Nouvelle manifestation à Alger    Le gouvernement planche sur l'avant-projet    L'activité de l'importateur limitée à un seul produit    «Washington ne veut pas entraver le processus de règlement»    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Barça-Atlético : Les compositions probables    Tirage au sort lundi au Caire    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Doigts de kounafa    Entre apaisement et statu quo    D'important dégâts dans plusieurs wilayas    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    "PAS DE MUSELIÈRE"    Benbouzid annonce le lancement d'un registre d'abstention    CFA : Première réunion lundi    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Oran: Des individus poursuivis pour conspiration contre la sécurité de l'Etat    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    Groupe Est: Le MO Constantine en arbitre    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    Mise en garde    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Le gaspillage atteint son apogée    À la veille du grand jour à Béjaïa    Les slogans sortis de laboratoires    De l'importance des structures de proximité    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Les mises en garde du gouvernement    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    Un nouveau recteur pour sauver l'université de Tizi Ouzou    CRB-NCM, délocalisé au stade du 5-Juillet    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des associations en appellent au président Macron
Publié dans El Watan le 19 - 12 - 2017

C'est un sujet qui revient régulièrement sur le tapis de la justice. Les associations Human Rights Watch (HRW), la Ligue des droits de l'Homme (LDH), le Syndicat de la magistrature (SM), le Syndicat des avocats de France (SAF), le Groupement d'information et de soutien aux immigrés (Gisti) et une dizaine d'autres associations ont publié une lettre adressée au président de la République. A l'occasion de la mise en place de la Police de sécurité du quotidien (PSQ), rendue publique par le gouvernement il y a quelques semaines, ils en appellent le chef de l'Etat pour que soit mis un terme aux contrôles au faciès.
«Vous avez exprimé le 18 octobre votre souhait d'une police qui s'adapte ‘aux préoccupations de nos citoyens', qui lutte ‘contre tout ce qui fait naître (…) les sentiments d'insécurité' et surtout votre désir de changer certaines procédures devenues trop systématiques», écrivent les associations, en rappelant au Président que «la France est parmi les pays qui pratiquent le plus de contrôles d'identité».
«Nous vous encourageons à mettre la question des discriminations générées par la législation sur les contrôles d'identité, dits contrôles au faciès, (…) au cœur de (votre) réforme», ajoutent les signataires, qui estiment que ces contrôles «constituent une source d'insécurité», particulièrement pour les personnes «perçues comme noires ou arabes, des gens du voyage ou des résidants de quartiers populaires».
Malgré le rejet de cette procédure par les autorités ces dernières années sous le gouvernement Hollande-Valls, ils restent «favorables à la délivrance d'un récépissé de contrôle par les policiers».
La lettre des associations est un nouveau jalon d'une contestation qui n'est pas nouvelle. En mai dernier, six personnes avaient saisi la Cour européenne des droits de l'homme CEDH), dernier recours d'une procédure pour dénoncer les contrôles au faciès.
Arabes ou Noirs, ils n'avaient pas obtenu gain de cause devant la plus haute juridiction française, la Cour de cassation. Ils considéraient avoir été injustement contrôlés selon leur origine, en 2011. Si la CEDH étudie sérieusement le dossier et rend un arrêt contraignant, la France devra revoir son dossier en la matière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.