Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Jil Jadid charge lourdement le Conseil constitutionnel
Publié dans El Watan le 17 - 09 - 2017

La formation estime que «le pays est en train de prendre conscience des conséquences désastreuses d'une présidence à vie qui relève du délire et qui démontre une complicité coupable des institutions, censées pourtant être là dans l'intérêt du pays». Jil Jadid parle du Conseil constitutionnel, du Parlement et du gouvernement en entier. Il les accuse d'avoir pris part à «la trahison de l'Algérie». Pour lui, la responsabilité du Conseil constitutionnel est la plus lourde. Pour Jil Jadid, qui plaide pour un changement radical du système politique, cette institution, dirigée par Mourad Medelci, «s'est totalement discréditée par un état d'allégeance totale à M. Bouteflika». Cette formation reproche au Conseil constitutionnel d'avoir accepté «la candidature de M. Bouteflika en 2014 avec un dossier médical lourd, mais à l'évidence trafiqué». Ce parti dirigé par Soufiane Djilali considère cet acte comme «anticonstitutionnel».
«Cela, poursuit ce parti, parce que le président de la République n'accomplit plus ses devoirs constitutionnels pourtant obligatoires». «Il ne s'est plus adressé à la nation depuis 2012 (article 84) et il ne reçoit plus les lettres de créance des ambassadeurs (article 92), fonction qui ne peut d'ailleurs être déléguée (article 101). La fonction de représentation de l'Etat n'est plus remplie (article 84). Qu'en est-il des autres prérogatives dont l'exercice se fait dans la plus grande opacité et par de tierces personnes ?» se demande Jil Jadid, qui a décidé de boycotter les élections locales, comme il l'a fait pour les dernières législatives. «Dans ce climat chaotique, les élections communales ne seront qu'une autre occasion pour que le peuple se démarque de ce régime de corrompus et de ses affidés, par un boycott aussi large que celui des élections législatives», a souligné ce parti qui dit refuser de participer «aux tentatives de légitimation d'un pouvoir définitivement condamné par l'histoire». Dans ses critiques, le parti de Soufiane Djilali n'a pas épargné l'opposition à laquelle il reproche sa participation aux élections, mais aussi son inaction concernant la question d'application de l'article 102.
«Le recours à l'article 102 aurait pu être appuyé, par exemple, par les députés des partis dits d'opposition, puisque l'article 187 de la Constitution donne le droit de saisine à 50 députés. Cela aurait été bien plus concret et plus utile pour le pays que la soi-disant ‘‘tribune pour se faire connaître'', bien stérile d'ailleurs, pour justifier une participation au jeu des élections truquées», a affirmé ce parti, pour lequel «malheureusement, ces partis, qui n'avaient de cesse de dénoncer, à très haute voix, la mascarade des élections, ont préféré briser une solidarité naissante contre le système et enterrer les revendications communes, pour obtenir une poignée de sièges».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.