FAF-ANEF: quatre conférences en ligne au programme en juillet    Alger: interdiction du transport urbain collectif public et privé durant les week-ends    Covid19: 434 nouveaux cas, 487 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Covid-19: plus de 2.700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Déclarations glorifiant le colonialisme: les Algériens ne doivent "absolument pas tomber" dans le jeu    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    MASCARA : Un nouveau directeur à l'hôpital ‘'Yssaad Khaled''    CORONAVIRUS A BECHAR : Des activistes manifestent devant le siège de la wilaya    COVID 19 : Oran sera doté d'un laboratoire d'analyses PCR    Meurtris par le Covid, réprimés par le pouvoir: la double peine des médecins égyptiens    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    Energie: préparation d'une feuille de route axée sur la stratégie énergétique    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Covid-19 à Oran : malgré la hausse du nombre des contaminés, les gestes barrières ne sont pas respectés    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Voilà que le loup sort du bois    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Colère et consternation    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise libyenne : Un autre accord pour rien
Publié dans El Watan le 04 - 03 - 2019

Les Etats-Unis, la France, l'Italie et le Royaume-Uni ont appelé les Libyens à travailler pour la mise en place d'un gouvernement «stable et unifié», refusant toute solution militaire dans ce pays.
«Ayant à l'esprit le fait qu'il n'y a pas de solution militaire en Libye, nous appelons tous les Libyens à travailler de manière constructive avec le représentant de l'ONU, Ghassan Salamé, et à saisir cette occasion vitale pour mettre en place un gouvernement stable et unifié pouvant assurer la sécurité et la prospérité de tous les Libyens», ont souligné, vendredi, ces pays dans une déclaration conjointe publiée par la présidence française.
A l'occasion, les quatre pays ont réitéré leur plein soutien aux efforts du représentant spécial du secrétaire général (RSSG) des Nations unies, Ghassan Salamé, et la Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul) pour «réduire les tensions en Libye et aider le peuple libyen à définir la voie vers des élections crédibles et sûres»
. Ils se sont félicités en outre que les Nations unies aient pris l'initiative de réunir le président du Conseil présidentiel du Gouvernement d'entente nationale libyen, Fayez Al Sarraj, et le commandant de l'Armée nationale libyenne, Khalifa Haftar, le 27 février. «Nous nous félicitons de l'annonce faite par la Manul selon laquelle un accord politique pourrait être trouvé sur la nécessité de mettre fin aux étapes transitoires en Libye, grâce à la tenue d'élections générales et sur les moyens de préserver la stabilité dans le pays et d'unifier ses institutions», ont ajouté les quatre pays.
L'accord politique dont il est question n'a toutefois pas suscité l'enthousiasme en Libye, dans la mesure où il reste assez vague et donc difficilement applicable. A titre d'exemple, aucun calendrier n'a été annoncé pour la tenue de ces présidentielle et législatives au terme de la rencontre organisée aux Emirats arabes unis et qui a réuni Fayez Al Sarraj et Khalifa Haftar. Mais il n'y a pas que cela.
Sur le terrain, la situation est pratiquement restée inchangée depuis cette rencontre. La Libye est toujours déchirée entre deux pouvoirs rivaux, d'une part le GNA issu d'un processus onusien et reconnu par la communauté internationale, et de l'autre un gouvernement et un parlement parallèles installés dans l'Est, soutenus par l'Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée par le maréchal Khalifa Haftar.
Les conditions ne sont pas réunies pour organiser à court terme des élections. La seule nouvelle donne concernant le terrain militaire : Khalifa Haftar a considérablement avancé ses pions, ces derniers mois, grâce à ses campagnes militaires qui lui ont permis de renforcer sa position.
«Preuve de cette montée en puissance, après des rencontres organisées dans des pays neutres, comme l'Italie et la France, le chef du GNA a dû se rendre pour leur récente entrevue aux Emirats arabes unis, allié et soutien du maréchal et très impliqué dans le dossier libyen», analyse la presse française, qui pense que Khalifa Haftar n'a conclu cet accord que pour gagner du temps. Le but du commandant de l'ANL consisterait à affaiblir au maximum le pouvoir de Tripoli afin de négocier en position de force le moment venu.
Selon les experts français, «l'objectif du maréchal est double : capitaliser politiquement sur ses gains territoriaux et sa stratégie militaire, pour fragiliser encore plus un GNA acculé dans la région de Tripoli, et d'un autre côté apparaître aux yeux des Occidentaux et des voisins directs de son pays comme la seule garantie de stabilité, en étant un acteur de premier plan contre le terrorisme dans la région».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.