AID EL FITR : Le Président Tebboune présente ses vœux à l'Armée et au corps médical    DESCENTE POLICIERE A ANNABA : Le ministère de l'Intérieur dément    CAMPAGNE DE RECOLTE DE POMMES DE TERRE DE SAISON : Un rendement record à Mostaganem    SAISON ESTIVALE A MOSTAGANEM : Les citoyens invités à rationaliser l'eau potable    AFIN DE RAPATRIER LES FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Air France annonce 4 vols quotidiens entre Alger et Paris    DEFENSE : L'Algérie réceptionne 42 hélicoptères modernisés en Russie    Journée de l'Afrique: les Sahraouis appellent à faire pression sur le Maroc    DETERIORATION DE LA FRESQUE MURALE A ALGER : L'auteur arrêté par les services de sécurité    L'artiste Hakim Dekkar infecté par Coronavirus    197 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    MASCARA : Aid El Fitr cette année était plus virtuel    SURETE DE WILAYA DE TLEMCEN : Saisie de 146 kg de kif en 3 mois    GEL DESINFECTANT : La commune de Mascara passe au stade de fabrication    WILAYA DE SAIDA : Installation du nouveau directeur de l'administration locale    Les pays africains appelés à bâtir des économies plus résilientes grâce à l'intégration    Journée de l'Afrique: appel à "redoubler d'efforts" dans la lutte contre le covid-19    Fédération algérienne de Golf : "Une AG Ordinaire avant la fin de l'année"    Covid19-Saison estivale: vers un protocole sanitaire pour protéger les citoyens    Accidents de la circulation et noyades : 4 décès en 48 heures    "La triste histoire de Maria Magdalina", troisième roman de Abdelkader Hmida    Tizi-Ouzou: l'Aïd célébré à l'ombre des mesures de confinement    Sonatrach : la reprise du travail des employés se fera progressivement    Commerce: permanence respectée à 99% par les commerçants au 1er jour de l'Aïd el Fitr    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    CIO : Report des JO-2021 ?    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Distribution de 200 000 masques à Tizi Ouzou    5 ans de prison ferme requis    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Plus de 660 000 déplacés dans le monde depuis fin mars    La production de la fraise en net recul à Jijel    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Beaucoup reste à faire    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oui à la démocratie, non au chaos
Les Tunisiens de tout cœur avec L'Algérie
Publié dans El Watan le 09 - 03 - 2019

Médias, réseaux sociaux et rue politique tunisiens suivent de près ce qui se passe en Algérie. Les Tunisiens veulent surtout que leurs voisins retiennent certaines leçons de l'expérience tunisienne et évitent le chaos. Depuis le 22 février dernier, le Facebook tunisien vibre déjà au rythme algérien.
Le soulèvement démocratique algérien, c'est désormais l'un des sujets phares en Tunisie. L'Algérie, il faut le dire, est toujours très présente en terre tunisienne. Les trois millions d'Algériens venant chaque année en Tunisie ne font, par ailleurs, que renforcer davantage des liens ancestraux entre les deux peuples frères. Les Tunisiens, ayant fait leur révolution en 2011, ne veulent surtout pas que leurs frères algériens refassent certaines erreurs.
A l'image de tous les Tunisiens, la militante de la société civile Houda Blel attire l'attention des Algériens sur deux choses : «Il faut, d'une part, éviter le chaos pour éviter le retour en arrière. D'autre part, il faut faire attention aux opportunistes et à l'islam politique. Nos peuples ont des acquis qu'il faut renforcer, non revenir en arrière au nom de concepts rétrogrades», avertit-elle. Les mêmes propos reviennent surtout sur les lèvres des femmes tunisiennes, qui ont dû combattre, et continuent à le faire, contre la montée de l'intégrisme.
«Cette peur de la pensée rétrograde est légitime», explique l'universitaire Saloua Charfi. «Nous ne voulons pas que nos frères algériens aient à subir le même sort, puisque l'islam politique est toujours aux aguets», avertit-elle. Un rassemblement de soutien au peuple algérien se tiendra, cet après-midi, devant le théâtre municipal à Tunis, à l'initiative d'ONG locales et d'un cercle d'Algériens installés en Tunisie.
Cette manifestation est autorisée après que deux autres manifestations n'aient pas abouti le week-end dernier, faute d'autorisation, selon les autorités ; c'était un refus déguisé, selon les organisateurs. La grande artère de Tunis vibrera donc cet après-midi en soutien au peuple algérien frère.
Côté institutions, le secrétaire général adjoint de l'UGTT et porte-parole, Sami Tahri, est revenu sur les manifestations dans la rue algérienne, en saluant, surtout, le civisme dans lequel se déroulent ces réactions populaires contre le 5e mandat de Bouteflika. «Le pays algérien frère dit ”Non” à son modèle de gouvernance et la jeunesse algérienne veut s'assurer un meilleur sort que ce que lui propose le pouvoir», a-t-il déclaré à El Watan. M. Tahri constate que le soulèvement des Algériens «n'a certes pas de programme écrit».
Il est clair, poursuit-il, que «les Algériens rejettent le mode actuel de gouvernance de leur pays et demandent un meilleur sort à leurs richesses nationales». Concernant son avis, le porte-parole de la centrale syndicale tunisienne, très impliquée dans la chute de Ben Ali en 2011 et, actuellement, dans la transition, insiste sur le fait que «nous n'avons pas de leçons à donner à nos frères Algériens ; il faut juste éviter le chaos et chercher des solutions viables».
Il est à rappeler que le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, s'est prononcé le 25 février dernier, à Genève, sur les manifestations en Algérie. C'était lors d'une conférence de presse organisée après un discours prononcé devant le Conseil des droits de l'homme de l'Organisation des Nations unies (ONU).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.