Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Vox populi ou le génie du peuple algérien    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Les pongistes Azzala et Belache retenus dans l'équipe africaine    En bref…    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    A Illizi : Bordj Omar Driss est en marche    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Belkacem Boukherouf. Enseignant-chercheur à l'université de Tizi Ouzou, militant des droits de l'homme : Le combat identitaire est le marqueur démocratique en Algérie    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Soudan, une troisième révolution ?    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Pourquoi la conduite de la transition par les 3B aboutira à une impasse    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Les précisions du gouvernement    L'ANP veille "sans répit"    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Protestations contre le 5ème mandat : Prés d'un millier d'avocats ont marché sur le conseil constitutionnel
Publié dans El Watan le 07 - 03 - 2019

Des centaines d'avocats du bareau d'Alger, mais aussi de Blida, Boumerdes, Tizi Ouzou, Biskra, Setif , Bouira, Tipaza, pour ne citer que ceux là, ont pris part ce jeudi à une manifestation contre le 5ème mandat du président sortant, en réponse à un appel lancé la veille par le conseil de l'ordre d'Alger.
Vêtus de leur robe noire, hissant de nombreuses banderoles et des drapeaux, ils ont marché vers le siège du Conseil constitutionnel en scandant, « la défense refuse la violation de la constitution », « les avocats n'abdiquent pas et ne reculent pas » « non au 5ème mandat »,… etc.
Dés 9 h, ils arrivaient par petits groupes avant de se rassembler sur les deux côtés de la chaussé faisant face au siège du ministère de l'Energie, au Val d'Hydra, à Alger. Entonnant des chants patriotiques et des slogans hostiles appelant au « respect de la constitution », ils ont eu du mal à franchir le mur de policiers dressé sur la route. Une heure après, le boulevard menant vers le Conseil Constitutionnel est envahi par les manifestants.
Décision est prise pour remonter jusqu'au siège du conseil institutionnel, située à quelques centaines de mètres. Les policiers sont surpris par l'avancée rapide des avocats. Les barrières métalliques qui isolent le haut de cette grande artère, tombent par terre sous l'effet de la bousculade. Les policiers sont dépassés. Ils n'arrivent plus à contenir la masse d'avocats, munis de drapeaux qui avance subitement vers le Conseil.
Le premier groupe y arrive, sous le slogan « Algérie, république et non un royaume » « la défense en colère ». Ils sont prés d'un millier à avoir rejoint la manifestation. Ils se rassemblent devant l'entrée principale de la troisième institution du pays, en criant haut et fort leur colère contre le 5ème mandat. Ils veulent remettre un message écrit au président, Tayeb Belaiz.
Deux représentants, les Mes Sellini, et Benaadila, respectivement bâtonniers d'Alger et de Boumerdes sont désignés pour remettre la lettre. Une fois à l'intérieur, un seul, Me Sellini, est admis. Cependant, il rebrousse chemin après que l'agent l'informe que l'entrevue ne sera pas avec le président du conseil mais plutôt avec un administrateur.
Dans cette lettre, le barreau d'Alger rappelle à Tayeb Belaiz et aux membres de l'institution qu'il préside leur responsabilité devant l'histoire, et leur devoir de garants du respect de la constitution ». Il les met en garde contre toute validation de la candidature du président sortant pour un 5ème mandat, qui selon eux ne répond pas aux critères non seulement de santé, mais aussi de respect de la procédure qui oblige les candidats à déposer eux même leur dossier.
Mardi dernier, une délégation de l'UNBA (Union nationale des barreaux d'Algérie), a demandé à être reçu par le président du Conseil, pour lui remettre une déclaration qui avait sanctionné leur réunion extraordinaire, tenue la veille. Tout en rendant responsable devant l'histoire et le peuple de toute violation de la constitution en validant la candidature du président sortant, l'union exige « le retrait de ce dernier de la compétions électorale, le respect des libertés collectives, notamment celles liées aux droits de manifester pacifiquement et de s'exprimer, le report des élections pour aller vers une période de transition d'une année, au cours de laquelle un gouvernement technocrates sera chargé d'organiser un scrutin présidentiel transparent.. ».
L'union a également annoncé une grève de quatre jours au niveau de toutes les juridictions ( à l'exception des affaires liées à des délais), et des rassemblements de protestation devant les tribunaux et cours, le 11 mars prochain au niveau national. Dés 12 heures, les avocats ont commencé à se disperser, en se donnant quand même rendez-vous pour la marche de vendredi, à laquelle les algériennes ont appelé en ce 8 mars, journée internationale dédiée aux droits des femmes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.