instance secrète» disposant d'une «branche armée». Affaire à suivre donc de près.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.