L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Origine à déterminer    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    La négociation privilégiée par les deux pays    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    L'heure de la convergence patriotique    Loin d'être un discours de consommation    «Seul le droit international doit primer»    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    L'occupant marocain encercle la maison de la militante sahraouie Meriem Bouhela    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Amine Bouanani (110m haies) décroche la première médaille d'or algérienne    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La grande désillusion
Programme AADL 2001-2002 à constantine
Publié dans El Watan le 22 - 06 - 2014

En vertu du décret exécutif fixant les niveaux et les modalités d'octroi de la bonification du taux d'intérêt des prêts accordés par les banques, les souscripteurs au programme AADL 2001-2002 à Constantine se sentent floués.
A près treize ans d'attente, c'est la grande désillusion chez les souscripteurs du programme AADL 2001-2002 à Constantine. Il s'agit de plus de 300 personnes regroupées au sein d'une association qui mène un dur combat depuis des mois pour dénoncer certaines mesures prises par la direction générale de l'AADL, jugées arbitraires, abusives et qui les pénalisent énormément sur le plan financier. Les souscripteurs continuent toujours de contester la décision prise à un niveau supérieur de transférer leurs dossiers de l'AADL vers la Cnep-Immo. «Personne parmi tous les responsables de l'AADL et de la Cnep-Immo n'a pu nous expliquer les raisons de ce transfert que nous n'avons jamais demandé ni accepté.
Tous ceux que nous avons contactés se sont confondus dans des déclarations contradictoires», nous expliquent Faouzi Aïssassnou et Djaâfer Kenida, représentants des souscripteurs. «Pourtant, c'est l'AADL qui est le promoteur et c'est elle qui aura la responsabilité d'attribuer les logements et non la Cnep-Immo, qui ne se charge que de la réalisation de ces logements au profit de l'AADL. Alors pourquoi nous demande-t-on de voir avec la Cnep-Immo qui ne fait que construire les logements qu'elle finira par mettre à la disposition de l'AADL ?» s'interrogent nos interlocuteurs.
Cette situation qui perdure n'est pas sans conséquences sur les modalités de paiement exigées par la Cnep-Immo. Après la relance par le ministère de tutelle des programmes AADL 2001-2002, les souscripteurs du programme de la wilaya de Constantine affirment qu'ils ont été surpris d'apprendre en début d'année qu'ils sont soumis à un taux d'intérêt de 5,75 %, ce qui va se répercuter sur le prix global du logement, jugé très élevé par rapport à celui qui sera attribué aux autres souscripteurs ayant postulé avec eux et inscrits à l'AADL, et qui sont soumis, eux, à un taux de 1%. «C'est une violation du décret exécutif n°10/87 du 10 mars 2010 fixant les niveaux et les modalités d'octroi de la bonification du taux d'intérêt des prêts accordés par les banques pour l'acquisition d'un logement, notamment les articles 3 et 4» précisent nos interlocuteurs, qui rappellent avoir sollicité le ministre des Finances pour ordonner à la Cnep-Immo l'application dudit décret. «Nous trouvons aberrant que pour le même type de logement on applique deux taux de bonification différents.
C'est vraiment injuste !» protestent-ils. Pour ces souscripteurs, le calvaire continue puisqu'à ce jour ils attendent toujours d'être fixés sur leur sort, car ils ne savent même pas s'ils seront appelés à verser leur première tranche et pouvoir, enfin, bénéficier de leurs logements, après avoir reçu la décision de pré-affectation au mois de mars dernier, alors que les souscripteurs au programme 2013 ont déjà été convoqués pour le paiement de leur première tranche.
Interrogé sur ce problème lors d'une récente visite du ministre de l'Habitat à Constantine, le directeur général de l'AADL, Lyès Benidir, a expliqué que le retard dans l'attribution de ces logements est dû au problème des travaux de VRD qui ne sont pas encore terminés. Quant à la question du transfert des dossiers des souscripteurs de l'AADL vers la Cnep et le taux de 5% généré par ce transfert, et pour lequel les souscripteurs demandent une révision, le directeur général de l'AADL, visiblement gêné, a été expéditif. Il nous a répondu lapidairement : «Il n'y a aucune solution, le choix a été fait et les 5% qu'ils réclament ne sont pas si pénalisants que cela. Les remboursements s'étalent sur une période de 25 ans, le préjudice n'est pas important.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.