Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    Conseil de la Nation : Son rôle et ses missions fixés au titre de la prochaine Constitution    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Iran : Téhéran ne prolongera pas son ultimatum, les Européens ont moins de trois semaines    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Ouverture de la 32e édition de la CAN-2019 demain en Egypte: Groupe C : Les Verts en mode conquérant en Egypte    A quelques jours de la CAN-2019 : Le foot africain en fête en terre égyptienne    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Son procès reporté au mois de septembre    Louisa Hanoune maintenue en détention    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    La Cour suprême ordonne la réouverture du dossier    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    Les mises en garde de Gaïd Salah    Report du procès au 3 juillet    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    Le Barça verrait le transfert de Neymar comme irréalisable    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    L'appel des sept    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oui à la démocratie, non au chaos
Les Tunisiens de tout cœur avec L'Algérie
Publié dans El Watan le 09 - 03 - 2019

Médias, réseaux sociaux et rue politique tunisiens suivent de près ce qui se passe en Algérie. Les Tunisiens veulent surtout que leurs voisins retiennent certaines leçons de l'expérience tunisienne et évitent le chaos. Depuis le 22 février dernier, le Facebook tunisien vibre déjà au rythme algérien.
Le soulèvement démocratique algérien, c'est désormais l'un des sujets phares en Tunisie. L'Algérie, il faut le dire, est toujours très présente en terre tunisienne. Les trois millions d'Algériens venant chaque année en Tunisie ne font, par ailleurs, que renforcer davantage des liens ancestraux entre les deux peuples frères. Les Tunisiens, ayant fait leur révolution en 2011, ne veulent surtout pas que leurs frères algériens refassent certaines erreurs.
A l'image de tous les Tunisiens, la militante de la société civile Houda Blel attire l'attention des Algériens sur deux choses : «Il faut, d'une part, éviter le chaos pour éviter le retour en arrière. D'autre part, il faut faire attention aux opportunistes et à l'islam politique. Nos peuples ont des acquis qu'il faut renforcer, non revenir en arrière au nom de concepts rétrogrades», avertit-elle. Les mêmes propos reviennent surtout sur les lèvres des femmes tunisiennes, qui ont dû combattre, et continuent à le faire, contre la montée de l'intégrisme.
«Cette peur de la pensée rétrograde est légitime», explique l'universitaire Saloua Charfi. «Nous ne voulons pas que nos frères algériens aient à subir le même sort, puisque l'islam politique est toujours aux aguets», avertit-elle. Un rassemblement de soutien au peuple algérien se tiendra, cet après-midi, devant le théâtre municipal à Tunis, à l'initiative d'ONG locales et d'un cercle d'Algériens installés en Tunisie.
Cette manifestation est autorisée après que deux autres manifestations n'aient pas abouti le week-end dernier, faute d'autorisation, selon les autorités ; c'était un refus déguisé, selon les organisateurs. La grande artère de Tunis vibrera donc cet après-midi en soutien au peuple algérien frère.
Côté institutions, le secrétaire général adjoint de l'UGTT et porte-parole, Sami Tahri, est revenu sur les manifestations dans la rue algérienne, en saluant, surtout, le civisme dans lequel se déroulent ces réactions populaires contre le 5e mandat de Bouteflika. «Le pays algérien frère dit ”Non” à son modèle de gouvernance et la jeunesse algérienne veut s'assurer un meilleur sort que ce que lui propose le pouvoir», a-t-il déclaré à El Watan. M. Tahri constate que le soulèvement des Algériens «n'a certes pas de programme écrit».
Il est clair, poursuit-il, que «les Algériens rejettent le mode actuel de gouvernance de leur pays et demandent un meilleur sort à leurs richesses nationales». Concernant son avis, le porte-parole de la centrale syndicale tunisienne, très impliquée dans la chute de Ben Ali en 2011 et, actuellement, dans la transition, insiste sur le fait que «nous n'avons pas de leçons à donner à nos frères Algériens ; il faut juste éviter le chaos et chercher des solutions viables».
Il est à rappeler que le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, s'est prononcé le 25 février dernier, à Genève, sur les manifestations en Algérie. C'était lors d'une conférence de presse organisée après un discours prononcé devant le Conseil des droits de l'homme de l'Organisation des Nations unies (ONU).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.