L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Jil Jadid charge lourdement le Conseil constitutionnel
4e mandat de Bouteflika et application de l'article 102
Publié dans El Watan le 17 - 09 - 2017

Le parti Jil Jadid, présidé par Soufiane Djilali, insiste sur la nécessité d'appliquer l'article 102 de la Constitution.
La formation estime que «le pays est en train de prendre conscience des conséquences désastreuses d'une présidence à vie qui relève du délire et qui démontre une complicité coupable des institutions, censées pourtant être là dans l'intérêt du pays». Jil Jadid parle du Conseil constitutionnel, du Parlement et du gouvernement en entier. Il les accuse d'avoir pris part à «la trahison de l'Algérie». Pour lui, la responsabilité du Conseil constitutionnel est la plus lourde. Pour Jil Jadid, qui plaide pour un changement radical du système politique, cette institution, dirigée par Mourad Medelci, «s'est totalement discréditée par un état d'allégeance totale à M. Bouteflika». Cette formation reproche au Conseil constitutionnel d'avoir accepté «la candidature de M. Bouteflika en 2014 avec un dossier médical lourd, mais à l'évidence trafiqué». Ce parti dirigé par Soufiane Djilali considère cet acte comme «anticonstitutionnel».
«Cela, poursuit ce parti, parce que le président de la République n'accomplit plus ses devoirs constitutionnels pourtant obligatoires». «Il ne s'est plus adressé à la nation depuis 2012 (article 84) et il ne reçoit plus les lettres de créance des ambassadeurs (article 92), fonction qui ne peut d'ailleurs être déléguée (article 101). La fonction de représentation de l'Etat n'est plus remplie (article 84). Qu'en est-il des autres prérogatives dont l'exercice se fait dans la plus grande opacité et par de tierces personnes ?» se demande Jil Jadid, qui a décidé de boycotter les élections locales, comme il l'a fait pour les dernières législatives. «Dans ce climat chaotique, les élections communales ne seront qu'une autre occasion pour que le peuple se démarque de ce régime de corrompus et de ses affidés, par un boycott aussi large que celui des élections législatives», a souligné ce parti qui dit refuser de participer «aux tentatives de légitimation d'un pouvoir définitivement condamné par l'histoire». Dans ses critiques, le parti de Soufiane Djilali n'a pas épargné l'opposition à laquelle il reproche sa participation aux élections, mais aussi son inaction concernant la question d'application de l'article 102.
«Le recours à l'article 102 aurait pu être appuyé, par exemple, par les députés des partis dits d'opposition, puisque l'article 187 de la Constitution donne le droit de saisine à 50 députés. Cela aurait été bien plus concret et plus utile pour le pays que la soi-disant ‘‘tribune pour se faire connaître'', bien stérile d'ailleurs, pour justifier une participation au jeu des élections truquées», a affirmé ce parti, pour lequel «malheureusement, ces partis, qui n'avaient de cesse de dénoncer, à très haute voix, la mascarade des élections, ont préféré briser une solidarité naissante contre le système et enterrer les revendications communes, pour obtenir une poignée de sièges».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.