Sortie de la 50e promotion à l'Ecole de Commandement et d'Etat-major de Tamentfoust à Alger    Drame de Melilla: le Forum diplomatique de solidarité avec le peuple sahraoui condamne la répression sanglante de migrants africains    JM/Boxe : Houmri bat le Marocain Assaghir et passe en demi-finale    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes des pays participant aux JM Oran-2022    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    Aménagement des horaires de travail de 07h00 à 15h00 pour les wilayas du sud du pays    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Santé: une "grande importance" accordée à l'application des protocoles thérapeutiques en oncologie    JM Oran-2022 : engouement populaire sans précédent, l'autre succès de la 19e édition    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    Les colons attaquent encore Al-Aqsa    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Coup d'envoi de la 13e édition    Deux dossiers retenus pour la présidence de la FAF    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    CN: le président de la Commission des AE reçoit le président du Groupe d'amitié France-Algérie    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    OL : Aouar ne va pas prolonger son contrat    JM: le badminton et la lutte décrochent l'or, le karaté do termine avec l'argent    Sétif: Trois morts dans un incendie de forêt    Examens du BEM: Un taux de réussite de 55,98%    Face aux séismes    Exportations hors hydrocarbures: L'objectif de 7 milliards de dollars accessible    Football: Algérie-Maroc, aujourd'hui à 17h00: Les Verts pour la confirmation    Alger: Incendie dans le parc de l'ETUSA, 16 autobus détruits    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Des contrats menacés par le blocus pétrolier    Plus de 30 villageois dont des enfants tués    La base constitutionnelle seule au menu    Tosyali décroche le trophée    Echos d'un procès figé    Bâtonnat d'Alger: au boulot    Plus de peur que de mal    La réussite au BEM fêtée avec faste    Le FFS dérange les forces occultes    Comme une lettre à la poste    Peut-on réussir la transition?    Riga débarque    Le club otage des forces occultes    Comment l'émigration a lutté contre l'OAS    C'est parti pour la 13e édition    Karima et Yousra enchantent le public    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un long cauchemar pour les souscripteurs
Publié dans El Watan le 05 - 03 - 2018

Depuis 16 ans, il est encore à l'état de logements sur le papier. Les souscripteurs concernés sont à bout de souffle et de patience. «Il semble que notre problème ne trouve pas de solution, notre inquiétude commence à se transformer en calvaire à cause de l'opacité qui le caractérise», lit-on dans une longue lettre adressée à El Watan.
Dans cette requête, les concernés relatent avec détail toutes les étapes de ce projet depuis son lancement en 2002 à ce jour. Happée par d'interminables procédures, l'opération est aujourd'hui entre les mains de la CNEP-Banque de Béjaïa qui a confié à Assure-Immo la mission de sa réalisation. Une tâche quasi impossible qui a purement et simplement conduit à son blocage. Il faut rappeler que les souscripteurs à ce projet sont les 350 anciens postulants du programme AADL 1 de 2002 de Jijel.
Leurs dossiers ont été transférés en 2013 de l'AADL vers la CNEP pour bénéficier d'un logement selon la formule location-vente du projet 400 logements à Mezghitane, faisant partie d'un programme national de 65 000 unités. Après toutes ces années, l'inquiétude est à son comble. «Nous commençons à nous inquiéter sérieusement, puisqu'à ce jour nous n'avons reçu ni décision d'affectation ni ordre de versement de la première tranche auprès de la CNEP/Banque, alors que les souscripteurs au programme AADL 2013 ont déjà payé leurs première et deuxième tranches et possèdent leurs décisions d'affectation.
Pis encore, nous ne détenons aucun document officiel délivré par la CNEP Banque prouvant que nous allons bénéficier de ces logements. Les travaux de réalisation ont débuté le 7 juin 2008 pour un délai de réalisation de 24 mois. Cependant, nous sommes en 2018 et le projet est presque abandonné à cause de contraintes techniques, administratives et surtout financières», se désolent-ils.
En dépit de la bonne volonté affichée par le nouveau wali de Jijel pour débloquer la situation des programmes de logements, ce projet n'a connu aucune évolution. S'il a atteint le taux de 60%, il est cependant toujours à l'arrêt. «Nous sommes victimes d'un conflit juridique et malheureusement ce problème risque de s'éterniser, ainsi que notre rêve d'abriter nos familles sous un toit décent qui va encore tarder à voir le jour», notent des souscripteurs dans l'expectative.
«Nous avons adressé plusieurs cris de détresse à Mr le wali de Jijel et Mr le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, à M. le ministre des Finances et tous les autres responsables locaux, régionaux et nationaux concernés afin d'attirer leur attention sur la situation actuelle de ce projet. Malheureusement il n'y a eu aucune suite. Les multiples sit-in tenus sur le site de Mezghitane, devant le siège de la Cnep Banque à Jijel et devant le siège de la wilaya pour faire débloquer et relancer les travaux de réalisation sont tous restés vains», clame-t-on avec amertume.
Il convient de noter que les travaux de VRD, financés par le ministère de l'Habitat, qui n'ont pas été lancés suite au gel de l'opération, ont davantage aggravé la situation de ce projet, qui ne dispose pas de permis de construire et dont l'assiette du terrain n'a ni acte de propriété, ni certificat de conformité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.