Man Utd : Fernandes répond à Klopp    Liverpool : Salah respecte les décisions de son coach    Le RCD fustige le gouvernement    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    L'activiste Amar Berri arrêté, puis relâché    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Développement du gisement de fer de Gara Djebilet    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    14 marchés aux bestiaux hebdomadaires rouverts    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Conseils de l'ordre des médecins et chirurgiens-dentistes: Des syndicats dénoncent une «situation de blocage»    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    ASM Oran: Baghor Merouane succède à lui-même    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise vénézuélienne : Washington menace de passer aux actes
Publié dans El Watan le 25 - 02 - 2019

L a tension s'amplifie entre le pré,sident vénézuélien Nicolas Maduro, et les pays qui soutiennent son opposant Juan Guaido. Friction alimentée samedi par des troubles aux frontières du pays avec la Colombie et le Brésil, où l'opposition a tenté de faire entrer de l'aide humanitaire.
Passé vendredi en Colombie alors que la justice lui a interdit de quitter le territoire, Juan Guaido a annoncé qu'il participerait aujourd'hui à Bogota à une réunion sur la crise au Venezuela du Groupe de Lima qui comprend quatorze pays du continent américain, en majorité hostiles à Nicolas Maduro. Le vice-président américain, Mike Pence, sera présent.
De son côté, le président Maduro a refusé l'aide en dénonçant une tentative déguisée d'intervention américaine et a fermé plusieurs points de passage aux frontières vénézuéliennes avec la Colombie et le Brésil, deux pays où la gauche a perdu le pouvoir. Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a indiqué samedi que «les Etats-Unis vont passer aux actes contre ceux qui s'opposent à la restauration pacifique de la démocratie au Venezuela».
Et d'ajouter : «Maintenant, le temps est venu d'agir pour soutenir les besoins du peuple vénézuélien désespéré», qualifiant de «brutes» les forces de sécurité vénézuéliennes qui ont réprimé des manifestations. Membre du Groupe de Lima, le Canada a réclamé le même jour «l'accès sûr et sans restriction» de l'aide au Venezuela et s'est dit «profondément préoccupé» par les actes de violence visant à entraver son entrée dans le pays.
L'aide de la discorde Samedi, des violences ont éclaté aux frontières avec la Colombie et le Brésil, où les manifestants exigeaient l'entrée dans le pays de convois d'aide humanitaire. Plusieurs poste-frontières sont bloqués par l'armée, restée jusque-là fidèle à Maduro. Deux camions et leur cargaison de médicaments ont été incendiés peu après être entrés au Venezuela depuis la Colombie, selon Bogotá qui a alors ordonné le retour des autres véhicules. Un bateau parti de Porto Rico avec de l'aide a par ailleurs rebroussé chemin après avoir «reçu des menaces directes de tir» de la marine vénézuélienne, a affirmé le gouverneur de l'île, Ricardo Roselet.
Le gouvernement colombien a dénoncé des «violations des droits humains». «Cette action pacifique et de caractère humanitaire a été interrompue depuis le Venezuela sous le régime usurpateur de Maduro avec une répression violente et disproportionnée», a déclaré le ministre colombien des Affaires étrangères, Carlos Holmes Trujillo. S'exprimant devant ses partisans, le président Maduro a annoncé la rupture des relations diplomatiques avec «le gouvernement fasciste de Colombie» et a donné 24 heures «à l'ambassadeur et aux consuls» pour quitter le pays en ces termes : «Dehors, les oligarques».
Et de poursuivre : «Je ne m'inclinerai jamais, je n'abandonnerai jamais. Je défendrai toujours notre pays, au prix de ma vie si nécessaire.» Cependant, pour le président colombien, Ivan Duque, Juan Guaido est le seul chef de l'Etat vénézuélien en exercice.
Hier, l'Union européenne (UE) s'est dite prête à accroître son aide humanitaire au Venezuela, condamnant la violence et le recours à des «groupes armés irréguliers» par les autorités de Caracas pour empêcher l'entrée de l'aide.
Président de l'Assemblée nationale dominée par l'opposition, Juan Guaido, qui s'est autoproclamé président le 23 janvier, a fixé la journée de samedi comme date butoir pour la livraison de l'aide humanitaire stockée aux portes du pays et promis l'amnistie à tout le personnel des services de sécurité qui le rallierait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.