Pour une commission de transition et une transparence des élections    Laskri appelle les militants à resserrer les rangs    Les travailleurs décrètent 3 jours de grève dès le 28 avril    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    Près de 223 000 cas suspects de choléra signalés en 2019    Damas mise sur le tourisme après la restauration de ses sites historiques    Installation des Commissions de candidatures et de recours    Médaille d'or pour l'Algérien Ameur sur 10 000 m marche    L'Algérien Sahnoune qualifié aux JO-2020    De nouveaux projets bientôt lancés    Mois du patrimoine    Des atouts non exploités !    Le parcours scientifique du penseur Abdelkrim Bekri mis en exergue    Crise politique et crise de nerfs    Paëlla    Le fait de se réveiller toujours fatigué, malgré de longues nuits de sommeil, est-il un signe d'insomnie ?    Manchester City-Tottenham acte 3    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Masques spécial peaux grasses et sèches    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    LETTRE D'UN HARAGUE CHERCHANT AILLEURS LA DIGNITE    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    En bref…    Tizi Ouzou: Des maires marchent pour refuser l'encadrement de la présidentielle    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    Nabni: Pour un système électoral anti-fraude en six mois    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Sonatrach augmente la production de carburants    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    La date sera fixée dimanche    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Libye.. Les combats continuent    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Augmentation des réserves obligatoires des banques : Le spectre de l'inflation
Publié dans El Watan le 19 - 03 - 2019

L'information a été publiée hier : la Banque d'Algérie (BA) a publié le 14 février dernier une instruction modifiant et complétant l'instruction de 2004, relative au régime des réserves obligatoires, qui fixe à 12% le taux des réserves obligatoires par rapport à l'assiette des réserves globales des banques.
Ces dernières devaient s'y conformer le lendemain même. En janvier 2018, la BA avait déjà augmenté de 4% à 8% le taux des réserves obligatoires. Il fallait contenir les effets néfastes du financement conventionnel actionné depuis une année et demie pour combler les déficits budgétaires. Contacté par l'APS pour savoir si cette nouvelle augmentation des réserves obligatoires traduisait l'existence de surliquidités bancaires suite à l'application du financement non conventionnel, une source de la BA a expliqué que «le relèvement de ces réserves n'est qu'un instrument de la politique monétaire utilisé de manière continue par la Banque centrale», précisant que «cela ne veut pas dire qu'il y a des surliquidités, mais qu'il y a juste de la liquidité bancaire». «Pour parler de surliquidité, il faut enregistrer un excès de liquidité monétaire sur plusieurs années», explique la même source.
Contacté hier par El Watan, le professeur d'économie Brahim Guendouzi affirme lui aussi que la mesure prise par la BA est un outil classique de politique monétaire. Mais l'objectif de l'augmentation du taux de réserves obligatoires est de «faire une ponction monétaire pour éviter les tensions inflationnistes, en gelant une partie de la masse monétaire à la Banque centrale». «La Banque centrale pourrait même être amenée à revoir les taux d'intérêts.» Car, selon lui, «il n'est pas normal que les taux d'intérêt soient maintenus à 2% alors que le taux d'inflation est à 4,7% selon l'Office national des statistiques.
L'augmentation des réserves obligatoires des banques est décidée pour que l'argent ne sorte pas du circuit pour provoquer une hausse des prix. En une année et demie, 6000 milliards de dinars (l'équivalent de 60 milliards de dollars) ont été produits dans le cadre du financement non conventionnel. Et si les déficits budgétaires restaient au même niveau et les subventions maintenues, le financement non conventionnel pourrait être dans des normes qui dépasseront celles de l'économie. A moyen terme, cela produira de l'inflation», prévient le professeur Brahim Guendouzi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.