Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Jil Jadid boycotte les élections locales
Il réitère son appel à l'application de l'article 102 de la Constitution
Publié dans Liberté le 17 - 09 - 2017

C'est sans surprise que le parti de Soufiane Djilali a annoncé, hier, sa décision de boycotter les prochaines élections locales prévues le 23 novembre prochain. Et c'est à l'issue d'une session ordinaire de son conseil national que la question de la participation au prochain scrutin a été définitivement tranchée "à la quasi unanimité", d'après un communiqué rendu public hier. Pour Jil Jadid, la mise en œuvre de l'article 102 de la Constitution, qui prévoit l'état d'empêchement du Président de la République pour cause de maladie grave et durable serait "un premier pas vers un changement profond du système" qu'il appelle, d'ailleurs, de tous ses vœux.
Sûr de son fait, le parti de Soufiane Djilali parie même sur une désaffection à venir de l'électorat qui continue à bouder les urnes : "Dans ce climat chaotique, les élections communales ne seront qu'une autre occasion pour que le peuple se démarque de ce régime de corrompus et de ses affidés, par un boycott aussi large que celui des élections législatives. Jil Jadid maintient sa position de principe, et se range du côté du peuple. Il ne participera donc pas aux tentatives de légitimation d'un pouvoir définitivement condamné par l'histoire".
Jil Jadid reste surtout attaché à l'application de l'article 102, perçue comme un début de solution et agit en conséquence : "Un plan de sortie de crise et du système politique actuel, a même été présenté. Bon ou mauvais, il n'est qu'une possibilité parmi d'autres... Tant que la rue n'aura pas pris le relais ! C'est cet objectif qui a justifié le boycott des élections", est-il mentionné dans le communiqué. "Aujourd'hui, hélas, il est devenu clair pour les Algériens, qu'il ne peut y avoir de solutions venant de l'intérieur du régime, largement dégradé par la corruption et l'irresponsabilité. La solution, si elle advenait, viendra de l'extérieur du système. Elle viendra du peuple. Mais pour éviter le chaos, il faut concevoir et défendre une solution. Celle-ci se construit patiemment grâce aux bonnes volontés. Encore faut-il que les opposants joignent le geste à la parole et se décident à orienter leurs attaques contre le pouvoir illégitime au lieu de les braquer sur celles et ceux qui agissent pour le changement."
Il y a lieu de relever dans ce contexte que Jil Jadid n'a pas hésité pour adresser, à cette occasion, quelques "piques" à ses ex-partenaires de l'opposition qui, selon ses propres termes, auraient changé leur fusil d'épaule : "Après avoir négocié et signé des communiqués de l'Icso consignant la constatation de la vacance du pouvoir et réclamant des élections présidentielles anticipées, ils se sont délestés, un à un, de cet engagement devenu subitement trop lourd pour eux. Et au lieu de dénoncer les turpitudes du pouvoir, les voilà qui bottent en touche toute revendication de changement, préférant garder un Président absent car, clament-ils, le départ de Bouteflika ne garantit pas le départ du système. Dans leur logique, mieux vaut garder les choses en l'état. Le système refuse de partir ? Alors on garde le Président et... le système ! Que cache en réalité ce choix ?", s'interroge-t-il, non sans ironie.
M.-C. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.